Aller au contenu principal
Font Size

Un nouvel outil de sélection pour le Maxter et le Magnus

Hypor a inauguré le 30 octobre dernier à Sichamps dans la Nièvre un nouveau bâtiment d’engraissement destiné à la sélection de ses futurs verrats Maxter et Magnus.

De gauche à droite : Romain Guillo, resonsable du site de Sichamps, Bernard Brogard, technicien bâtiment Porc Armor Evolution, Jeroen Van de Camp, directeur global des opérations Hypor, Julien Briant, directeur Hypor France, et Raf Beeren, directeur Hypor monde.
© D. Poilvet

Le nouveau bâtiment d’engraissement de 1 990 places (5 salles de 186 mâles et 5 de 192 femelles, plus deux salles de finition de 50 places) inauguré à la station de sélection de Sichamps fait partie d’un plan d’investissement de quarante millions d’euros sur cinq ans engagé par Hypor pour moderniser ses outils de sélection. Les salles seront prochainement équipées de soixante-douze stations d’alimentation individuelle, qui enregistreront les consommations et les prises de poids journalières individuelles de 3 600 verrats par an, " ce qui fait de ce bâtiment un des plus grands outils de sélection en Europe ", souligne Julien Briant, directeur d’Hypor France. L’indice de consommation représente aujourd’hui 33 % de l’effort de sélection sur la lignée Maxter, devant la qualité de la carcasse (21 %) et la croissance (20 %) (voir infographie). « L’objectif est de calculer à chaque instant de la vie de l’animal son efficience alimentaire », explique-t-il. Pour cela, l’un des critères utilisé est la consommation moyenne journalière résiduelle (CMJR). Il représente la différence entre la quantité d’aliment ingérée par l’animal et celle prédite par des équations mathématiques en fonction de ses dépenses d’entretien et de croissance. Plus cette CMJR est faible, plus les animaux sont efficaces pour un niveau de production donné. « En pratique, pour la population Maxter dont l’indice de consommation moyen est de 2,30, l’objectif est de sélectionner les individus ayant un indice de consommation inférieur à 2,10 pour au final atteindre cette valeur pour l’ensemble du cheptel. »

Julien Briant souligne également que ce travail réalisé sur l’indice de consommation vient en complément de la sélection menée ces dernières années sur l’épaisseur de lard dorsal. « Selon les références collectées par Imevia, l’un de nos distributeurs en France, le niveau des plus-values techniques des issus de Maxter est désormais supérieur de plus d’un centime à la moyenne Uniporc. » Un écart qu’il explique par les valeurs du G3 qui ne cessent de baisser, et par l’homogénéité des animaux en fin d’engraissement qui permet de placer plus de porcs dans la gamme. Julien Briant souligne aussi l’écart de prolificité obtenu en faveur des truies inséminées par de la semence Maxter, qui se traduit par 0,8 à 1 porcelet né de plus par portée. "Ces chiffres sont basés sur le retour de nos distributeurs et sur l’ensemble de nos essais conduits en élevage ", souligne-t-il. « Nous n’avons pas encore trouvé d’explication scientifique à cette différence, mais elle est réelle, quelle que soit la truie utilisée et en comparaison avec d’autres lignées Piétrain présentes sur les marchés européens. »

En chiffres

Hypor Maxter

1 500 truies en sélection

17 % du marché français

Sélection génomique depuis 2014

100 % stress négatif NN

Un engraissement à la mode des Pays-Bas

Si le gros œuvre (charpente et élévations) a été réalisé par des entreprises françaises (CME et Rose-Charpente) et la conception du bâtiment porte la signature de Bernard Brogard, technicien bâtiment Porc Armor Evolution, les équipements intérieurs ont été fournis par des entreprises nord-européennes. La ventilation (Hotraco) est centralisée, avec des trappes en matériau composite en sortie de salle sous caillebotis donnant dans la gaine centrale, identiques aux trappes d’entrée d’air régulées parfois utilisées dans les bâtiments français. Le système d’alimentation multiphase à sec (VDL Agrotech) a été placé dans le comble. Les deux chaînes d’alimentation primaires alimentent par gravité quatre chaînes secondaires qui circulent horizontalement dans les salles. Les équipements intérieurs sont signés Vereijken, avec des cloisons PVC renforcées pour s’adapter au poids élevé des animaux à la vente (+ de 140 kg). Les caillebotis Picto du belge Anders ont des rainures biseautées pouvant être colmatées par des profilés, permettant ainsi de créer un gisoir plein si une nouvelle norme bien-être l’impose. Ils présentent aussi la particularité de mesurer un mètre de large sur trois mètres de long pour un poids unitaire de 545 kg, ce qui nécessite l’utilisation d’une grue pour leur mise en place.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Le capteur est installé sur l'un des pieds du silo à 1 mètre de hauteur environ. © Nanolike
Cooperl connecte les silos d’aliment dans les élevages de porcs
Cooperl propose en partenariat avec la société Nanolike un capteur pour évaluer la quantité d’aliment restant dans les silos d’…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
 © D. Poilvet
La sous-traitance dans les abattoirs de porcs Allemands, c’est fini

« À partir du 1er janvier 2021, l’abattage et la transformation de la viande ne pourront être effectués que par les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)