Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Premiers retours du terrain positifs sur les maternités liberté dans les élevages de porcs

Les premiers éleveurs à avoir investi dans les cases de mise bas liberté font état de performances techniques qui se maintiennent, de bonnes conditions de travail et d’une amélioration du bien-être des animaux.

 © D. Poilvet
© D. Poilvet

Les études menées récemment par la chambre d’agriculture de Bretagne et le service Recherche et Développement d’Evel’Up sont formelles : les éleveurs qui ont fait le choix des maternités liberté ne le regrettent pas. L’impact sur le bien-être des truies et des porcelets semble réel, avec davantage d’interactions et des animaux plus actifs. Les conséquences sur les résultats techniques semblent plutôt bonnes, avec notamment de meilleures montées en lactation et des truies qui consomment plus. Le nombre de porcelets écrasés est parfois un peu plus élevé. Mais il n’atteint pas le niveau des premiers tests réalisés en station expérimentale. Ce critère semble maîtrisable, à condition d’avoir une conduite animalière qui inclut une bonne gestion de l’ambiance et de l’alimentation. L’augmentation de la taille des cases va de pair avec l’accroissement du nombre de porcelets par portée. Les truies sélectionnées sur leurs qualités maternelles expriment pleinement leur potentiel dans ce type d’équipement. Selon les témoignages des éleveurs, les conditions de travail ne sont pas dégradées. Cependant, la conception des cases ne prend pas toujours en compte la sécurité des éleveurs et l’ergonomie pour accéder aux porcelets, à l’auge des truies ou pour le lavage. La case idéale n’existe pas encore, et il reste encore beaucoup de points à améliorer.

Ce premier bilan plutôt positif peut expliquer pourquoi les cases liberté interpellent, malgré le fait que la libération des truies en maternité n’est imposée ni par la réglementation sauf en bio, ni par aucun cahier des charges. De plus, le surcoût peut atteindre 200 à 1 000 euros par case selon les options choisies, auquel il faut ajouter la surface de bâtiment supplémentaire.

On peut voir dans cette évolution le signe que la prise en compte du bien-être animal peut être une source de satisfaction pour les éleveurs. Elle démontre que la contrainte réglementaire n’est pas indispensable pour faire évoluer les pratiques d’élevage, dans la limite de leur faisabilité technique et économique. À charge désormais aux organismes de production et aux filières de valoriser ces progrès et d’en tirer une plus-value.

Les conditions de travail ne sont pas dégradées

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Vers des élevages de porcs plus autonomes en protéines
Le programme SOS Protein (1) lancé par les régions Bretagne et Pays de la Loire a pour objectif de limiter la dépendance des…
Un concours européen sur les meilleures pratiques d’élevage

Comme chaque année depuis 2017, le concours européen des meilleures pratiques d’élevage (EUPig) est…

Valoriser la mixité porcs-bovins dans le Massif central

Les acteurs de la filière porcine du Massif central, rassemblés autour de l’Association porc montagne,…

La saucisse de Morteau constitue un débouché majeur pour les producteurs de Franche-Comté. © D. Poilvet
Les ventes de charcuteries franc-comtoises au beau fixe

Il n’y a pas que la hausse des cours qui donne le moral aux éleveurs de porc comtois. « Les ventes…

La paille en râtelier présente un intérêt comportemental pour le porc. Mais des questions sur le remplissage et sa compatibilité avec les caillebotis subsistent. © Chambre d'agriculture de ...
Des matériaux manipulables par les porcs en quantité et de qualité
Les organisations professionnelles ont publié des recommandations sur l’apport de matériaux manipulables pour répondre aux…
Reprocyc Parvoflex peut être associé au vaccin contre le SDRP de Boehringer. © Boehringer Ingelheim
Un nouveau vaccin contre le parvovirus

Boehringer Ingelheim lance Reprocyc Parvoflex, un vaccin sous-unitaire contre le parvovirus porcin fabriqué à partir d’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)