Aller au contenu principal

" Affirmer et confirmer le rôle CNIVéconomique des interprofessions "

Jean-Louis Salies cède sa place à la présidence du CNIV (Comité national des interprofessions des vins à appellation d'origine) mais ne renonce pas à ses responsabilités interprofessionnelles. Bilan de neuf années de mandat.

Jean-Louis Salies cède sa place à la présidence du CNIV mais ne renonce pas à ses responsabilités interprofessionnelles. Bilan de neuf années de mandat.
Jean-Louis Salies cède sa place à la présidence du CNIV mais ne renonce pas à ses responsabilités interprofessionnelles. Bilan de neuf années de mandat.
© J.-C. Gutner

Quel est le dossier qui a marqué le plus votre mandat ?


Parmi les nombreux dossiers que j’ai eu à traiter, celui qui est le plus important est sans nul doute d’avoir affirmé et confirmé le rôle de l’interprofession tant sur le plan national qu’européen. Au début de mon mandat, la chose n’était pas évidente. Les interprofessions étaient remises en cause au sein même de l’Europe. Grâce à l’équipe du CNIV, un travail important a été mis en œuvre pour faire en sorte que l’interprofession devienne la cheville ouvrière de la gestion économique des indications géographiques.

 

Durant votre mandat, des critiques assez sévères émanant de producteurs ont fusé.L’interprofession viticole doit-elle changer ?


Dans la Loire, le Languedoc-Roussillon, le Bordelais, des producteurs ont manifesté leur
désaccord face au système interprofessionnel. Certains sont même allés jusqu’à mener des actions en justice. Quand on est un organe central avec des moyens financiers
importants, on est facilement la cible de critiques. Mais à chaque fois que l’on a été attaqué, la Cour nous a donné raison, ce qui conforte notre légitimité. Par ailleurs, ces critiques nous poussent à nous remettre en question. Depuis, toutes les interprofessions ont évolué dans le bon sens en étant plus transparentes et responsables.


Reste aussi ce débat concernant la représentation des vignerons indépendants et des coopératives au sein des interprofessions. Comment faire avancer les choses ?


Les interprofessions viticoles ont une mission autour des produits et non des métiers. Si l’on commence à en tenir compte, la complexité devient ingérable car il y a aussi des négociants qui sont producteurs. Il vaut mieux s’en tenir à la logique produit ce qui permet d’éviter des représentations syndicales qui inévitablement seront tentées par la démagogie. Or, la mission des interprofessions est de faire de l’économie, pas de la démagogie !



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
La nouvelle gamme de tracteurs spécialisés T4 culmine désormais à 120 ch.
New Holland – La nouvelle génération de tracteurs spécialisés atteint 120 ch
La nouvelle génération de tracteurs spécialisés New Holland T4 V/N/F a été dévoilée au Sitevi.
Les nouveaux tracteurs Claas Nexos bénéficient d'un plancher plat.
Claas - Le nouveau Nexos culmine à 120 ch
Claas dévoile son nouveau tracteur spécialisé Nexos.
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
[VIDEO] " Le désherbage électrique intercep m'a permis de venir à bout de l'érigeron "
Nous avons suivi pendant toute la saison 2021 l'outil de désherbage électrique intercep de Zasso, acquis par Sylvain Philip au…
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole