Aller au contenu principal

Quatre solutions pour stocker les céréales sèches

Que ce soit pour de petits ou de gros volumes, intégrés ou non à une fabrique d’aliment, il existe une palette de solutions à tous les prix pour stocker ses céréales.

Selon les volumes à stocker, les installations existantes, et le budget qu’on veut y consacrer, des solutions différentes existent pour stocker les céréales.
Selon les volumes à stocker, les installations existantes, et le budget qu’on veut y consacrer, des solutions différentes existent pour stocker les céréales.
© P. Cronenberger

l’occasion de deux Rallyfaf réalisés cet hiver par Porélia, les éleveurs du groupement finistérien ont pu découvrir quatre solutions de stockage adaptées à la plupart des cas de figures qui se présentent, selon les volumes à stocker, les installations existantes, et le budget qu’on veut y consacrer.
Les cellules ouvertes sous un hangar ont la préférence des éleveurs qui fabriquent la totalité de leurs aliments à la ferme. Généralement intégrées à une fabrique d’aliment, faciles à remplir et à vider, elles offrent une grande souplesse d’utilisation. Chez Roland Quintin, éleveur à Plonévez-Porzay dans le Finistère, les cinq cellules situées à proximité du cœur de la FAF permettent de stocker 1000 tonnes de céréales utilisées en complément d’un maïs humide.
Les cellules extérieures sont indiquées quand il n’y a plus de place couverte disponible, ou bien quand il faut créer rapidement de nouvelles capacités de stockage. Jeune éleveur installé en 2003 avec l’acquisition d’un post-sevrage-engraissement, Sébastien Brishoual a investi dans une fabrique d’aliment simplifiée, puis dans deux cellules extérieures pour stocker du blé et de l’orge qu’il valorise dans l’alimentation de ses animaux.



Entre 70 et 150 euros par tonne de céréales stockées

 


Le stockage à plat dans un hangar constitue la technique la plus simple à mettre en œuvre. Peu onéreux s’il valorise un bâtiment existant, il faut cependant bien concevoir le système de ventilation pour refroidir le tas. Du matériel de manutention sera également nécessaire pour la reprise et le transfert dans des cellules d’attente. Yann Le Roy, éleveur à Pont Aven dans le Finistère sud, utilise un hangar pour stocker à la fois son blé et son maïs humide dans des silos couloir, aux côtés de la fabrique d’aliment. Enfin, la cellule sécheuse sécurise le stockage en insufflant de l’air chaud tout en brassant le tas pour abaisser le taux d’humidité des céréales. Ce système est particulièrement indiqué dans les régions où la « fenêtre météo » de la récolte est courte, et quand l’éleveur n’a pas d’autre solution que de rentrer ses céréales à un taux d’humidité élevé.

 

La cellule sécheuse abaisse le taux d’humidité des céréales

 

Le coût annoncé varie entre 70 et 150 euros par tonne de céréales stockées. Un montant ramené à la tonne fortement dépendant de la taille de l’installation.
Des équipements supplémentaires sont parfois nécessaires (tracteur avec un godet ou téléscopique pour la reprise, transferts pneumatiques ou à vis, broyeur…). Ces investissements doivent être intégrés dans le coût de l’aliment reconstitué, au même titre que le temps de travail, l’énergie et la freinte. Mais que ce soit avec des complémentaires, ou bien dans le cadre d’une fabrique intégrale, la rentabilité du stockage à la ferme est souvent au rendez-vous.

Au sommaire du dossier :

p. 20  -  EARL Kergoncily à Plonévez-Porzay (29)
Cinq cellules de 200 tonnes sur venticône et sous  un hangar


p. 22  -  EARL Brishoual au Trévoux (29)
Deux cellules extérieures de 130 tonnes sur venticône


p. 23  -  EARL Le Roy à Pont-Aven (29)
350 tonnes en stockage à plat sous hangarp.

24  -  Maïs, céréales à paille ou colza
Une cellule sécheuse venue du continent américain

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Anne Richard est la nouvelle directrice de l'interprofession porcine Inaporc

Anne Richard, actuelle directrice de l'Itavi et d'Anvol (Institut technique de l’aviculture et Interprofession de la volaille…

« La non castration des porcelets, c’est une économie de 10 euros par porc»

L’association des éleveurs « 

Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons
L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)