Aller au contenu principal

Une formation bien-être portée par les vétérinaires

Delphine Pottier, Patrick Bourguignon et Philippe Le Coz. « L’objectif de cette formation est de mieux s’approprier le bien-être et d’en parler de façon positive. »
© A. Puybasset

La SNGTV (1) et l’AVPO (2) ont développé un module de formation d’une journée sur le bien-être animal en production porcine. La démarche et les outils de formation seront présentés lors d’une réunion à l’automne auprès d’une trentaine de vétérinaires. L’objectif étant que ces "référents bien-être" forment les éleveurs et les techniciens avec qui ils travaillent au quotidien. « Notre ambition est que tous les vétérinaires soient porteurs d’une même parole concernant le bien-être animal et de toucher 100 % des éleveurs d’ici trois ans », expliquent les vétérinaires Delphine Pottier, membre de la SNGTV, Patrick Bourguignon, membre des commissions porcine et bien-être et Philippe Le Coz, président de la commission porcine du SNGTV-AVPO. « Garant de la santé animale, le vétérinaire est, avec l’éleveur, le plus légitime pour parler du bien-être. Il a un rôle de vulgarisation scientifique. Notre but est de sortir de la polémique et de porter un discours positif autour du bien-être. En s’appuyant sur diverses publications scientifiques, il s’agira de montrer que le bien-être ne doit pas être uniquement vu sous l’angle de la contrainte et de la sanction mais qu’il peut être une opportunité d’améliorer les performances technico-économiques, car il répond souvent à un besoin naturel. » Les vétérinaires se baseront sur des exemples concrets : quel intérêt d’une continuité du système d’abreuvement en maternité et en post-sevrage ?, etc. Articulé autour des cinq besoins fondamentaux qui définissent le bien-être (absence de faim, de soif, de froid…), le module de formation s’appuiera sur divers supports : kits pédagogiques avec quizz, photos, vidéos. « On utilise les mêmes « armes » que les détracteurs des filières d’élevage. L’idée est de montrer ce qui est bien fait, ce qui peut être amélioré et de faire contrepoids aux images chocs qui ne reflètent pas la réalité. L’objectif final est de recréer du lien avec le consommateur en encourageant les éleveurs à davantage communiquer sur leur prise en compte du bien-être", souligne Delphine Pottier.

(1) Société nationale des groupements techniques vétérinaires(2) Association des vétérinaires exerçant en productions organisées
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

David Garoche, Yohan Beuve, et Arnaud Garoche, trois des quatre associés de l'EARL de la Cour. « Les équipements installés font partie du cahier des charges «collectif niveau 2 » proposé par Kermené. » © D. Poilvet
Un bâtiment d'engraissement bien-être en synergie avec la méthanisation
À l’EARL de la Cour, le nouveau bâtiment d’engraissement de 1 900 places est équipé d’un système de distribution de paille et d’…
Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
Les porcelets de 24 portées se mélangent dans le couloir d'accès aux cases de maternité © D. Poilvet
« La prévalence des arthrites a fortement baissé en post-sevrage grâce à la sociabilisation précoce des porcelets»
À l’EARL Les Grands vergers, la sociabilisation des porcelets a permis de franchir une nouvelle étape dans la productivité de l’…
Floriane, salariée en maternité à l'EARL du Domaine, apprécie l'ergonimie du chariot de soins © P. Trucheau
Un chariot de soins maison pour les porcelets à moins de 100 euros
Pour faciliter le travail et pour protéger ses salariés des troubles musculo-squelettiques (TMS), Olivier Cresteaux, chef d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)