Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Redécouvrir la culture du pois pour améliorer l’autonomie protéique des élevages de porcs

Le pois a été par le passé un composant de ration très utilisé pour couvrir les besoins protéiques des porcs. Pourquoi ne pas y revenir…

L'objectif du plan protéines est d'augmenter la sole de 200 000 hectares de protéagineux en France. © Gutner archive
L'objectif du plan protéines est d'augmenter la sole de 200 000 hectares de protéagineux en France.
© Gutner archive

Comparés à d’autres espèces, les besoins en protéines des porcs sont modestes : de 14 à 16 % en croissance et de 13 à 15 % en finition. Du coup, « le cas du porc est le plus simple à résoudre pour des éleveurs en quête d’autonomie protéique », analysait Corinne Peyronnet, ingénieur d’études en alimentation animale chez Terres Univia, l’interprofession des huiles et protéines végétales, lors de la journée du porc comtois à Saône, dans le Doubs, fin novembre 2019. Mais quelle source est la mieux à même de fournir ces protéines en alternative au soja ? En complément aux tourteaux de colza ou de tournesol, le pois protéagineux, comme la féverole, peut constituer jusqu’à 30 % de la ration. « Dans les années 90, pois et féveroles représentaient 10 % des ingrédients utilisés par l’alimentation animale, contre seulement 1 % aujourd’hui. La recherche d’une meilleure autonomie protéique pourrait lui donner une seconde chance », indique Corinne Peyronnet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les risques pour la santé sont indiqués sur les étiquettes de tous les produits présents sur l'élevage. © Chambre d'agriculture de ...
Bien identifier les produits chimiques en élevage pour mieux s’en protéger
À la station de Crécom, 38 produits utilisés sur 81 présents sont classés comme dangereux pour la santé humaine. Les identifier…
 © D. Poilvet
Un gradient de solutions pour le bien-être en élevage
L’Ifip a recensé les différentes formes que revêt le bien-être animal. Il a également évalué les conséquences sanitaires.
Sébastien Brizhoual, président de Cochon de Bretagne. « Notre but est d'aller chercher une meilleure valorisation. » © F. Jourdain
Cochon de Bretagne veut monter en gamme

La marque d’éleveurs Cochon de Bretagne vient d’auditer l’ensemble de ses 394 producteurs adhérents de sept groupements…

L'acide sulfurique est stocké dans une cuve (à gauche). Il est mélangé au lisier dans une fosse enterrée en béton jusqu'à un pH de 5,5 (procédé développé par la société danoise JH Agro) © JH Agro
Les danois réduisent les émissions d’ammoniac grâce à l’acidification du lisier des porcs
20 % du lisier produit au Danemark est acidifié pour limiter les émissions d’ammoniac. Les Danois commencent à avoir du recul…
La pesée des porcelets à la naissance est un point de départ pour travailler sur l'amélioration des performances dans son élevage. © Chambre d'agriculture de ...
De nouveaux repères pour le poids des porcelets à la naissance
La chambre d’agriculture de Bretagne a analysé le poids à la naissance de plus de 5 000 porcelets pesés en élevage et dans les…
L'indice Kalinat est calculé en fonction du poids de portée.  © D. Poilvet
Kalinat objective les qualités maternelles de la truie
Basé sur la pesée des porcelets à la naissance, l’indice Kalinat proposé par Eureden évalue la capacité d’une truie à mettre bas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)