Aller au contenu principal

Un bloc naissage neuf pour se convertir au bio

Aux Herbiers en Vendée, Gaël et Violaine Ouvrard ont décidé de prendre le virage de la conversion au bio en construisant un bloc naissage neuf de 77 truies. Un choix atypique, qui répond à leur besoin de confort au travail comme aux exigences du cahier des charges bio.

Le passage en bio, Gaël Ouvrard, à la tête d’un élevage conventionnel de 200 truies naisseur-engraisseur partiel depuis 2001, l’envisageait depuis longtemps sans pouvoir le réaliser. Son élevage n’était pas conforme au cahier des charges bio et il ne souhaitait pas, à cette époque, refaire un bâtiment. « Je n’avais pas assez de recul », dit-il également en évoquant les premiers temps où il l’envisageait. Ce n’est que plusieurs années après et l’installation de Violaine, son épouse, que les conditions pour effectuer cette conversion ont été réunies avec pour commencer la construction d’un bloc naissage neuf pour 77 truies.

4,4 m2 par truie gestante

La totalité du bâtiment est sur paille. Les femelles en gestation disposent chacune, conformément aux exigences de la charte, de 3,4 m² à l’intérieur et d’un mètre carré à l’extérieur, dans des courettes couvertes. Elles ont en permanence toute liberté de circuler entre l’intérieur et l’extérieur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
Les nez humains doivent sentir les molécules odorantes sur le gras chauffé des carcasses. © UGPVB
Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir
Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au…
Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales. © D. Poilvet
Un lien entre l’hygiène de la soupe des truies et les diarrhées néonatales
Une étude de Porc. spective montre que le risque d’avoir des diarrhées néonatales augmente lorsque le dénombrement d’entérocoques…
Yann Grelet, avec Jean-Jacques Rocher, technico-commercial Nutréa, et Anne Bouché, responsable marché en nutrition porc Nutréa. L’entreprise a suivi chez Yann Grelet les performances des porcs charcutiers alimentés au blé noir grâce notamment à une bascule connectée qui pèse instantanément les animaux en cours d’engraissement. © D. Poilvet
Nutréa lance le porc « cultivé et nourri au blé noir »
Deux ans d’investigations ont été nécessaires à Nutréa en collaboration avec un éleveur morbihannais pour élaborer un cahier des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)