Aller au contenu principal

Les trésoreries porc s’améliorent au Crédit Agricole

Les lignes de crédit trésorerie des éleveurs de porcs baissent. Mais le Crédit Agricole souligne l’importance d’une bonne gestion technique pour éviter les difficultés financières.

Rogier Andrieu, président de la caisse régionale du Crédit Agricole de Bretagne. "Le Crédit Agricole finance pour tout ou partie huit agriculteurs sur dix. Il a par conséquent un rôle important à jouer dans l'économie du territoire"
© E. Bordon

À l’occasion d’une conférence qui s’est tenue pendant le Space 2017, les dirigeants du Crédit Agricole ont salué la bonne année écoulée des producteurs de porcs. Grâce à la reprise initiée dès avril 2016, la marge brute par truie était de 1 260 € à la fin du premier trimestre 2017, contre 860 € un an auparavant. Cette évolution s’illustre dans le comportement bancaire des éleveurs. Les lignes de crédit trésorerie et le nombre de crédits court terme trésorerie ont chuté, passant de 70 % d’utilisation en janvier 2016 à moins de 50 % fin juillet 2017.

"Les exploitants qui assurent une bonne gestion technique et financière de leur ferme sont ceux qui réussissent le mieux", explique Jean-Christophe Roubin, directeur du marché de l’agriculture au Crédit Agricole, qui souligne que dans 80 % des cas, les difficultés financières ont des raisons techniques. "Les éleveurs doivent donc être à la fois des techniciens pointus et des gestionnaires avertis." Le débat entre investissement et épargne de précaution n’a d’ailleurs jamais été autant d’actualité, face à des aléas de plus en plus forts. Le renforcement des capitaux propres est aussi une préoccupation grandissante et vise une plus grande robustesse du système d’exploitation.

Du côté emprunts à moyen et long terme, la filière porcine voit un mouvement s’amorcer vers un redémarrage. Elle est concernée par 13 % des quatre milliards d’euros prêtés par la banque depuis le début de l’année. Les investissements concernent la modernisation de l’outil de travail, tels que l’installation de cases balances, par exemple. On observe également des travaux consistant à rapatrier des bâtiments d’engraissement, avec construction de bâtiments neufs. L’objectif est de tenir à jour son outil de travail, mais aussi de gagner en performances et en compétitivité.

De plus en plus d’installations

Les installations sont elles aussi en hausse, ainsi que l’investissement moyen, à 800 000 € en porc. Toutes productions confondues, il y a désormais autant d’intégrations d’un jeune dans une société préexistante que de reprises d’exploitation et on a vu une augmentation de 22 % des installations sous forme sociétaire sur cinq ans. "Il s’agit de plus en plus d’une aventure collective", note Jean-Christophe Roubin. "Et c’est peut-être, aussi, plus facile et plus sécurisant pour un jeune". En réponse à une demande sociétale grandissante, le Crédit Agricole observe en outre un développement très important des installations en agriculture biologique, des installations non aidées et non conventionnelles (avec diversification, commercialisation en circuit court…). 28 % des projets présentés au Crédit Agricole comportent un volet diversification.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages

Sur le principe, tous les États membres, ou presque, souscrivent au renforcement des règles de l’UE en matière de bien-…

Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
© A. Puybasset
Les Trinottières testent des solutions pour améliorer l’efficacité alimentaire
La Chambre d’agriculture des Pays de la Loire évalue l’impact des programmes alimentaires et des équipements sur l’efficacité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)