Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Quatre nouveaux critères pour analyser la longévité des truies

L’Ifip a retenu quatre nouveaux critères issus de la base nationale de GTTT pour analyser les facteurs de variation de la longévité des truies. Ces critères sont le nombre total de portées sevrées, de porcelets nés totaux, de porcelets nés vivants et de porcelets sevrés. À partir des résultats de l’année 2015 (dernière année complète publiée par l’Ifip), le nombre total de portées sevrées par les truies mises à la reproduction, y compris les cochettes réformées avant la première mise bas est de 4,84, avec un écart-type important de 2,96. Sur l’ensemble de leur carrière, ces truies ont produit en moyenne 70,3 porcelets nés totaux, 65,2 nés vivants et 55,3 sevrés. La variabilité des résultats est très grande : 70 porcelets nés totaux pour 3 à 9 portées sevrées selon les truies. L’Ifip met en avant un effet « truie » important, notamment le type génétique. Le mode de renouvellement est un critère discriminant : 76,6 % des femelles achetées atteignent trois portées, contre seulement 67,1 % en cas d’autorenouvellement. Enfin, la durée de la carrière et le nombre total de porcelets sevrés diminuent lorsque la mise à la reproduction est retardée (âge à la première mise bas). L’Ifip a aussi mis en évidence des effets « élevage » : avantage pour les sols paillés, avec 5,1 portées sevrées par truie, contre 4,8 pour les truies conduites sur caillebotis. Confirmation du risque lié à la libération des truies entre 8 et 15 jours après l’IA : ces truies ne produisent que 3,7 portées dans leur carrière. La quantité d’aliment consommé par truie et par an a un effet significatif quand elles sont sevrées à 28 jours, avec des longévités maximales entre 1 250 et 1 350 kg. Enfin, les écarts entre mode de distribution et types d’aliment ne sont pas significatifs, malgré des résultats en faveur des distributeurs automatiques de concentrés (DAC).

Analyse des facteurs de variation de la longévité des truies en élevage à partir de quatre nouveaux critères. JRP 2019, p. 47-48.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Wisium en ordre de marche

Le Space a été l’occasion de présenter officiellement la marque Wisium, issue de la fusion des firmes services Inzo et…

Thierry Marchal, président du groupe de travail porc de la chambre d'agriculture de Bretagne. "Il ne faut pas voir la biosécurité comme une contrainte, mais comme un atout. " © Chambre d'agriculture de ...
« Transformer la contrainte biosécurité en une opportunité »
La chambre d’agriculture de Bretagne organise une journée destinée aux éleveurs et aux techniciens sur la santé des porcs et…
Vignette
Une mini-machine à lait déplaçable

Baby Care est une mini-machine à lait déplaçable dont la particularité est de pouvoir se brancher au circuit d’eau qui…

Vignette
Les Allemands réfléchissent à la porcherie du futur

L’avenir de l’élevage passe aujourd’hui sous les fourches Caudines des consommateurs : plus d’espace et de liberté pour…

Vignette
Un nouvel observatoire national des vaccins vétérinaires

Le Syndicat de l’industrie du médicament et réactif vétérinaires (SIMV) vient de publier les taux de vaccination des…

Vignette
"Les achats de proximité couvrent 64 % des besoins protéiques de mon élevage de porcs"
Laurent Ferchal achète la quasi-totalité de ses besoins en céréales à des agriculteurs voisins. Des coproduits locaux constituent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)