Aller au contenu principal

Premiers retours du terrain positifs sur les maternités liberté dans les élevages de porcs

Les premiers éleveurs à avoir investi dans les cases de mise bas liberté font état de performances techniques qui se maintiennent, de bonnes conditions de travail et d’une amélioration du bien-être des animaux.

 © D. Poilvet
© D. Poilvet

Les études menées récemment par la chambre d’agriculture de Bretagne et le service Recherche et Développement d’Evel’Up sont formelles : les éleveurs qui ont fait le choix des maternités liberté ne le regrettent pas. L’impact sur le bien-être des truies et des porcelets semble réel, avec davantage d’interactions et des animaux plus actifs. Les conséquences sur les résultats techniques semblent plutôt bonnes, avec notamment de meilleures montées en lactation et des truies qui consomment plus. Le nombre de porcelets écrasés est parfois un peu plus élevé. Mais il n’atteint pas le niveau des premiers tests réalisés en station expérimentale. Ce critère semble maîtrisable, à condition d’avoir une conduite animalière qui inclut une bonne gestion de l’ambiance et de l’alimentation. L’augmentation de la taille des cases va de pair avec l’accroissement du nombre de porcelets par portée. Les truies sélectionnées sur leurs qualités maternelles expriment pleinement leur potentiel dans ce type d’équipement. Selon les témoignages des éleveurs, les conditions de travail ne sont pas dégradées. Cependant, la conception des cases ne prend pas toujours en compte la sécurité des éleveurs et l’ergonomie pour accéder aux porcelets, à l’auge des truies ou pour le lavage. La case idéale n’existe pas encore, et il reste encore beaucoup de points à améliorer.

Ce premier bilan plutôt positif peut expliquer pourquoi les cases liberté interpellent, malgré le fait que la libération des truies en maternité n’est imposée ni par la réglementation sauf en bio, ni par aucun cahier des charges. De plus, le surcoût peut atteindre 200 à 1 000 euros par case selon les options choisies, auquel il faut ajouter la surface de bâtiment supplémentaire.

On peut voir dans cette évolution le signe que la prise en compte du bien-être animal peut être une source de satisfaction pour les éleveurs. Elle démontre que la contrainte réglementaire n’est pas indispensable pour faire évoluer les pratiques d’élevage, dans la limite de leur faisabilité technique et économique. À charge désormais aux organismes de production et aux filières de valoriser ces progrès et d’en tirer une plus-value.

Les conditions de travail ne sont pas dégradées

Les plus lus

Cyril et Marina Montier, et Vincent Lenoir. « Nous proposons à nos clients des viandes et des charcuteries en direct de notre coopérative. »
Un nouveau magasin Coop chez vous dans les Côtes-d’Armor
La ferme du Moulin Tizon à Penguily, dans les Côtes-d’Armor, est le 17e magasin Coop chez vous, une démarche de vente…
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
En 2021, les résultats des éleveurs de porc ont baissé dans la très large majorité des principaux pays producteurs du monde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)