Aller au contenu principal

L'Ifip prévoit une forte hausse du prix des aliments porcins

© Ifip

Selon le pôle économie de l'Ifip, le prix de l'aliment des porcs à l'engraissement pourrait atteindre 300 €/t au cours du 2e trimestre 2021, "soit un niveau proche du record de 2012/2013", peut on lire dans le Baromètre porc de l'Ifip de Février. Cette forte augmentation s'explique par la hausse continue des prix des matières premières amorcée en octobre 2020 "sur fond de contraction des stocks mondiaux", et qui a connu une nette accélération en janvier. L'institut du porc souligne que les cotations du blé et du maïs sont au plus haut depuis 2013. Celles du tourteau de soja renouent avec les niveaux de 2012. Par ailleurs, les cours internationaux des huiles végétales, "au plus haut depuis 8 ans", exacerbent la hausse du prix des graines riches en huile. Le prix du tourteau de tournesol HiPro importé à Lorient a ainsi atteint dernièrement des niveaux inédits.

L'Ifip souligne que l'effet ciseau provoqué à la fois par la hausse du prix des aliments et la baisse du prix de vente des porcs charcutiers impacte fortement la marge sur coût alimentaire et renouvellement des élevages de porcs. Pour un naisseur-engraisseur, elle atteint aujourd'hui 867 €/truie/an, au plus bas depuis mai 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
Le porc peut être producteur net de protéines
En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines…
Cooperl lance sa Bulle environnement
Communiquer sur les efforts entrepris en faveur de l’environnement, tel est l’objectif de la « Bulle environnement »…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Cette barquette d'échine de porc  indique qu'il s'agit d'une viande bien-être (ITW) classée en mode de conduite 2.
Bien-être du porc : l'Allemagne veut faire simple pour être efficace
La filière viande allemande a pris à bras-le-corps la problématique du bien-être animal en édictant des règles applicables par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)