Aller au contenu principal
Font Size

Les éleveurs de porcs présentent leurs produits au Salon de l’Agriculture

Les visiteurs du salon de l’agriculture pourront découvrir et déguster des produits de charcuterie savoureux présentés par les éleveurs eux-mêmes en provenance de Bretagne, du Sud Ouest, de Corse, d'Auvergne ou d'ailleurs.

On peut être le leader de la production porcine en France et bien élever ses cochons. Les éleveurs de la coopérative Cooperl seront présents le 26 février sur le stand de Brocéliande (Hall 4, allée B, stand 57) pour vous faire goûter des charcuteries élaborées sans nitrites, et issues d’animaux nourris après le sevrage avec des céréales cultivées sans pesticides. « Ces nouveaux produits favorisent une agriculture alternative plus respectueuse de la biodiversité, des animaux et des hommes » soulignent-ils. Les céréales sont cultivées en ayant recours aux biocontrôles et aux biostimulants comme alternatives naturelles aux pesticides, ainsi qu’au désherbage mécanique. Attention, l’absence de nitrites confère aux jambons et aux rôtis une couleur naturellement grise. Mais cela n’enlève rien à leur qualité gustative !

Une fois ces produits dégustés, vous pouvez pousser jusqu’au Village du Cochon (stand 1 E 73) qui propose une visite virtuelle d’un élevage de porc grâce à des lunettes 3D. A défaut de pouvoir amener leurs animaux au salon (précaution sanitaire oblige), les éleveurs des 4 coins de la France vous présenteront des vidéos de leurs élevages (authenticité garantie !) et répondront à vos questions. Les enfants pourront découvrir ce que mangent les cochons grâce à une animation ludique. Et ici aussi, vous pourrez déguster la viande de porc et des charcuteries, grâce à la présence de jeunes passionnés apprentis charcutiers et bouchers.

Pour continuer ce tour de France de la cochonnaille, il faut absolument découvrir le stand Ligéral (Hall 1, Stand B087) où les éleveurs des races locales (porc Noir de Bigorre, porc Basque et porc Corse) tiendront un bar à jambons secs au goût incomparable !

Enfin, si vous poussez jusqu’au hall des 13 régions de France, n’oubliez pas de vous arrêter au stand des Porcs Fermiers d’Auvergne (Stand B037) ou les éleveurs vous feront goûter leur gamme de charcuterie et leur viande de porcs label rouge élevés en plein air.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)