Aller au contenu principal
Font Size

Progresser en engraissement

Les écarts de performances des porcs charcutiers entre élevages restent considérables, même si, en moyenne, elles progressent toujours. Le plus souvent, le respect des normes déjà connues permet d’améliorer les résultats. Mais de nouvelles pistes apparaissent et laissent présager des progrès considérables.

© DR

Faut-il le rappeler, les performances en engraissement ont un impact majeur sur la compétitivité d’un élevage. Globalement, les clés du succès sont connues. On sait que la génétique et l’aliment permettent des résultats qui ne sont pas atteints dans certains élevages.

Dans le cas d’une valorisation des céréales à la ferme, la connaissance des matières premières principales – généralement blé et/ou maïs – est un préalable incontournable. Les analyses chimiques s’imposent, tout comme la recherche d’une qualité de conservation, d’absence de mycotoxines… Les techniciens AliOuest accompagnent les éleveurs fafeurs dans cette démarche et en mesurent l’efficacité au travers de pesées régulières. (p 20). Ils vont aussi jusqu’à proposer des complémentaires à la carte qui répondent au mieux aux caractéristiques des céréales en présence et aux attentes de l’éleveur (p 23).

Mais qu’il s’agisse d’aliment fabriqué à la ferme ou d’aliment complet, le respect de quelques points bien précis ressort de toutes les expériences. Cooperl les a identifiés au travers d’une enquête terrain portant sur 83 élevages du Grand Ouest (page 24) en se focalisant sur les pratiques des éleveurs qui obtiennent les meilleurs indices de consommation. Aliment en miette plutôt qu’en farine, suivi strict des auges et plafonnement de la courbe de distribution caractérisent les élevages les plus performants en soupe. Mais d’autres facteurs tels que la place à l’auge, le respect du chargement, la limitation des mélanges, bref des « fondamentaux » qu’il convient de ne pas oublier s’avèrent aussi déterminants. Le témoignage d’Eric Fraboulet, jeune naisseur-engraisseur à Saint-Thélo, en Côtes-d’Armor, le confirme. Les performances exceptionnelles (2,4 d’IC 30-115 kg) qu’il obtient sont le fruit d’une rigueur que l’éleveur impose à tous les stades de l’élevage, et en particulier dans son engraissement (page 26). Preuve qu’en respectant les normes connues, avec un aliment standard qui représente 90 % des volumes d’aliment d’engraissement fabriqué par la coopérative, selon Thierry Méner, responsable nutrition Cooperl, d’excellentes performances sont accessibles.

Mais des marges de progrès considérables peuvent encore être attendues grâce à une alimentation d’une plus grande précision, s’attachant à couvrir les besoins individuels de porcs logés en groupe. C’est en tout cas l’idée qui prévaut grâce à une future génération d’alimentateurs dont un prototype est à l’étude entre Le Gouessant et Asserva (p 27). La possibilité de fournir au porc, selon son poids, son appétit et l’objectif de l’éleveur, la formule alimentaire la mieux adaptée en composition et en quantité est, sur le papier, une source potentielle de progrès considérables. Reste à mettre au point le matériel adapté, à un prix abordable pour les élevages de production.

Ne jamais oublier les « fondamentaux »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)