Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Une première méthanisation 100 % lisier dans l'Ain

A la SCEA La Richardière à Domsure dans l'Ain, Christine et Benoît Drouilhet ont investi dans une unité de méthanisation qui fonctionne uniquement à partir du lisier frais produit sur leur exploitation de 400 truies naisseur-engraisseur.

Le réacteur de 600 m3 de la SCEA La Richardière a été construit à l'emplacement d'une ancienne fosse à lisier, au milieu des bâtiments d'élevage.
Le réacteur de 600 m3 de la SCEA La Richardière a été construit à l'emplacement d'une ancienne fosse à lisier, au milieu des bâtiments d'élevage.
© Bio4Gas

« Une méthanisation qui fonctionne uniquement à partir du lisier de porc, c'est techniquement et économiquement possible », affirmait Olivier Rebaud, un jeune entrepreneur à la tête de la société Bio4gas, lors du Space 2012 durant lequel il avait reçu un Innov'Space pour le procédé de méthanisation Bert. Cette technologie mise au point par des chercheurs autrichiens devait assurer cette rentabilité en limitant les investissements tout en permettant une dégradation optimale du digestat.
Un an après, un premier élevage français vient de démarrer la production d'électricité et d'eau chaude à partir d'un réacteur utilisant cette technique. Christine et Benoît Drouilhet, éleveurs à Domsure dans l'Ain, ont investi dans une unité Bio4gas de 50 kW électriques. « Nous voulions un système simple, pouvant fonctionner sans apport de produits extérieurs, et capable d'assurer notre autonomie en chauffage », explique Benoît Drouilhet. Le gros avantage de l'élevage est de pouvoir approvisionner le réacteur en lisier frais, grâce à des systèmes de « chasse d'eau » installés dans les bâtiments. « Le lisier frais est nettement plus méthanogène que du lisier stocké plusieurs semaines dans des fosses », rappelle l'éleveur. Au total, l'élevage fournira 10 500 m3 de lisier par an. « Pour limiter le coût, nous avons utilisé les installations existantes, ce qui a limité les investissements au digesteur de 600 m3, et à un local pour abriter le co-générateur. »

Un investissement subventionné à 30 %

Le coût de l'installation a été de 480 000 EUR, subventionné à 30 % par la région Rhône-Alpes et l'Ademe qui a validé l'intérêt économique de l'installation. « La durée du retour sur investissements n'est que de six ans », affirme Olivier Rebaud. Avec un taux de valorisation énergétique de 62 %, les recettes liées à la vente de l'électricité devraient atteindre 65 000 euros. Par ailleurs, l'éleveur économise 12 000 EUR de chauffage par an sur son exploitation. Une économie d'un montant identique aux charges de maintenance du réacteur. La simplicité de l'installation devrait limiter le temps de travail à dix minutes par jour. « Au final, l'excédent brut d'exploitation sera de 55 000 EUR par an. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Le coronavirus pèse sur les marchés des matières premières pour l'aliment des porcs

Après une période de stabilité au dernier trimestre 2019, le prix de l’aliment pour porc charcutier estimé par l’Ifip a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)