Aller au contenu principal

Enrichissement
Autorisation de l'enrichissement par MC/MCR en Languedoc

Le préfet du Languedoc-Roussillon a autorisé l'enrichissement par moût concentré et moût concentré rectifié. Concernant la chaptalisation, il pourrait y avoir des ajustements

La possibilité d'utiliser du saccharose en Languedoc-Roussillon reste encore en suspend.
La possibilité d'utiliser du saccharose en Languedoc-Roussillon reste encore en suspend.
© JC Gutner

Par un arrêté datant du 9 septembre, le préfet de région, Pierre de Bousquet, a signé un décret autorisant l'enrichissement par moût concentré et moût concentré rectifié des vins sans indication géographique et indication géographique protégée. Il n'a donc pas répondu favorablement à la demande de certaines IGP de la région de pouvoir enrichir par saccharose de manière exceptionnelle. Cette demande est motivée par un écart de prix entre les deux techniques qui rend l'utilisation de MC et MCR plus coûteuse que le sucre, depuis la fin de l'aide européenne. Cet écart de prix se serait resséré très fortement durant l'été, passant d'un rapport de 1 à 5 à un rapport de 1 à 2.


L'espoir reste entier


L'autorisation de chaptaliser n'est pas écartée entièrement pour autant. Le 11 septembre, les producteurs ont en effet déposé des demandes d'enrichissement par saccharose, a indiqué Boris Calmette, président des Vignerons coopérateurs. Ces dossiers sont pour l'instant en cours d'instruction à l'INAO, la Draaf et FranceAgriMer. Elles concernent des zones très précises : une petite partie du Gard, 20 à 25% des vignobles de l'Hérault et une petite moitié des vignes de l'Aude.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole