Aller au contenu principal
Font Size

Les trésoreries porc s’améliorent au Crédit Agricole

Les lignes de crédit trésorerie des éleveurs de porcs baissent. Mais le Crédit Agricole souligne l’importance d’une bonne gestion technique pour éviter les difficultés financières.

Rogier Andrieu, président de la caisse régionale du Crédit Agricole de Bretagne. "Le Crédit Agricole finance pour tout ou partie huit agriculteurs sur dix. Il a par conséquent un rôle important à jouer dans l'économie du territoire"
© E. Bordon

À l’occasion d’une conférence qui s’est tenue pendant le Space 2017, les dirigeants du Crédit Agricole ont salué la bonne année écoulée des producteurs de porcs. Grâce à la reprise initiée dès avril 2016, la marge brute par truie était de 1 260 € à la fin du premier trimestre 2017, contre 860 € un an auparavant. Cette évolution s’illustre dans le comportement bancaire des éleveurs. Les lignes de crédit trésorerie et le nombre de crédits court terme trésorerie ont chuté, passant de 70 % d’utilisation en janvier 2016 à moins de 50 % fin juillet 2017.

"Les exploitants qui assurent une bonne gestion technique et financière de leur ferme sont ceux qui réussissent le mieux", explique Jean-Christophe Roubin, directeur du marché de l’agriculture au Crédit Agricole, qui souligne que dans 80 % des cas, les difficultés financières ont des raisons techniques. "Les éleveurs doivent donc être à la fois des techniciens pointus et des gestionnaires avertis." Le débat entre investissement et épargne de précaution n’a d’ailleurs jamais été autant d’actualité, face à des aléas de plus en plus forts. Le renforcement des capitaux propres est aussi une préoccupation grandissante et vise une plus grande robustesse du système d’exploitation.

Du côté emprunts à moyen et long terme, la filière porcine voit un mouvement s’amorcer vers un redémarrage. Elle est concernée par 13 % des quatre milliards d’euros prêtés par la banque depuis le début de l’année. Les investissements concernent la modernisation de l’outil de travail, tels que l’installation de cases balances, par exemple. On observe également des travaux consistant à rapatrier des bâtiments d’engraissement, avec construction de bâtiments neufs. L’objectif est de tenir à jour son outil de travail, mais aussi de gagner en performances et en compétitivité.

De plus en plus d’installations

Les installations sont elles aussi en hausse, ainsi que l’investissement moyen, à 800 000 € en porc. Toutes productions confondues, il y a désormais autant d’intégrations d’un jeune dans une société préexistante que de reprises d’exploitation et on a vu une augmentation de 22 % des installations sous forme sociétaire sur cinq ans. "Il s’agit de plus en plus d’une aventure collective", note Jean-Christophe Roubin. "Et c’est peut-être, aussi, plus facile et plus sécurisant pour un jeune". En réponse à une demande sociétale grandissante, le Crédit Agricole observe en outre un développement très important des installations en agriculture biologique, des installations non aidées et non conventionnelles (avec diversification, commercialisation en circuit court…). 28 % des projets présentés au Crédit Agricole comportent un volet diversification.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Le capteur est installé sur l'un des pieds du silo à 1 mètre de hauteur environ. © Nanolike
Cooperl connecte les silos d’aliment dans les élevages de porcs
Cooperl propose en partenariat avec la société Nanolike un capteur pour évaluer la quantité d’aliment restant dans les silos d’…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
 © D. Poilvet
La sous-traitance dans les abattoirs de porcs Allemands, c’est fini

« À partir du 1er janvier 2021, l’abattage et la transformation de la viande ne pourront être effectués que par les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)