Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Selon Thierry Pouch, économiste à l’APCA, la dérégulation des marchés agricoles a atteint ses limites.

Selon Thierry Pouch, économiste à l’APCA, le Covid-19 pourrait devenir le facteur déclencheur d’une démondialisation de l’économie, le grain de sable risquant de constituer un choc d’envergure pour la croissance.

Thierry Pouch, APCA "Il faut considérer le Covid-19 comme une variable supplémentaire dans la liste des incertitudes qui pèsent sur les productions agricoles» © G. Omnès
Thierry Pouch, APCA "Il faut considérer le Covid-19 comme une variable supplémentaire dans la liste des incertitudes qui pèsent sur les productions agricoles»
© G. Omnès

Économiste à l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA), Thierry Pouch estime que le Covid-19 joue le rôle de révélateur « d’un discrédit jeté sur la mondialisation telle qu’elle s’est mise en place au détour des années 80, provoquant une interdépendance exacerbée des économies ». Selon lui, l’épidémie apparaît comme « une aubaine pour recentrer un peu plus les économies sur elles-mêmes ».

Dans une analyse publiée récemment (1), il se réfère à des crises passées qui ont provoqué le même effet mondial : crise économique des années 1890, Grande Dépression des années 1930… Plus près de nous, il rappelle que celle de 2007-2008 a eu pour conséquence une forte contraction du commerce mondial de marchandises et, par extension, le renforcement des mesures de protection aux frontières. L’embargo russe en août 2014 qui a tant pénalisé la production porcine européenne, ou la taxation des exportations de produits agricoles en Argentine sont des exemples concrets de ce regain de protectionnisme. Cette tendance s’illustre aussi par la volonté de certains pays de « recouvrer leur souveraineté économique et politique » et un « retour de l’État-nation après plusieurs décennies de mondialisation libérale ». Le Brexit en est l’exemple le plus emblématique.

Des nouvelles protections douanières

Thierry Pouch constate aussi que la tendance est aussi à « la volonté de certains pays de protéger certains secteurs malmenés par la mondialisation » et de relocaliser leurs industries. Aux États-Unis, de nouvelles protections douanières mettent en application le slogan trumpien America First. Dans des pays avancés comme la France, l’économiste souligne que « les exigences des consommateurs (disponibilité, innovations, respect de l’environnement, des droits humains…) s’accommodent mal avec des flux commerciaux éloignés des centres de consommation ».

Dans ce contexte, l’émergence du Covid-19 constitue, selon lui, « un puissant facteur de déstabilisation pour une économie mondiale déjà aux portes de la crise ». Dit autrement, « l’économie mondiale est peut-être à un tournant de son histoire ». À court terme, l’épidémie affecte la production. "En réduisant l’activité productrice chinoise, puis mondiale, le virus a disloqué les chaînes de valeur dans le monde ". Le confinement a provoqué aussi un « choc de la demande ». L’économie réelle est touchée. « Si les débouchés ne sont pas suffisamment robustes, les entreprises n’investiront pas ».

Renforcement de l’autonomie alimentaire des pays

À plus long terme, cette situation ne peut donc, selon Thierry Pouch, qu’entraîner les prix vers le bas. Les produits agricoles sont particulièrement concernés. « La crise du Covid-19 renforce la volonté de certains pays à augmenter leur autonomie alimentaire », ce qui va restreindre les débouchés de ceux qui exportent. L’Argentine a récemment durci les taxes à l’exportation de ses céréales et de son soja. La Russie limite ses exportations de céréales pour répondre aux besoins de l’industrie et des élevages. L’objectif d’une telle mesure est de baisser les prix de ces produits sur le marché intérieur, au profit des consommateurs nationaux. Elle est bien sûr préjudiciable aux producteurs. « Mais elle leur permet aussi de ne pas être à la merci des fluctuations et de la baisse des cours mondiaux », fait remarquer Thierry Pouch.

Le marché mondial du porc fait pour le moment figure d’exception. La peste porcine africaine a provoqué un appel d’air géant vers la Chine que le Covid-19 ne va pas perturber, du moins dans l’immédiat. « Mais les chinois vont s’empresser d’effacer cette anomalie en reconstituant rapidement leur cheptel. À moyen terme, on est certain que les débouchés mondiaux ne seront plus aussi importants dans les années à venir ».

Thierry Pouch souligne que la baisse des prix agricoles est déjà enclenchée depuis plusieurs années, « alors qu’on nous avait annoncé en 2008 une hausse durable liée à l’augmentation de la consommation mondiale ». Cette hausse aurait « permis aux producteurs de dépendre de moins en moins de la puissance publique pour pérenniser leurs outils de production ». Aujourd’hui, l’économiste estime que le Covid-19 met en évidence « les limites de la dérégulation des marchés », et que la situation actuelle " va forcément vers une reconfiguration de la politique agricole européenne avec un retour à une régulation des productions".

(1) Thomas Diafoirus, médecin et probable prix Nobel d’économie 2020, ou les effets probables du Covid-19 sur l’économie mondiale et sur l’agriculture. Analyses et perspectives de l’APCA, N° 2002-mars 2020

Curriculum

Thierry Pouch est chef du service des études économiques de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture à Paris, et chercheur associé au laboratoire Regards de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les transformateurs européens, en particulier les Polonais, Néerlandais, Irlandais et Danois, seront les plus perturbés par le Brexit.  © Ifip
Le marché du porc britannique dans l’incertitude après le Brexit
En février, le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union européenne. Ce pays est un marché d’importance pour les…
Guy Kerhervé : « Avec un cheptel de 600 truies naisseur engraisseur, la taille de l’élevage devenait suffisante pour rentabiliser l’investissement dans une FAF complète." © A. Puybasset
Une FAF intégrale pour optimiser le coût alimentaire de l’élevage naisseur engraisseur de 600 truies
La SCEA Kerhervé a investi dans un cœur de FAF et augmenté sa capacité de stockage de matières premières, pour alimenter tout l’…
Pour les livraisons des reproducteurs Choice, les chauffeurs sont équipés de masque de protection. © Choice
La filière porcine s’adapte au contexte Covid-19
Des solutions ont été trouvées pour maintenir l’activité de la filière dans tous les corps de métier, tout en respectant les…
Avec les cases ascenseur, le gain net de prolificité estimé est de 0,36 porcelet sevré par portée. © D. Poilvet
Des éleveurs unanimement satisfaits des cases ascenseur pour les truies en maternité
Selon une enquête des chambres d’agriculture de Bretagne, les éleveurs interrogés sont satisfaits de leurs cases ascenseur, tant…
La Chine veut construire des élevages de porcs à l’étranger pour approvisionner son marché intérieur

Le 16 mars dernier, l’agence de planification et le ministère de l’Agriculture chinois ont publié un nouveau plan de…

Les échanges mondiaux permettent de résoudre des pénuries momentanées qui interviennent dans certaines régions du monde, comme en Chine actuellement. © M. Sardin
Le Covid-19 va peu impacter le commerce mondial du porc
Pour l’Ifip, le commerce mondial du porc pourrait être peu affecté à long terme par la crise du Covid-19. Même si, pour certains…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)