Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Préparations de précision et distribution par spires pour le multiphase Sodimel

Chez Christophe Sorre à Pontorson dans la Manche, le multiphase Sodimel prépare les aliments par mélanges jusqu’à 40 kg et les distribue dans les nourrisseurs de son bâtiment post-sevrage-engraissement sur paille par deux lignes de spires.

Post-sevreur-engraisseur depuis dix ans, Christophe Sorre a voulu, en 2015, valoriser son maïs dans les aliments deuxième âge, croissance et finition. C’est donc tout naturellement qu’il s’est orienté vers le multiphase Sodimel qui associe la fabrication des aliments et leur distribution par des spires de 90 millimètres de diamètre dans les nourrisseurs de son bâtiment sur paille. "Je ne voulais surtout pas casser toutes les cases pour passer à une alimentation soupe, qui est par ailleurs moins bien adaptée à un bâtiment sur paille que les nourrisseurs", justifie l’éleveur. Pour stocker son maïs, il n’a eu qu’à installer des murs en béton sous le hangar situé à proximité de la porcherie pour former deux silos couloirs. Il le reprend tous les deux à trois jours au godet, pour le transférer dans un dessileur de 2,4 m3 pouvant contenir jusqu’à 1,2 tonne de la matière première. Christophe Sorre fabrique entre 800 kg et une tonne d’aliment par jour.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Le coronavirus pèse sur les marchés des matières premières pour l'aliment des porcs

Après une période de stabilité au dernier trimestre 2019, le prix de l’aliment pour porc charcutier estimé par l’Ifip a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)