Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Bakus, futur couteau suisse du viticulteur

La société Vitibot a développé Bakus, un robot viticole fonctionnel, en moins de dix-huit mois. Il pourrait à moyen terme devenir une alternative aux engins classiques.

Bakus de Vitibot sera commercialisé dès l'année prochaine.
© Vitibot

« La vocation de Bakus est d’être une plateforme universelle pour la vigne, munie de tout un écosystème d’outils connectés », plante d’entrée Bernard Boxho, directeur général de l’entreprise Vitibot. Partie d’une feuille blanche en août 2017, la start-up champenoise s’est entourée de professionnels du monde de la viticulture pour établir le cahier des charges d’un engin qui serait une alternative au tracteur ou à l’enjambeur. Un peu plus d’un an après, le résultat est bluffant : le robot Bakus est déjà une réalité. Grâce à l’expérience acquise sur le chenillard autonome ces dernières années (voir Réussir Vigne n° 243, septembre 2017), les ingénieurs ont eu tôt fait de paramétrer ce nouvel automate, afin qu’il puisse arpenter seul les vignes. Ainsi, ces huit caméras lui permettent de reproduire l’espace alentour en trois dimensions et de se déplacer dans son environnement, en analysant le contexte. « Son fonctionnement n’était pas idéal à l’heure des premiers essais en mars, se remémore le directeur de la société, mais nous avons réussi à résoudre les problèmes d’arrêts intempestifs. » Il affirme même que les essais en configuration de travail du sol interceps se sont montrés concluants.

La maintenance est réduite par l’absence de transmission

Bakus est annoncé avec une puissance équivalente à un enjambeur de 110 ch, rendu possible par l’absence de transmission (chaque roue est dotée de son moteur électrique) et de circuit hydraulique, tous deux énergivores. De même, en limitant la vitesse maximale à 6 km/h, les concepteurs se sont concentrés sur le couple. « À l’heure actuelle nous n’avons que des outils passifs, mais nous allons développer petit à petit une gamme d’attelages électriques », indique Bernard Boxho. Des modules fixés par six vis sur les flancs de l’engin, reliés par une prise Plug and Play. Le développement d’un pulvérisateur confiné a déjà commencé, de même que des tondeuses ou encore des brosses interceps. À terme, le robot devrait être capable de faire tous les travaux viticoles dont peut avoir besoin un vigneron. Dès l’an prochain, il sera en déploiement chez six clients pilotes en Champagne. « Nous souhaitons être à proximité des machines pour cette première campagne, car il y a encore du travail pour les faire évoluer », avoue le directeur. L’intelligence embarquée — qui comprend déjà de nombreux algorithmes — va continuer à apprendre tout au long de la saison, de façon à ce que le maximum de situations inhabituelles soient connues du robot. Ensuite, la firme compte adapter l’engin à la typicité d’autres vignobles. Car le châssis en acier est actuellement calibré sur un rang de parcellaire champenois, mais peut être facilement rehaussé pour enjamber des vignes de deux mètres de haut. « Courant 2020 on verra des Bakus se balader un peu partout en France ! », prédit Bernard Boxho.

repères

Bakus de Vitibot

Poids 2,5 t

Puissance équivaut à 110 ch

Travaux travail du sol interceps (tonte et pulvérisation confinée en développement)

Type de vignes étroites et larges

Maturité commercialisation prévue dès 2019

Prix similaire à un enjambeur

Avec Bakus, on part sur de bonnes bases

"Le prototype du Bakus que j’ai vu en action fonctionne bien, seul comme avec ses outils actuels. Il gère sans problème les lignes droites, et les demi-tours sont corrects. Quelques ajustements de guidage sont toutefois nécessaires dans les parcelles délicates, surtout celles ayant du dévers. Vu comment avance le projet, je pense que le robot sera opérationnel l’an prochain, et que nous le verrons apparaître dans le vignoble d’ici trois ans. Mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’il fasse tout entièrement seul pour l’instant, un opérateur sera utile pour le transporter, remplir le pulvérisateur… Il reste aussi du travail pour l’adapter aux viticulteurs, qui ne sont pas ingénieurs en robotique. De même, il faudra voir à la longue la durée de vie et le coût d’entretien de ces machines à haut niveau technologique."

Mathieu Liebart, chef de projet agroéquipement au Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Beaujolais : 30 % de pertes suite à la grêle
Dimanche 18 août en fin de journée, la grêle s’est invitée sur les terroirs des Pierres Dorées, un secteur pourtant protégé par…
Vignette
Le soufre a-t-il accentué les effets de la canicule ?
Les applications de soufre avant l’épisode de canicule du 28 juin dernier ont parfois aggravé les symptômes observés de brûlures…
Vignette
A Bergerac, le Quai Cyrano défend l’oenotourisme
La maison des vins de Bergerac et Duras et l’Office de tourisme partagent désormais une même adresse à Bergerac, face à la…
Vignette
Le tri de la vendange version haut de gamme
Depuis une dizaine d’années, plusieurs fournisseurs proposent des équipements de tri automatiques perfectionnés : optiques ou…
Vignette
Un projet pour coconstruire l’adaptation au changement climatique
Le projet Climenvi, lauréat 2017 de l’appel à projets Partenariat européen pour l’innovation a débuté début juillet 2019.…
Vignette
Les biofilms microbiens à l’épreuve de la science
 Les biofilms, des agglomérats de microorganismes adhérant à un support, serait une forme de résistance aux produits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole