Aller au contenu principal

Une maternité pour truies en liberté à coûts maîtrisés

Dans la Manche, le Gaec de Kerezenn a agrandi son élevage de 145 à 180 truies et investi dans une maternité de 44 places, équipées de cases mise bas liberté.

Chaque rangée est composée de 11 cases libertés Pro Dromi Basic de Vereijken, de 2,7 mètres de long sur 2,42 mètres de large, soit une surface totale par case de 6,5 m2.
Chaque rangée est composée de 11 cases libertés Pro Dromi Basic de Vereijken, de 2,7 mètres de long sur 2,42 mètres de large, soit une surface totale par case de 6,5 m2.
© A. Puybasset

Dans le cadre de l’installation en 2021 d’Alexis Devaux qui a rejoint son père Michel et son frère Adrien, le Gaec de Kerezenn a agrandi son élevage naisseur-engraisseur, passant de 145 à 180 truies. « La maternité existante devenant vieillissante, on a saisi cette opportunité pour en refaire une neuve. Le choix de passer sur un modèle liberté s’est fait naturellement.

 

 
Michel, Adrien et Alexis Desvaux. « Cette configuration de la salle en long permet d’optimiser au mieux la surface au sol du bâtiment, et de ce fait l’investissement par place. » © A. Puybasset
Avec un nombre de sevrés par portée qui augmente sans cesse (14 sevrés par truie en moyenne), nous voulions avoir davantage de place pour la truie et les porcelets. Cela nous laisse la possibilité de la valoriser à l’avenir à travers un cahier des charges bien-être », ont expliqué les trois associés, lors d’une porte ouverte organisée avec le groupement Evel’up, Nutréa et plusieurs entreprises.

 

Deux salles tout en longueur

La maternité est constituée de deux salles en parallèle, disposant chacune de deux rangées de 11 places, avec un couloir central de près de 30 mètres de long sur un mètre de largeur. « Cette configuration en long permet d’optimiser au mieux la surface au sol du bâtiment, et de ce fait l’investissement par place. Les grandes baies monolatérales apportent de la clarté et du confort de travail. L’air neuf est diffusé par un plafond perforé en aluminium, contribuant à réfléchir les rayons lumineux. »

 

 
Le sol est constitué de caillebotis en plastique Progrip, avec son relief en nid d’abeille optimal pour les porcelets, d’un caillebotis en fonte sous la truie et d’une zone pleine de 0,6 m2 sous le nid. © A. Puybasset
Les éleveurs ont opté pour la case Pro Dromi Basic de Vereijken, pour ses cloisons basses qui offrent une bonne visibilité et la surface disponible pour la truie. « La position en V des bat-flanc en mode liberté offre davantage d’espace à la truie pour se retourner », confirme Hervé Leray, de l’entreprise Calipro qui a réalisé l’aménagement intérieur. « Une glissière au niveau du portique permet d’agrandir sa zone à 3,5 m2, pour une surface totale de case de 6,5 m2. »

 

Une gestion en deux ambiances

À chaque jonction entre deux cases, se trouve un passage (« step in »), pour accéder aisément aux porcelets et à l’auge des truies, sans avoir à pénétrer dans la case. « C’est d’autant plus appréciable sachant que l’alimentation est manuelle, car elle permet de mieux surveiller les truies et les quantités consommées », précise Michel Desvaux.

 

 
© A. Puybasset

 

Le nid à porcelets sur sol plein de 0,6 m2 est positionné contre la paroi, le long du couloir. Il est composé de panneaux transparents en Plexiglas et d’un rideau en lanières. « Ce dernier évite les courants d’air au niveau des porcelets et facilite la gestion en deux ambiances de la salle (lampe à infrarouge pour chauffer le nid) », détaille Christophe Pellan, directeur des ventes de Vereijken France.

 

 
Christophe Pellan, directeur des ventes de Vereijken France. « Les cases sont positionnées longitudinalement à la salle. Un petit passage permet d’accéder facilement à l’auge de la truie et à l’augette des porcelets. » © A. Puybasset
Pour cette maternité neuve, le Gaec de Kerezenn a investi près de 217 000 euros, soit moins de 5 000 euros par place. En parallèle, les anciennes salles de maternité ont été transformées en 210 places de post-sevrage pour l’une et en 25 places de gestante pour l’autre.

 

Coté Eco

4 920 € par case liberté

216 510 € : coût total de la maternité de 44 places

7 000 € : terrassement (Leroy)

60 160 € : maçonnerie et fosse élévation (CME)

57 600 € : charpente (Rose)

71 500 € : aménagement et sol (Calipro)

20 250 € : électricité (Adaf)

Fiche élevage

Gaec de Kerezenn

3 associés (Michel, Adrien et Alexis Desvaux)

180 truies naisseurs-engraisseurs

Groupement Evel’up

Aliment Nutréa (TAF)

Génétique : Danbred

150 ha de SAU

40 vaches allaitantes

1 poulailler label

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Jonathan Aubry, du Gaec Porcs Joly a investi dans une cellule à blé de 414 tonnes et a construit un local soupe en tôle et bardage isolés.
La Faf partielle évolue au rythme de l’élevage Porcs Joly
Jeune installé sur l’exploitation familiale, Jonathan Aubry a réinvesti dans la Faf simplifiée destinée à l’alimentation des…
Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir
Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’…
Cooperl a bien résisté en 2021
Malgré une conjoncture défavorable, la coopérative lamballaise a réalisé un résultat nettement positif en 2021. Elle s’inquiète…
Guillaume Le Hir s’est équipé d’un silo tour pour stocker jusqu’à 850 tonnes de maïs humide.
Une Faf simplifiée pour les porcs en engraissement qui optimise le temps de travail
En investissant dans un silo tour et dans une présoupe, Guillaume Le Hir a diminué le temps de travail…
Avec un bâtiment semi-ouvert, le bien-être animal est considéré comme amélioré mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre est plus délicate que dans un bâtiment fermé.
Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain
Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et…
François Pot, président du MPB, a mis en avant l'esprit pionnier des créateurs du marché du porc breton, dont  le finistérien Jean Moal, président de 1981 à 1992.
Marché du Porc Breton, 50 ans et toujours indispensable
Malgré les critiques et la baisse du nombre de porcs signalées chaque semaine, le marché du porc breton s'avère toujours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)