Aller au contenu principal

3 590 hectares devraient être délivrés

7 780,44. Tel est le nombre d’hectares demandés par les vignerons en autorisations de plantation pour 2016. Mais sur cette surface, seuls 3 590 hectares devraient être délivrés (soit 0,44 % du vignoble national). « Nous savons qu’il y a des erreurs dans certains dossiers, des demandes inéligibles ou encore des demandes qui seront limitées par le contingent régional », analyse Anne Haller, déléguée pour la filière viticole à FranceAgriMer. Ce niveau est proche de ce qui était demandé en droits de plantation habituellement.

Explosion des contingents en Charentes-Cognac et en IGP val de loire

De fait, le bassin Charentes-Cognac avait décidé d’un contingent unique de 250 hectares. Or 66 hectares ont été déposés en AOP pineau, 111 en IGP vin de pays charentais, et 2 323 en sans IG. Soit un total de 2 323 hectares ! 2 073 hectares demandés ne seront donc pas octroyés sur cette zone. De même, en IGP val de loire, les demandes ont dépassé les mille hectares, pour un contingent de 40 hectares. En cause : le mécontentement des producteurs AOC du Sancerrois. Neuf d’entre eux ont déposé des dossiers de 100 hectares chacun, afin de faire entendre leur voix et "éviter que du sauvignon ou du pinot noir ne soient plantés en autre chose que de l’AOC". Faute d’avoir été entendus par "l’administration et VinIGP, les demandes n’ont pas été enlevées", indique Gilles Guillerault, président de l’union viticole sancerroise. Une situation qui pénalise les vignerons IGP, qui eux, avaient un réel projet de plantation.

Car dans ces zones, le critère de priorité s’appliquera, à savoir que les nouveaux entrants seront prioritairement allotis. Puis, sur les surfaces restant en contingent, un prorata s’appliquera pour les autres demandeurs. Les attributions seront connues au plus tard fin juillet. Lorsque la surface obtenue est inférieure de 50 % par rapport à la demande initiale, le vigneron disposera d’un mois pour refuser « gratuitement » cette autorisation. Pour mémoire, toute autorisation de plantation doit être utilisée dans les trois ans, sous peine d’une amende allant jusqu’à 6 000 euros par hectare.

Pour la campagne 2017, les plafonds et modalités devraient être débattus lors du prochain conseil spécialisé de FranceAgriMer. La Cnaoc a d’ores et déjà prévenu qu’elle militerait pour un plafond national inférieur à 1 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole