Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

3 590 hectares devraient être délivrés

7 780,44. Tel est le nombre d’hectares demandés par les vignerons en autorisations de plantation pour 2016. Mais sur cette surface, seuls 3 590 hectares devraient être délivrés (soit 0,44 % du vignoble national). « Nous savons qu’il y a des erreurs dans certains dossiers, des demandes inéligibles ou encore des demandes qui seront limitées par le contingent régional », analyse Anne Haller, déléguée pour la filière viticole à FranceAgriMer. Ce niveau est proche de ce qui était demandé en droits de plantation habituellement.

Explosion des contingents en Charentes-Cognac et en IGP val de loire

De fait, le bassin Charentes-Cognac avait décidé d’un contingent unique de 250 hectares. Or 66 hectares ont été déposés en AOP pineau, 111 en IGP vin de pays charentais, et 2 323 en sans IG. Soit un total de 2 323 hectares ! 2 073 hectares demandés ne seront donc pas octroyés sur cette zone. De même, en IGP val de loire, les demandes ont dépassé les mille hectares, pour un contingent de 40 hectares. En cause : le mécontentement des producteurs AOC du Sancerrois. Neuf d’entre eux ont déposé des dossiers de 100 hectares chacun, afin de faire entendre leur voix et "éviter que du sauvignon ou du pinot noir ne soient plantés en autre chose que de l’AOC". Faute d’avoir été entendus par "l’administration et VinIGP, les demandes n’ont pas été enlevées", indique Gilles Guillerault, président de l’union viticole sancerroise. Une situation qui pénalise les vignerons IGP, qui eux, avaient un réel projet de plantation.

Car dans ces zones, le critère de priorité s’appliquera, à savoir que les nouveaux entrants seront prioritairement allotis. Puis, sur les surfaces restant en contingent, un prorata s’appliquera pour les autres demandeurs. Les attributions seront connues au plus tard fin juillet. Lorsque la surface obtenue est inférieure de 50 % par rapport à la demande initiale, le vigneron disposera d’un mois pour refuser « gratuitement » cette autorisation. Pour mémoire, toute autorisation de plantation doit être utilisée dans les trois ans, sous peine d’une amende allant jusqu’à 6 000 euros par hectare.

Pour la campagne 2017, les plafonds et modalités devraient être débattus lors du prochain conseil spécialisé de FranceAgriMer. La Cnaoc a d’ores et déjà prévenu qu’elle militerait pour un plafond national inférieur à 1 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[Coronavirus] Quelles sont les mesures de confinement à respecter dans le monde viticole ?
Le Président de la République a appelé tous les Français à rester confinés chez eux pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Pour…
[Coronavirus] Dois-je fermer mon caveau de dégustation ?
(Mis à jour le 17 mars) La posture a adopter sur le caveau de vente est floue. L'administration estime qu'il peut être ouvert,…
Pour Hubert Gerber, viticulteur en Alsace, les avantages de la viticulture de conservation des sols sont nombreux. © X. Delbecque
Retour sur 10 ans de non-labour
Dans le Bas-Rhin, Hubert Gerber conduit ses vignes en semis direct et en non-labour. C’est pour lui moins de travail et la…
[Covid-19] Le Gouvernement dévoile 4 mesures pour soutenir les entreprises exportatrices
Pour faire face au ralentissement de l’économie lié à la pandémie de coronavirus, le gouvernement a mis en place un plan d’…
gestion d'une exploitation
[ Covid-19 ] Quelles mesures de soutien activer pour son entreprise viti-vinicole ?
Le gouvernement a mis en place des mesures d’urgence, dont certaines vont s’appliquer pendant plusieurs mois. Le point sur ces…
[Covid-19] Un vigneron élabore du gel hydroalcoolique à partir de ses eaux-de-vie
Face à la pénurie de gel hydroalcoolique utilisé pour limiter l'expansion du coronavirus, Mark Karazs, propriétaire du domaine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole