Aller au contenu principal

Terre de Breizh crée des liens avec les consommateurs

La coopérative lamballaise Le Gouessant veut capitaliser avec sa marque Terre de Breizh sur le rapprochement entre les producteurs et les consommateurs, et la qualité des produits.

La gamme de charcuterie créée en 2016 est la dernière-née des produits Terre de Breizh, après les pommes de terre en 2012 et les œufs alternatifs en 2013. Elle se compose de deux produits, Le bon jambon breton et Les bons lardons bretons, tous deux estampillés Produit en bretagne et Le porc français. « Depuis le lancement de la gamme, nous avons commercialisé 900 000 barquettes », indique Amandine Mollé, chef de produit marketing. Le Gouessant ne possédant pas d’outils d’aval, les 1 000 porcs charcutiers nécessaires pour couvrir cette production sont abattus et transformés en prestation par les établissements Jean Floch à Locminé, dans le Morbihan. Les produits sont ensuite commercialisés via les GMS : Intermarché, Super U, Géant Casino et Carrefour. « Nous sommes présents dans 66 % des grandes surfaces bretonnes », affirme Rémi Cristoforetti, le directeur général du Gouessant. Les barquettes sont également distribuées en Île-de-France. Le chiffre d’affaires des produits Terre de Breizh en 2017 a été de 3,5 millions d’euros, dont 830 000 euros en charcuterie.

"Un outil pour une agriculture durable"

La marque Terre de Breizh s’inscrit dans une démarche globale de la Coop Le Gouessant initiée depuis 2008 appelée Fermes des 4 soleils. 128 exploitations, dont 38 détenant un élevage de porc, en font partie. La coopérative la présente comme un outil pour une agriculture durable, permettant aux exploitants de vivre de leur métier. « L’objectif initial était d’en faire une démarche de progrès et de soutenir nos adhérents des points de vue technique et économique », indique Frédéric Laski, responsable de région aliment porc Le Gouessant. « Un objectif qui perdure, puisque jusqu’à 2016, année de la dernière publication des chiffres GTE, la marge sur coût alimentaire des éleveurs du réseau était supérieure de cent euros par truie à la moyenne Ifip. » Les éleveurs Terre de Breizh touchent également une plus value de deux euros par porc, ainsi qu’une ristourne de cinq euros par tonne d’aliment, "ce qui correspond à une plus value totale de cinq euros par porc", calcule Frédéric Laski. Il souligne également que cette filière leur assure un débouché, « qui garantit les enlèvements des porcs charcutiers en temps voulu ».

La démarche Fermes des 4 soleils a aussi pour but de mettre en valeur le travail des exploitants, au travers de quatre valeurs : la passion pour leur métier, le bien-être des animaux, la qualité des produits et le respect de l’environnement. Ce cahier des charges, qui ne déborde pas du socle de base VPF, est mis en avant par les producteurs au travers de visites de leurs élevages ou d’animations en magasins, via la marque Terre de Breizh. « Nous sommes clairement dans une démarche de vente directe à grande échelle, avec un contact direct entre les producteurs et les consommateurs », souligne Rémi Cristoforetti, convaincu que ce type de démarche est indispensable pour dégager des ressources afin d’accompagner la mutation de l’agriculture bretonne. Et qui passe, pour les 4 000 adhérents de la coop, par un développement de la gamme Terre de Breizh. « Pour le porc, l’objectif à court terme est de créer de nouveaux produits dans le rayon charcuterie libre-service pour mieux valoriser les carcasses », souligne Amandine Mollé. D’autres productions seront prochainement concernées : vaches laitières, races à viande et volailles de chair.

Les consommateurs bretons séduits par Terre de Breizh

À l’Hyper U de Plouër-sur-Rance, près de Dinan dans les Côtes-d’Armor, les barquettes de jambons et de lardons, ainsi que les pommes de terre Terre de Breizh sont idéalement placées sur un présentoir, au milieu de l’allée principale près du rayon charcuterie libre-service. "Les clients sont rapidement intéressés par nos produits", témoigne Pascal Concert, éleveur dans la commune toute proche de Ploubalay et président du groupement Syproporcs. "Pour eux, les principaux arguments qui les attirent sont, dans l’ordre, la qualité du produit, le prix et l’origine locale. " Le logo Terre de Breizh capte rapidement leur attention. "Ce sont les seuls produits dans leur rayon qui revendiquent clairement leur origine Bretagne, ce qui en fait une force commerciale importante", souligne Anthony Delaunay, le commercial Terre de Breizh de la région. "Les consommateurs cherchent du local, car ils savent que ces produits sont aussi leurs emplois. " Le prix est dans la moyenne des produits similaires concurrents. "Ça reste toujours une composante essentielle dans l’acte d’achat", constate Pascal Concert. L’éleveur ne manque pas aussi de parler des conditions d’élevage de ses cochons, et des efforts faits pour améliorer la qualité de la viande. "Le bien-être, l’alimentation sans OGM, la traçabilité des produits avec un abattoir et un outil de transformation local, sont aussi des arguments majeurs qui fidélisent la clientèle", conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages

Sur le principe, tous les États membres, ou presque, souscrivent au renforcement des règles de l’UE en matière de bien-…

Les éleveurs ont construit une fosse de réception en béton d’une capacité de 15 tonnes. Les céréales sont reprises par une vis de diamètre 160 mm puis par un élévateur à godets qui les envoie vers les trois cellules de stockage.
"Nous baissons le prix de nos aliments porcs grâce à notre fabrique à la ferme"
Philippe et Guillaume Vasseur fabriquent les 800 tonnes d’aliments annuels nécessaires pour leur atelier de multiplication de 130…
Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)