Aller au contenu principal

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum

Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la solution mécanique.

Cinq ans minimum seraient nécessaires pour assurer la transition vers le désherbage mécanique du rang, si le glyphosate venait à être interdit.
© Boisselet

Devant la pression sociétale, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) et le Ministère de l'agriculture et de l'alimentation ont demandé à l'Axema, le syndicat français des industriels de l'agroéquipement, de réaliser une étude sur la capacité industrielle de la filière des agroéquipements à assurer, en remplacement du glyphosate, des modes de désherbage alternatifs mécaniques, en viticulture et en arboriculture. Cette étude conclut qu’une phase de transition de cinq ans minimum serait nécessaire, à compter d’une éventuelle décision de fin d’autorisation du glyphosate, pour permettre aux industriels et aux agriculteurs de s’organiser au niveau économique, technique et industriel. Aujourd'hui, 10 % des exploitations arboricoles et viticoles sont équipées d'interceps de désherbage mécanique. Actuellement proche de la saturation, la capacité de production des acteurs du marché pourrait selon cette étude augmenter de 10 % au bout de 6 mois, de 50 à 60 % au bout d'un an, et de 100 % au bout de deux ans. « Même en multipliant la production par 2 ou 3, il faudrait selon nos calculs au moins 5 ans à partir de la date de suppression éventuelle du glyphosate pour équiper l’ensemble des exploitations viticoles et arboricoles françaises, au nombre de 50 000 », confirme Frédéric Martin, président d’Axema.

Les industriels ont besoin de décisions claires pour avoir de la visibilité dans les commandes

Employant en moyenne 46 salariés, 69 entreprises européennes ont été identifiées comme fournisseurs de solutions interceps en France. Ces entreprises ont besoin de temps et de visibilité (stabilité des décisions notamment) pour engager un redimensionnement de leur outil de production et recruter du personnel compétent, le secteur des agroéquipements étant déjà en pénurie de main-d'oeuvre. 

Dans les circonstances actuelles, les entreprises devront nouer des partenariats industriels pour développer la production via une sous-traitance en France ou à l’étranger, ou s’adosser à un groupe industriel plus puissant, disposant des outils de production ou des moyens financiers pour réaliser leur ambition de transition. Une troisième voie consisterait en un regroupement des acteurs du marché par fusions-acquisitions.

Voir aussi : Le désherbage sans glyphosate, quelles alternatives ?

Axema insiste par ailleurs sur le fait qu'il faut aussi du temps aux utilisateurs finaux pour s'informer et se former sur les solutions adaptées à leurs sols et à leurs pratiques. Axema soulève également une inquiétude quant à la capacité d'investissement des viticulteurs et arboriculteurs en ces matériels, dont les prix varient entre 2 000 et 10 000 euros.

Ce changement de pratique du chimique vers le mécanique s'avère également engageant du point de vue financier et ressources humaines, puisque le volume d'heures de désherbage évolue fortement à la hausse : davantage d'usure de tracteur et de pièces de travail du sol, davantage de consommation de carburant, et davantage de main-d'oeuvre. 

Enfin, l'Axema préconise la création d'un label d'efficacité "Performance technique" pour guider l'utilisateur final dans le choix d'une solution.  

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
3 conseils pour vinifier en rouge à partir de vignes gelées
Lors d’un webinaire le 22 juin dernier, l’ICV livrait ses conseils pour vinifier des raisins de qualité très hétérogène,…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
transport vendange Réussir Vigne
La sélection parcellaire, "mot-clé" des vendanges 2021, selon l'ICV
L’épisode de gel du mois d’avril a entraîné une très forte hétérogénéité de maturité dans les vignes d'Occitanie. Pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole