Aller au contenu principal

Trois questions à Paul Auffray, président de l’Ifip-Institut du porc
Pour Paul Auffray, « L’Ifip doit être ouvert aux entreprises et sur le monde »

Eleveur de porcs à Plouvara, dans les Côtes-d’Armor, Paul Auffray a été élu président de l’Ifip-Institut du porc en remplacement de Jacques Lemaître qui a pris sa retraite. Son principal objectif sera de conforter l’institut en tant que référent incontournable sur la recherche, le développement et l’innovation, pour tous les acteurs de la filière porcine.

Paul Auffray.  "Les référents professionnels devront être force de proposition dans l'orientation des travaux à mener." © Ifip
Paul Auffray. "Les référents professionnels devront être force de proposition dans l'orientation des travaux à mener."
© Ifip

 

Comment définissez-vous les missions de l’Ifip ?

Paul Auffray - L’institut du porc doit apporter une expertise objective de qualité à tous les maillons de la filière, qu’ils soient d’amont et d’aval. Les travaux scientifiques, économiques et de prospectives doivent aider les organisations professionnelles et les entreprises dans leurs choix stratégiques. L’objectif final étant d’améliorer la compétitivité de tous. L’Ifip s’ouvre aussi à l’international, avec des missions d’expertise et de formation notamment. Il est également en liens étroits avec d’autres instituts, français et étrangers. En plus des services apportés aux structures professionnelles, l’Ifip doit être ouvert aux entreprises et sur le monde.

La gouvernance de la structure va-t-elle évoluer ?

P. A. - Le conseil d’administration est composé d’organismes nationaux représentatifs de l’ensemble de la filière. L’Ifip travaille en collaboration étroite avec l’interprofession Inaporc. En parallèle à la structure existante, je souhaite mettre en place un référent professionnel par thématique. Ils devront être des forces de proposition dans l’orientation des travaux à mener. Je souhaite aussi accentuer les collaborations entre l’Ifip et le réseau des chambres d’agriculture. La diffusion commune des travaux réalisés par les deux structures dans Réussir Porc sous la bannière Tech Porc prouve qu’il est possible de trouver des synergies positives.

De quels moyens dispose l’Ifip ?

P. A. - Les fonds publics et l’interprofession Inaporc constituent les principales sources de financement. Les ressources issues d’entreprises privées progressent. Elles correspondent à des prestations de service, des formations ou à des collaborations dans lesquelles l’Ifip apporte son savoir-faire. La part de chacune de ces ressources peut être amenée à évoluer, avec sans doute plus de financements privés dans l’avenir. Mais les actions à caractère collectif de la filière devront bien sûr rester prioritaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

David Garoche, Yohan Beuve, et Arnaud Garoche, trois des quatre associés de l'EARL de la Cour. « Les équipements installés font partie du cahier des charges «collectif niveau 2 » proposé par Kermené. » © D. Poilvet
Un bâtiment d'engraissement bien-être en synergie avec la méthanisation
À l’EARL de la Cour, le nouveau bâtiment d’engraissement de 1 900 places est équipé d’un système de distribution de paille et d’…
Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
Les porcelets de 24 portées se mélangent dans le couloir d'accès aux cases de maternité © D. Poilvet
« La prévalence des arthrites a fortement baissé en post-sevrage grâce à la sociabilisation précoce des porcelets»
À l’EARL Les Grands vergers, la sociabilisation des porcelets a permis de franchir une nouvelle étape dans la productivité de l’…
Floriane, salariée en maternité à l'EARL du Domaine, apprécie l'ergonimie du chariot de soins © P. Trucheau
Un chariot de soins maison pour les porcelets à moins de 100 euros
Pour faciliter le travail et pour protéger ses salariés des troubles musculo-squelettiques (TMS), Olivier Cresteaux, chef d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)