Aller au contenu principal

Attention au retour de Cryptoblabes

Avec la réduction des traitements insecticides et le réchauffement du climat, la tordeuse de grappe Cryptoblabes gnidiella fait un retour remarqué dans les vignobles du littoral méditerranéen.

Cryptoblabes gnidiella, un ravageur difficile à contrôler, est en progression dans le vignoble du littoral méditerranéen.
Cryptoblabes gnidiella, un ravageur difficile à contrôler, est en progression dans le vignoble du littoral méditerranéen.
© CA 30

Bien qu'il ait toujours existé dans le vignoble méditerranéen, Cryptoblabes gnidiella, un lépidoptère de la famille des Pyralidae, n'a été identifié qu'en 1999. Il était jusqu'alors confondu avec Eudémis dont on pensait qu'il s'agissait d'une quatrième génération. Il est à présent admis que Cryptoblabes est l'insecte responsable des infestations tardives, si difficiles à maîtriser. Ce parasite est présent au vignoble dès le mois de juin, mais ne s'attaque aux baies qu'une fois mûres, avec une intensité souvent impressionnante, pouvant être comparable à une invasion de chenilles processionnaires sur un pin (jusqu'à 50 % de perte de récolte). De telles attaques ont été de plus en plus observées ces dernières années. Elles sont liées à une utilisation de produits insecticides à moins large spectre et de façon plus raisonnée, ainsi qu'à des hivers plus doux.

Un seul rempart : le gel

« La dernière ponte de Cryptoblabes intervient en décalé avec la troisième génération d'Eudémis, environ dix jours après, explique Cyril Cassarini, technicien à la chambre d'agriculture du Gard. Cela rend le traitement difficile : d'une part, au 15 août, les viticulteurs ont rangé leur pulvérisateur ; d'autre part, on entre dans les délais avant récolte. » Cerise sur le gâteau, il n'existe aucun produit homologué en Europe pour ce ravageur, les pontes sont introuvables et la confusion sexuelle est techniquement impraticable. Le seul facteur qui puisse arrêter Cryptoblabes, en dehors de traitements insecticides à large spectre répétés, est le gel hivernal. Malheureusement, le dernier hiver s'est plutôt démarqué par sa douceur, ce qui paraît de mauvaise augure pour la campagne 2015. Le ravageur est réparti sur de grands secteurs, parmi lesquels la costière nîmoise, la zone des sables d'Aigues-Mortes ou encore Bandol. Du fait de sa biologie (sensibilité au gel), le papillon ne présente pas de risque de propagation au-delà de l'arc méditerranéen, son aire de répartition historique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Glyphosate : seuls les usages sur le cavaillon et dans les parcelles non-mécanisables seront maintenus en vigne
Après trois ans de suspense, les conditions de restriction du glyphosate sont enfin précisées. Il restera autorisé dans les…
Phytos : les modalités de séparation entre la vente et le conseil enfin précisées
Issu de la loi Egalim du 30 octobre 2018, le principe de séparation de la vente et du conseil à l’utilisation des produits…
Les teintures-mères utilisées pour l'isothérapie ont été réalisées à partir d'organes de vignes atteints par le mildiou. © CAB
Homéopathie en vigne, des effets ponctuels
L’homéopathie et l’isothérapie ont été testées dans le Val de Loire. Il en ressort des premières conclusions assez intéressantes…
Dans la mesure du possible, les stations météos doivent être placées à des distances d'au moins deux fois la hauteur de l'obstacle le plus proche. © Sencrop
Comment s’équiper  en stations météorologiques? 
Gel, irrigation, maladies… Les stations météorologiques connectées et les outils d’aide à la décision qui les accompagnent…
La pipistrelle commune a une envergure de 180 à 240 mm pour un poids de 3 à 8 g. © L. Jouve
Tout savoir sur la pipistrelle commune dans les vignes
La pipistrelle commune fait partie des chauves-souris que l’on retrouve dans les milieux viticoles. Insectivore, elle est très…
Lorsqu'il alimente des camions transportant du vin ou des alcools viniques, l'ED95 contribue à limiter l'empreinte carbone de la filière. © Raisinor France
Un biocarburant à 95 % issu du marc de raisin
La filière vitivinicole contribue depuis longtemps à produire des biocarburants via la distillation des marcs de raisin et des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole