Aller au contenu principal
Font Size

Terralliance
Recruter un salarié à temps partiel, c’est possible

Lorsqu’un salarié est nécessaire pour que l’élevage fonctionne, mais qu’un temps comple, c’est trop, la solution d’emplois partagés s’avère très intéressante, et facilitée par l’adhésion à un groupement d’employeurs. Démonstration avec Terralliance.

© cg

« Notre mission consiste à être aux côtés des exploitants qui souhaitent recruter à temps partiel. Nous travaillons depuis la genèse du projet jusqu’à la gestion administrative et humaine du salariat »  résume Mickaël Alexandre, chargé de développement au groupement d’employeurs Terralliance, dans les Côtes d’Armor (1)

. L’objectif premier est d’aider les éleveurs à embaucher un salarié à temps partiel, exercice pas évident pour un éleveur témoigne Jean-Luc Pécheux, éleveur de 200 truies à Trédaniel (22), qui a trouvé la solution à son problème via Terralliance, il y a maintenant 3 ans.

Face à une demande d’un employeur, Terralliance commence par une conseil et un accompagnement dans la définition du poste à pourvoir : quel besoin, quel profil, quelle durée hebdomadaire, quel coût ? … La phase suivante consiste à prospecter auprès d’autres exploitants géographiquement proches les éventuels besoins similaires, l’objectif étant de constituer, au final, un temps plein pour le salarié qui pourra alors avoir 2 patrons, voire plus ! A ce niveau, l’intervenant doit avoir une solide connaissance du fonctionnement des élevages afin que la solution puisse fonctionner : conduites en bandes  compatibles, mais aussi technicité de l’élevage telles que le salarié puisse le plus facilement possible passer d’une élevage à l’autre.

Terraliance se charge ensuite de la recherche du candidat par tous les moyens possibles : petites annonces, bien sûr, mais aussi contacts dans les écoles et toute approche susceptible de susciter des vocations pour un emploi à temps complet, mais auprès de plusieurs chefs d’entreprise.

L’embauche étant validée par les exploitants, l’intégralité des démarches administratives est ensuite assumée par le groupement d’employeurs : versement des salaires, gestion des remplacements en cas d’arrêt de longue durée…  « Le patron, c’est l’éleveur. L’employeur, c’est nous ! »  résume Mickaël Alexandre. En fonctionnement depuis 2007, ce groupement d’employeurs compte aujourd’hui 35 salariés, essentiellement dans des élevages laitiers et porcins. Il a aussi étendu ses prestations au recrutement de salariés pour des éleveurs qui délèguent l’aspect « recrutement » mais restent les employeurs directs de leurs salariés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)