Aller au contenu principal

Aliments à la ferme
Optimiser les formules pour contrer la flambée des matières premières

Dans le Sud-Ouest, la formule de base maïs-tourteau de soja est sérieusement concurrencée par les alternatives de formulation qui s'offrent aux éleveurs.

© J.C.Gutner

Avec des champs de maïs à perte de vue, et un approvisionnement en tourteau de soja tout proche au port de Bilbao, dans le nord de l’Espagne, le bassin de production porcin du Sud-Ouest utilise traditionnellement ces deux matières premières pour l’alimentation de ses porcs. Mais la hausse de leur prix d’achat met à mal ce monopole. « Face au cours du tourteau de soja qui dépasse les 500 euros/tonne depuis juillet dernier, et à la hausse du prix du maïs tiré par la production intensive de bioéthanol aux Etats-Unis, il est nécessaire en FAF d’op- timiser le coût des formules en faisant appel à d’autres matières premières », explique Daniel Ferreira, directeur d’Alitec, une société basée à Pau (Pyrénées-Atlantiques) fabricant d’aliments minéraux et prestataire de services pour éleveurs fabricants à la ferme. Pour lui, trois voies d’optimisation se dégagent actuellement. En premier lieu, la substitution du maïs par des céréales à paille, blé et triticale essentiellement, apporte au moins 2,5 points de protéines en plus dans la formule. « Combiné à l’apport des acides aminés de synthèse dans le minéral, cela permet de réduire le taux d’incorporation du tourteau de soja de 10 %. » Ensuite, les éleveurs peuvent faire appel à des tourteaux de substitution, colza essentiellement et tournesol dans une moindre mesure. « Le prix d’intérêt du tourteau de colza est de 67 % par rapport au soja. C’est-à-dire que si le tourteau de soja est à 500 €/t, le tourteau de colza sera intéressant si son prix est inférieur à 335 €/t, ce qui est le cas actuellement. » Le tourteau de colza peut être intégré à hauteur de 12 % en croissance, et 14 % en finition. Une incorporation qui permet de limiter l’apport de tourteau de soja à 13 % dans une formule d’engraissement, contre 26 % s’il est utilisé seul avec du maïs. « En associant céréales à paille et tourteau de colza, on peut diminuer le coût des formules d’engraissement de 14 euros/tonne à valeur nutritionnelle identique », calcule Daniel Ferreira. Alitec propose également à ses clients d’incorporer de la xynalase, une enzyme qui permet d’améliorer l’indice de consommation par une meilleure valorisation des matières premières. Pour lui, le surcoût de 1,5 €/tonne est largement compensé par une amélioration du GMQ de 3 %, et par une baisse de l’indice de 2,6 %. « Dans un contexte de prix de matières premières élevé, il est rentable d’incorporer des additifs de ce type qui permettent une meilleure valorisation de l’aliment », explique-t-il. L’anticipation sur des contrats à terme est aussi une source d’optimisation importante du coût des formules. « Dès décembre 2011, Alitec préconisait à ses clients de se couvrir en "six de mai" (contrat sur six mois à partir du mois de mai 2012) en tourteau de soja au prix de 283 euros/tonne », affirme Daniel Ferreira. Une décision difficile à prendre, puisque ce prix était déjà largement supé- rieur aux cotations des mois précédents. « C’est pourquoi nous organisons tous les mois des réunions d’information sur la conjoncture des matières premières, en collaboration avec le Céréopa (1). » Alitec incite aussi les éleveurs à se couvrir en céréales sur le marché à terme Euronext, pour ne pas subir d’éventuelles hausses de prix. « Pour un maïs actuellement à 240 euros/tonne, nous avions conseillé en juin dernier de se couvrir à 191 euros/tonne. » Pour Daniel Ferreira, cette stratégie de couverture devrait se développer dans les années à venir.     « L’alimentation constitue 60 % du coût de production des ateliers porcins. Les éleveurs fabriquant à la ferme ont la possibilité de sécuriser leurs achats de matières premières pour sécuriser leurs marges. Ils doivent en profiter », conclut-il.

(1) Céréopa : Centre d'étude et de recherches sur l'économie et l'organisation des productions animales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons
L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages

Sur le principe, tous les États membres, ou presque, souscrivent au renforcement des règles de l’UE en matière de bien-…

Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)