Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L’Ifip met au point les accéléromètres pour les truies

Ces appareils fixés à l’oreille permettent de quantifier avec une précision élevée le temps passé par chaque animal en position couchée, debout ou en marche.

L’Ifip a testé en conditions de terrain sur 17 truies gestantes de la station Ifip de Romillé, en Ille-et-Vilaine, un modèle d’accéléromètre fixé à l’oreille. Selon cette étude, la sensibilité (1) de l’appareil est de 96 % pour la marche, de 91,5 % pour la position debout et de 96 % pour la position couchée. Sa spécificité (2) est, respectivement, de 96 %, 98 % et 97 %. « Ces niveaux élevés obtenus pour chaque posture conduisent à des exactitudes très élevées, environ de 96 % pour les trois postures », souligne Nathalie Quiniou, de l’Ifip.

Assurer son fonctionnement pendant toute la carrière de la truie

La fixation de l’accéléromètre à l’oreille semble constituer le meilleur compromis par apport à d’autres moyens de fixation, aux pattes notamment. Le signal est un peu plus variable du fait des mouvements propres de l’oreille. Mais il permet d’envisager une fixation à long terme. L’appareil développé par la société RF-track et l’Ifip contient un dispositif de traitement de l’information et de transmission par radiofréquence (une fois par heure) conçu pour consommer très peu d’énergie. La batterie doit assurer le fonctionnement de l’équipement pendant toute la carrière de la truie. À Romillé, plus de 75 % des boucles auriculaires équipées de l’accéléromètre ont tenu et fonctionné pendant toute la période de gestation en groupe, « ce qui est très satisfaisant à ce stade de développement du prototype », estime Nathalie Quiniou.

L’utilisation de cet équipement devrait permettre de moduler la ration journalière en tenant compte en temps réel du niveau d’activité de chaque truie et des besoins en énergie associés. En effet, la dépense d’énergie double dès que l’animal se met debout. Si les apports n’évoluent pas pour couvrir cette dépense supplémentaire, elle se fait au détriment de la constitution des réserves ou la croissance des fœtus. C’est notamment vrai depuis la mise en groupe des truies gestantes, l’activité étant très variable d’un animal à l’autre.

(1) La sensibilité est la probabilité de détecter une position quand elle est effectivement adoptée par la truie.
(2) La spécificité évalue la probabilité de ne pas détecter une posture quand celle-ci n’est pas adoptée par la truie.
Précision de l’information collectée chaque heure par un accéléromètre fixé à l’oreille de la truie gestante pour la caractérisation de son activité physique, JRP 2019, p.19-24.

L’Inra veut détecter les comportements délétères avec l’accéléromètre

Le dispositif testé sur 37 porcs charcutiers est connecté à une application Android pour l’acquisition des données sur un smartphone via une communication bluetooth basse consommation. L’algorithme est capable de détecter les agressions (morsures de queues, bagarres…) avec une sensibilité de 41 % et une spécificité de 87 %. Ces scores devraient s’améliorer en augmentant la base de données. L’Inra projette également de travailler sur les évènements précédant les agressions, comme signes annonciateurs de ces événements délétères.

Vers une détection automatisée des comportements délétères des porcs en élevage, JRP 2019, p. 25-30
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Covid-19 : organiser le travail en élevage de porcs en période d’épidémie
Même en période d’épidémie, l’activité d’élevage doit se poursuivre. L’organisation du travail doit toutefois être adaptée pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)