Aller au contenu principal

Mélanger des portées en maternité profite aux porcelets

La socialisation des porcelets dès la maternité a des effets très positifs sur leur comportement et leurs performances en post-sevrage.

Les cloisons ont été enlevées entre trois cases par groupe pour permettre la circulation des porcelets.
© Centre wallon de recherche agronomiques

Mélanger plusieurs portées dès la maternité en enlevant les cloisons entre les cases améliore les performances des porcelets en post-sevrage. C’est ce que démontre une étude réalisée par des chercheurs belges. Selon le centre de recherche de Bocholt, les porcelets de deux à trois portées mélangées en maternité ont pris 33 % de poids en plus pendant la première semaine après le sevrage, par rapport aux porcelets élevés classiquement sans mélange en maternité (370 g/j de GMQ contre 270 g/j, écart très significatif). Les chercheurs expliquent cette performance par deux aspects. D’une part, ils soulignent que les porcelets logés en groupe en maternité ont eu tendance à montrer plus d’appétit. Ils étaient plus nombreux à consommer précocement de l’aliment dès le lendemain du sevrage. D’autre part, ils ont observé une amélioration très nette de leur comportement social. Les porcelets logés en groupe en maternité ont présenté nettement moins de lésions cutanées le jour qui a suivi le sevrage, ce qui implique logiquement moins de stress et de meilleures performances.

Peu de truies agressives

Le regroupement de portées n’a pas eu non plus d’effets négatifs sur les performances des animaux en maternité, selon un autre essai réalisé au centre de recherches agronomiques de Gembloux, en Wallonie. Le gain de poids et l’homogénéité des porcelets au sevrage n’ont pas été différents entre les deux modes de contention, de même que leur mortalité. Il en est de même pour la perte de poids et la variation d’épaisseur de lard dorsal des truies, qui ont généralement bien accepté les porcelets étrangers lors des allaitements croisés. Une seule truie sur 12 s’est montrée agressive (coups de tête, grognements, tentatives de morsures). Toutes les truies ont allaité au moins une fois des porcelets issus d’autres portées. Les chercheurs ont dénombré 15 % de porcelets « étrangers » en moyenne à chaque tétée. Enfin, 79 % des tétées étaient synchronisées dans chaque groupe, ce qui a permis de limiter les bagarres aux mamelles et d’avoir des allaitements de qualité. Dans cet essai, les cloisons ont été retirées le lundi de la deuxième semaine de lactation. Seuls les porcelets avaient la possibilité de circuler d’une loge à l’autre. Les truies sont restées isolées dans leur loge.

Ces deux essais ouvrent donc des perspectives nouvelles pour améliorer les performances des porcelets en post-sevrage, notamment dans le cadre de la démédication. On sait en effet que les facteurs de stress sont les principales causes d’apparition des pathologies au sevrage. Une augmentation de la consommation durant la semaine qui suit le sevrage permet d’éviter la succession des deux périodes d’anorexie et de boulimie, qui provoquent souvent l’apparition de diarrhées. L’absence de lésions cutanées est également un facteur de risque en moins à l’introduction de germes pathogènes dans l’organisme.

Socialisation des porcelets en maternité : effets sur le comportement et les performances. JRP 2019, p.1-6
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Le département du Finistère représente près de la moitié des offres bretonne en production porcine.
Salarié en élevage de porc - Un marché de l’emploi tendu en Bretagne
L’Anefa Bretagne analyse chaque année les offres déposées sur la Bourse de l’emploi www.lagriculture-recrute.org
Le Canada accélère sur le bien-être des truies gestantes
Le Canada accélère sur le bien-être des truies gestantes
À compter du 1er juillet 2024, tous les éleveurs de porcs canadiens devront suivre la réglementation sur bien-être animal qui…
Les jambons secs sont parmi les plus émetteur de gaz à effet de serre des produits porcins ramené au kilo de produit brut, du fait que l’impact se concentre dans moins de matière, le séchage conduisant à une réduction de masse.
L’impact environnemental de la viande de porc évalué
La base de données Agribalyse 3.0 fournit les impacts environnementaux de près de 2 500 produits agricoles destinés à la…
La mortalité moyenne des portées de plus de 16 porcelets dépasse 18 %, contre 11 % pour les portées de 13 à 14 porcelets.
Comment gérer les porcelets surnuméraires
Le nombre de porcelets nés vivants n’a jamais été aussi élevé dans les élevages français. Mais les mener jusqu’au sevrage reste…
Le cheptel porcin français en baisse en 2022
Le cheptel porcin français en baisse en 2022

Selon la dernière enquête réalisée au printemps dernier, le cheptel porcin français a…

Marlène Dilly, épaulée par son salarié Patrice Lecrecq, valorise trois cochons par semaine issus de l’élevage de son époux et de Jérémy Demol.
Un magasin de vente directe pour valoriser les porcs sur paille
À Avroult dans le Nord, Jérémy Demol et Emmanuel Dilly vendent une partie de leur production dans un magasin de vente de produits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)