Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

" Affirmer et confirmer le rôle CNIVéconomique des interprofessions "

Jean-Louis Salies cède sa place à la présidence du CNIV (Comité national des interprofessions des vins à appellation d'origine) mais ne renonce pas à ses responsabilités interprofessionnelles. Bilan de neuf années de mandat.

Jean-Louis Salies cède sa place à la présidence du CNIV mais ne renonce pas à ses responsabilités interprofessionnelles. Bilan de neuf années de mandat.
Jean-Louis Salies cède sa place à la présidence du CNIV mais ne renonce pas à ses responsabilités interprofessionnelles. Bilan de neuf années de mandat.
© J.-C. Gutner

Quel est le dossier qui a marqué le plus votre mandat ?


Parmi les nombreux dossiers que j’ai eu à traiter, celui qui est le plus important est sans nul doute d’avoir affirmé et confirmé le rôle de l’interprofession tant sur le plan national qu’européen. Au début de mon mandat, la chose n’était pas évidente. Les interprofessions étaient remises en cause au sein même de l’Europe. Grâce à l’équipe du CNIV, un travail important a été mis en œuvre pour faire en sorte que l’interprofession devienne la cheville ouvrière de la gestion économique des indications géographiques.

 

Durant votre mandat, des critiques assez sévères émanant de producteurs ont fusé.L’interprofession viticole doit-elle changer ?


Dans la Loire, le Languedoc-Roussillon, le Bordelais, des producteurs ont manifesté leur
désaccord face au système interprofessionnel. Certains sont même allés jusqu’à mener des actions en justice. Quand on est un organe central avec des moyens financiers
importants, on est facilement la cible de critiques. Mais à chaque fois que l’on a été attaqué, la Cour nous a donné raison, ce qui conforte notre légitimité. Par ailleurs, ces critiques nous poussent à nous remettre en question. Depuis, toutes les interprofessions ont évolué dans le bon sens en étant plus transparentes et responsables.


Reste aussi ce débat concernant la représentation des vignerons indépendants et des coopératives au sein des interprofessions. Comment faire avancer les choses ?


Les interprofessions viticoles ont une mission autour des produits et non des métiers. Si l’on commence à en tenir compte, la complexité devient ingérable car il y a aussi des négociants qui sont producteurs. Il vaut mieux s’en tenir à la logique produit ce qui permet d’éviter des représentations syndicales qui inévitablement seront tentées par la démagogie. Or, la mission des interprofessions est de faire de l’économie, pas de la démagogie !



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La nouaison approche : sortez les machines à vendanger !
En Nouvelle-Zélande, le domaine Villa Maria fait un passage de machine à vendanger peu après la floraison. Cela permet de faire…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole