Aller au contenu principal

Quatre nouveaux critères pour analyser la longévité des truies

L’Ifip a retenu quatre nouveaux critères issus de la base nationale de GTTT pour analyser les facteurs de variation de la longévité des truies. Ces critères sont le nombre total de portées sevrées, de porcelets nés totaux, de porcelets nés vivants et de porcelets sevrés. À partir des résultats de l’année 2015 (dernière année complète publiée par l’Ifip), le nombre total de portées sevrées par les truies mises à la reproduction, y compris les cochettes réformées avant la première mise bas est de 4,84, avec un écart-type important de 2,96. Sur l’ensemble de leur carrière, ces truies ont produit en moyenne 70,3 porcelets nés totaux, 65,2 nés vivants et 55,3 sevrés. La variabilité des résultats est très grande : 70 porcelets nés totaux pour 3 à 9 portées sevrées selon les truies. L’Ifip met en avant un effet « truie » important, notamment le type génétique. Le mode de renouvellement est un critère discriminant : 76,6 % des femelles achetées atteignent trois portées, contre seulement 67,1 % en cas d’autorenouvellement. Enfin, la durée de la carrière et le nombre total de porcelets sevrés diminuent lorsque la mise à la reproduction est retardée (âge à la première mise bas). L’Ifip a aussi mis en évidence des effets « élevage » : avantage pour les sols paillés, avec 5,1 portées sevrées par truie, contre 4,8 pour les truies conduites sur caillebotis. Confirmation du risque lié à la libération des truies entre 8 et 15 jours après l’IA : ces truies ne produisent que 3,7 portées dans leur carrière. La quantité d’aliment consommé par truie et par an a un effet significatif quand elles sont sevrées à 28 jours, avec des longévités maximales entre 1 250 et 1 350 kg. Enfin, les écarts entre mode de distribution et types d’aliment ne sont pas significatifs, malgré des résultats en faveur des distributeurs automatiques de concentrés (DAC).

Analyse des facteurs de variation de la longévité des truies en élevage à partir de quatre nouveaux critères. JRP 2019, p. 47-48.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

 © D. Poilvet
Cinq points clés pour sevrer les porcelets sans artifices
Philippe Heughebaert et sa cheffe d’élevage Marion Fortin ont mis en place une conduite d’élevage rigoureuse pour permettre à…
 © J.Guichon
Une éleveuse aux petits soins pour ses truies
Parler, toucher, caresser, gratter… un véritable programme de thalassothérapie attend les cochettes et les truies de Cindy Da…
Images L214 de porcs décomposés : les explications de la Cooperl
Des images de L214 montrent des cadavres de cochons dans un état de décomposition avancé. Ces images ont été prises dans un…
Des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le bâtiment est conçu pour apporter un maximum de lumière naturelle. © B. Plesse
Un élevage bien-être Cooperl pour approvisionner Bordeau Chesnel

« Maximiser le bien-être animal et minimiser son impact environnemental », tels sont les deux engagements forts…

Forte augmentation de la productivité des truies en cinq ans en France
La productivité des truies en France a augmenté de 0,8 porcelet par portée en cinq ans, selon les données collectives de gestion…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)