Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les élèves en lycée agricole ont une image plutôt bonne du porc

Le métier de salarié en élevage porcin ne rebute pas les lycéens d’établissements d’enseignements agricoles de l’Ouest. En revanche, la production porcine leur apparaît moins respectueuse de l’environnement et du bien-être que les autres filières animales.

Ce sont 41 % des lycéens agricoles qui disent être prêts à travailler en tant que salariés d’élevage de porcs. C’est l’un des résultats d’une enquête réalisée pour la chambre d’agriculture de Bretagne par les étudiants d’Agrocampus de Rennes auprès de plus de 1 000 élèves de 51 classes (de la première au BTS deuxième année) de 21 établissements agricoles bretons.

L’image du métier de salarié en élevage de porc ou autre production est qualifiée de « neutre » pour 50 % d’entre eux. Et seulement 12 % jugent que le salariat en élevage porcin a une image « dévalorisante », tandis que 25 % la jugent valorisante.

Toutefois, ces élèves ne pensent généralement pas en faire leur métier « à vie ». Car pour la plupart de ceux qui envisagent le salariat, il s’agit généralement d’une étape avant leur propre installation. Et pour ces jeunes prêts à devenir salariés en élevage de porc, environ un tiers privilégierait un système alternatif (bio, plein air, label), les autres déclarant vouloir travailler indifféremment en élevage conventionnel.

Le bien-être animal, un critère essentiel

Pour autant, ces jeunes jugent la production porcine « perfectible ». S’ils déclarent que le salaire ou les conditions de travail y sont globalement intéressantes, ils perçoivent la production porcine comme respectant moins l’environnement et le bien-être animal que les autres productions. Or 61 % des élèves interrogés estiment que travailler en accord avec le bien-être animal est un critère de choix essentiel de leur futur métier. Il apparaît que les stages sont de nature à les rassurer sur ce point. En effet, sur les 42 % des élèves qui ont réalisé un stage en porc, 68 % se disent prêts à travailler en production porcine. Ce qui conduit les étudiants qui ont mené cette enquête à suggérer de promouvoir les stages en élevage de porc, « qui constituent un levier de promotion du métier de salarié en élevage porcin ».

Source : Tech Porc, juillet-août 2016
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
L’épizootie de la fièvre porcine africaine décime le cheptel chinois
Entre 30 et 50 % de la production de porc chinoise aurait disparu. L’efficacité des mesures de biosécurité réclamées par le…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement de 1944 places séparé du site de naissage
Frédéric Baudet, éleveur à Maroué (Côtes d’Armor), vient de construire un engraissement de 1 944 places sur racleur. Ce bâtiment…
Vignette
La consommation de porc bio en forte hausse
La tendance est à la démocratisation de la consommation de produits biologiques. Pour faire face à cette demande croissante, le…
Vignette
Au Gaec La Blanche, l’élevage se restructure autour d’une maternité neuve de 96 places
Au Gaec La Blanche, la réorganisation de l’outil de production de 430 truies en multiplication et de la conduite d’élevage s’…
Vignette
L’alimentation animale bio manque de matières premières
Le secteur de l’alimentation animale biologique bénéficie d’une croissance importante. Mais la production végétale française …
Vignette
Cooperl signe une joint-venture avec Vereijken

À travers un partenariat signé le 25 mars, Cooperl et la société néerlandaise Vereijken spécialisée dans la fabrication…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)