Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une formation bien-être portée par les vétérinaires

La SNGTV (1) et l’AVPO (2) ont développé un module de formation d’une journée sur le bien-être animal en production porcine. La démarche et les outils de formation seront présentés lors d’une réunion à l’automne auprès d’une trentaine de vétérinaires. L’objectif étant que ces "référents bien-être" forment les éleveurs et les techniciens avec qui ils travaillent au quotidien. « Notre ambition est que tous les vétérinaires soient porteurs d’une même parole concernant le bien-être animal et de toucher 100 % des éleveurs d’ici trois ans », expliquent les vétérinaires Delphine Pottier, membre de la SNGTV, Patrick Bourguignon, membre des commissions porcine et bien-être et Philippe Le Coz, président de la commission porcine du SNGTV-AVPO. « Garant de la santé animale, le vétérinaire est, avec l’éleveur, le plus légitime pour parler du bien-être. Il a un rôle de vulgarisation scientifique. Notre but est de sortir de la polémique et de porter un discours positif autour du bien-être. En s’appuyant sur diverses publications scientifiques, il s’agira de montrer que le bien-être ne doit pas être uniquement vu sous l’angle de la contrainte et de la sanction mais qu’il peut être une opportunité d’améliorer les performances technico-économiques, car il répond souvent à un besoin naturel. » Les vétérinaires se baseront sur des exemples concrets : quel intérêt d’une continuité du système d’abreuvement en maternité et en post-sevrage ?, etc. Articulé autour des cinq besoins fondamentaux qui définissent le bien-être (absence de faim, de soif, de froid…), le module de formation s’appuiera sur divers supports : kits pédagogiques avec quizz, photos, vidéos. « On utilise les mêmes « armes » que les détracteurs des filières d’élevage. L’idée est de montrer ce qui est bien fait, ce qui peut être amélioré et de faire contrepoids aux images chocs qui ne reflètent pas la réalité. L’objectif final est de recréer du lien avec le consommateur en encourageant les éleveurs à davantage communiquer sur leur prise en compte du bien-être", souligne Delphine Pottier.

(1) Société nationale des groupements techniques vétérinaires(2) Association des vétérinaires exerçant en productions organisées
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
L’épizootie de la fièvre porcine africaine décime le cheptel chinois
Entre 30 et 50 % de la production de porc chinoise aurait disparu. L’efficacité des mesures de biosécurité réclamées par le…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement de 1944 places séparé du site de naissage
Frédéric Baudet, éleveur à Maroué (Côtes d’Armor), vient de construire un engraissement de 1 944 places sur racleur. Ce bâtiment…
Vignette
Au Gaec La Blanche, l’élevage se restructure autour d’une maternité neuve de 96 places
Au Gaec La Blanche, la réorganisation de l’outil de production de 430 truies en multiplication et de la conduite d’élevage s’…
Vignette
Cooperl signe une joint-venture avec Vereijken

À travers un partenariat signé le 25 mars, Cooperl et la société néerlandaise Vereijken spécialisée dans la fabrication…

Vignette
L’alimentation animale bio manque de matières premières
Le secteur de l’alimentation animale biologique bénéficie d’une croissance importante. Mais la production végétale française …
Vignette
La hausse des cours difficile à répercuter
Les acteurs de la filière viande déplorent la réticence de la grande distribution à augmenter les prix des produits porcins dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)