Aller au contenu principal

Rompre les cycles de contamination pour vaincre la grippe récurrente

Rencontres internationales de la production porcine. Au cours des dernières RIPP organisées par Synthèse élevage et Chêne vert conseil, Nicolas Rose, Anses Ploufragan, a développé les pistes pour maîtriser la forme récurrente de la grippe qui touche de plus en plus d'élevages.

Les porcelets ne sont pas spécialement abattus, 
mais toussent et finissent 
par constituer des lots hétérogènes.
Les porcelets ne sont pas spécialement abattus,
mais toussent et finissent
par constituer des lots hétérogènes.
© C. Gérard

Instaurer des « ruptures » des cycles d'infection, limiter les mélanges d'animaux, améliorer l'ambiance des salles, accentuer la biosécurité interne et éventuellement revoir le protocole de vaccination, ce sont les pistes proposées par l'Anses pour maîtriser la grippe récurrente.
Cette pathologie gagne en effet du terrain depuis quelques années. Elle se manifeste sur des porcelets qui ne sont pas abattus, mais présentent de la toux, des éternuements, avec des lots qui deviennent hétérogènes, le phénomène se répétant quasiment à chaque bande et au même âge... D'où l'appellation de grippe « récurrente ». Elle se distingue de la grippe dite « classique » qui est observée plutôt en engraissement, avec des symptômes plus marqués d'hyperthermie, d'anorexie, de léthargie, et disparaissant au bout d'une semaine environ.
L'Anses a conduit une étude dans trois élevages régulièrement confrontés au problème. Nicolas Rose, directeur de l'unité d'épidémiologie (Ploufragan) rapporte que dans ces trois élevages, des virus H1N1 ou H1N2 et leurs réassortants ont été identifiés successivement, voire simultanément. « Ce qui prouve que ces virus peuvent circuler en même temps à l'échelle de l'élevage, de la bande, voire de l'individu. »


Des porcelets « allumeurs de mèches » qui entretiennent la circulation des virus


Par ailleurs, les analyses montrent qu'en cas d'infection précoce, à moins de 50 jours d'âge, donc en présence d'anticorps maternels, les porcelets pouvaient se recontaminer faute d'une immunité active. « Ces épisodes infectieux sont initiés par des porcelets souvent issus de truies transmettant une immunité maternelle faible, et issus de portées où de nombreuses adoptions ont été réalisées. Ce sont des " allumeurs de mèches " qui relancent constamment la circulation des virus. »
Ils contaminent donc les autres porcelets qui, à leur tour, excrètent le virus au gré de la disparition des anticorps maternels... Et voilà pourquoi la grippe devient récurrente. L'absence de rupture de cycles d'infection, la coexistence répétée d'animaux sensibles et excréteurs dans les mêmes locaux, la présence de sous populations de porcelets ayant un défaut de réponse immunitaire et enfin la co-circulation de plusieurs sous types de virus grippaux participent conjointement au phénomène de récurrence », explique Nicolas Rose.

Plusieurs modifications de conduite à mener simultanément


La stratégie de lutte vise globalement à réaliser une rupture des cycles d'infection. Nicolas Rose avance même la possibilité « d'exporter » une à deux bandes de porcelets sevrés. Mais avant toute chose, les réallotements à tous les niveaux doivent être proscrits et les adoptions limitées à leur strict minimum et si possible être réalisées sur les truies de même parité. Les règles de biosécurité s'imposent évidemment pour éviter la circulation des virus des reproducteurs aux porcelets.
Enfin, Nicolas Rose suggère de modifier le protocole de vaccination contre la grippe en reportant le rappel sur les truies en maternité lorsque les porcelets sont atteint précocement (moins de 45 jours d'âge). L'idée est de limiter l'impact des anticorps maternels qui retardent la réponse immunitaire des porcelets en contact avec le virus.
Nicolas Rose annonce que des essais sont en cours pour tester d'autres stratégies vaccinales des truies telles que la vaccination de masse ou un double rappel en gestation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

 © D. Poilvet
Cinq points clés pour sevrer les porcelets sans artifices
Philippe Heughebaert et sa cheffe d’élevage Marion Fortin ont mis en place une conduite d’élevage rigoureuse pour permettre à…
 © J.Guichon
Une éleveuse aux petits soins pour ses truies
Parler, toucher, caresser, gratter… un véritable programme de thalassothérapie attend les cochettes et les truies de Cindy Da…
Des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le bâtiment est conçu pour apporter un maximum de lumière naturelle. © B. Plesse
Un élevage bien-être Cooperl pour approvisionner Bordeau Chesnel

« Maximiser le bien-être animal et minimiser son impact environnemental », tels sont les deux engagements forts…

Nombre de porcs mâles entiers abattus par pays en Europe (en million)  © Ifip
Un tiers des porcs mâles élevés en Europe n’est pas castré
L’Ifip estime le nombre de porcs mâles non castrés en Europe à 45 millions en 2020, en progression de 30 % depuis cinq ans.
Carcasse de porc entier (à gauche) et vacciné (à droite). La viande de la seconde est plus rose avec plus de gras.  © Tummel
Un abattoir allemand choisit la vaccination pour remplacer la castration à vif des porcelets
À partir du 1er janvier 2021, les naisseurs allemands auront interdiction de castrer leurs porcelets mâles à vif. Ils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)