Aller au contenu principal

Terralliance
Recruter un salarié à temps partiel, c’est possible

Lorsqu’un salarié est nécessaire pour que l’élevage fonctionne, mais qu’un temps comple, c’est trop, la solution d’emplois partagés s’avère très intéressante, et facilitée par l’adhésion à un groupement d’employeurs. Démonstration avec Terralliance.

© cg

« Notre mission consiste à être aux côtés des exploitants qui souhaitent recruter à temps partiel. Nous travaillons depuis la genèse du projet jusqu’à la gestion administrative et humaine du salariat »  résume Mickaël Alexandre, chargé de développement au groupement d’employeurs Terralliance, dans les Côtes d’Armor (1)

. L’objectif premier est d’aider les éleveurs à embaucher un salarié à temps partiel, exercice pas évident pour un éleveur témoigne Jean-Luc Pécheux, éleveur de 200 truies à Trédaniel (22), qui a trouvé la solution à son problème via Terralliance, il y a maintenant 3 ans.

Face à une demande d’un employeur, Terralliance commence par une conseil et un accompagnement dans la définition du poste à pourvoir : quel besoin, quel profil, quelle durée hebdomadaire, quel coût ? … La phase suivante consiste à prospecter auprès d’autres exploitants géographiquement proches les éventuels besoins similaires, l’objectif étant de constituer, au final, un temps plein pour le salarié qui pourra alors avoir 2 patrons, voire plus ! A ce niveau, l’intervenant doit avoir une solide connaissance du fonctionnement des élevages afin que la solution puisse fonctionner : conduites en bandes  compatibles, mais aussi technicité de l’élevage telles que le salarié puisse le plus facilement possible passer d’une élevage à l’autre.

Terraliance se charge ensuite de la recherche du candidat par tous les moyens possibles : petites annonces, bien sûr, mais aussi contacts dans les écoles et toute approche susceptible de susciter des vocations pour un emploi à temps complet, mais auprès de plusieurs chefs d’entreprise.

L’embauche étant validée par les exploitants, l’intégralité des démarches administratives est ensuite assumée par le groupement d’employeurs : versement des salaires, gestion des remplacements en cas d’arrêt de longue durée…  « Le patron, c’est l’éleveur. L’employeur, c’est nous ! »  résume Mickaël Alexandre. En fonctionnement depuis 2007, ce groupement d’employeurs compte aujourd’hui 35 salariés, essentiellement dans des élevages laitiers et porcins. Il a aussi étendu ses prestations au recrutement de salariés pour des éleveurs qui délèguent l’aspect « recrutement » mais restent les employeurs directs de leurs salariés.

Les plus lus

éleveur de porcs dans la Sarthe
« Mon atelier porcin d'engraissement est en synergie avec mes cultures »
Gérant et associé d’une maternité collective, Sébastien Renvoisé a en parallèle investi dans un atelier d’engraissement, raisonné…
François Denoual : «Avec la nouvelle maternité, je compte améliorer le nombre de sevrés par truie et gagner en confort de travail.»
« J'optimise mon temps de travail avec le nouveau naissage de mon élevage de porcs»

À la tête d’un élevage de 174 truies et sa suite, François Denoual a investi dans un bâtiment regroupant la maternité et la…

Les porcelets sont mélangés en groupes de trois à quatre portées.
« La sociabilisation des porcelets en maternité m’apporte beaucoup d’avantages »

Depuis deux ans, Ségolène sociabilise ses porcelets en maternité. Elle y voit de nombreux avantages sur ses conditions de…

Les journées s’articulent généralement autour d’une visite d’élevage chez l’un des membres du groupe.
Les éleveurs de porcs réfléchissent en groupe pour anticiper les évolutions des élevages
Les Chambres d’agriculture de Bretagne animent cinq groupes d’éleveurs de porcs répartis sur toute la région. Les thématiques…
Michel Bloc'h, président de l'UGPVB l’élevage a deux défis à relever : l’investissement et le renouvellement des élevages. "
Quels sont les défis à relever pour maintenir l’élevage de porcs en France?
L’assemblée générale de l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) a souligné les difficultés que…
La conjoncture économique plus favorable en 2023 encourage les investissements dans les bâtiments d'élevage.
Trésoreries : Une bonne année 2023 en élevage de porc

La hausse du prix du porc en 2023 a permis de renflouer les trésoreries des élevages de porc, mises à mal depuis 2020. L’étude…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)