Aller au contenu principal

Objectif atteint
L'indice sevrage-vente a baissé de 0,34 point en deux ans

En rénovant son pré-engraissement et en passant à l’aliment complet, Denis Guillot a amélioré l’ensemble des performances techniques du sevrage jusqu’à la vente des porcs charcutiers.

Chez Denis Guillot (à droite), la rénovation du pré-engraissement a été la pièce angulaire de l'amélioration des performances sevrage-vente.
Chez Denis Guillot (à droite), la rénovation du pré-engraissement a été la pièce angulaire de l'amélioration des performances sevrage-vente.
© dp
Installée en Gaec à La Bruffière en Vendée, Denis Guillot exploite un atelier de 100 truies naisseur- engraisseur. Les porcs charcutiers sont valorisés sous le signe qualité label rouge Opale. Avec une conduite en quatre bandes, l’objectif de l’éleveur est d’engraisser 200 porcelets par bande toutes les cinq semaines. Pour cela, il dispose d’une nurserie, d’un pré-engraissement et d’un engraissement sur paille pour trois bandes. En 2010, Michel Chiffoleau, son technicien porc de la Cavac, le met en garde sur la dérive des résultats techniques sevrage-vente, avec en particulier un indice de consommation fortement dégradé. L’arrêt de la FAF, devenue obsolète, a été la première étape de l’amélioration des performances (- 0,14 point d’indice), validée par une première GTE en 2011. La seconde étape a consisté à rénover totalement le pré-engraissement, qui constituait le point faible des bâtiments de l’élevage. Une rénovation dont le coût sera amorti en deux ans grâce à une amélioration de l’indice de consommation de 0,2 point.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
Les nez humains doivent sentir les molécules odorantes sur le gras chauffé des carcasses. © UGPVB
Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir
Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au…
Yann Grelet, avec Jean-Jacques Rocher, technico-commercial Nutréa, et Anne Bouché, responsable marché en nutrition porc Nutréa. L’entreprise a suivi chez Yann Grelet les performances des porcs charcutiers alimentés au blé noir grâce notamment à une bascule connectée qui pèse instantanément les animaux en cours d’engraissement. © D. Poilvet
Nutréa lance le porc « cultivé et nourri au blé noir »
Deux ans d’investigations ont été nécessaires à Nutréa en collaboration avec un éleveur morbihannais pour élaborer un cahier des…
© JC Gutner
Les Français ont consommé plus de porc en 2020
Le confinement et la tension budgétaire chez les ménages les plus fragiles ont favorisé l’engouement pour les produits du porc en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)