Aller au contenu principal
Font Size

Que Choisir dénonce les origines "trop secrètes" des viandes

Part des produits indiquant l'origine du lait et de la viande
© Source : UFC Que Choisir

Selon une enquête sur l’étiquetage du pays d’origine du lait et des viandes utilisés en tant qu’ingrédients réalisée par l’UFC Que Choisir (1), le porc est sur le "triste podium de l’opacité" des produits carnés les moins bien tracés, derrière les produits à base de volaille, mais loin devant le lait et la viande de bœuf. 53 % de produits transformés à base de porc ne mentionnent pas l’origine de la viande, ou bien indiquent une mention vague de type "origine UE", "non UE", voire "UE/non UE"! L’association souligne que si l’indication d’origine est obligatoire pour les aliments bruts tels que les viandes, elle n’était en revanche pas exigée jusqu’à présent pour les produits transformés, alors même que ceux-ci constituent la plus grande partie de l’alimentation des Français. Elle reconnaît également que cette opacité menace directement la traçabilité des filières alimentaires. Par rapport à sa précédente enquête réalisée lorsque l’indication d’origine était encore volontaire, l’UFC Que Choisir constate que la transparence a progressé de 25 % grâce à la nouvelle obligation réglementaire. Mais elle déplore que l’opacité persiste sur 39 % des produits à base de viandes.

(1) Étude réalisée par l’UFC Que choisir entre décembre 2017 et avril 2018 sur un échantillon de 269 produits laitiers et produits transformés à base de bœuf, de porc et de volaille, de marques nationales et de marques de distributeurs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)