Aller au contenu principal

Les Danois ont les plus faibles coûts de revient de l’UE en élevage porcin

Lisa Le Clerc, Ifip-Institut du Porc © Ifip
Lisa Le Clerc, Ifip-Institut du Porc
© Ifip

L’institut technique du porc danois (Seges) analyse la compétitivité des élevages danois, à partir des données du réseau Interpig, comparant l’Union européenne (UE), les États-Unis, le Canada et le Brésil. En 2018, les Danois obtiennent les plus hauts coûts de revient du porc charcutier les plus bas de l’UE (1,38 €/kg de carcasse), devant les Espagnols, mais derrière les éleveurs d'Amérique. Parmi les pays étudiés, les élevages danois sont les plus prolifiques avec 14,8 porcelets sevrés par portée, devant les Néerlandais, deuxièmes avec 13,0 porcelets sevrés par portée. En revanche, les prix perçus par les producteurs au Danemark sont les plus faibles d’Europe (1,27 €/kg de carcasse), en baisse de 18 % entre 2017 et 2018. Le marché à l’export faiblement porteur ainsi que les pertes subies par Danish Crown avec sa filiale Tulip UK, vendue en août 2019, ont affecté les prix de vente. Bien que le pays scandinave soit très compétitif sur la partie naissage, avec des coûts de revient des porcelets à 30 kilos parmi les plus bas d’Europe (51 €/tête), la production de ces porcelets n’apparaît pas rentable en moyenne sur les années 2009-2018. Néanmoins, les suppléments de prix pour lots de grande taille (jusqu’à 680 porcelets), qui ne sont pas inclus dans cette indication du prix perçu, conduisent à un résultat positif pour les naisseurs post-sevreurs. Les auteurs du Seges rappellent que la Commission européenne a dénoncé en 2019 la TVA forfaitaire pratiquée par les élevages allemands. Si ces derniers perdent leur combat judiciaire, cela pourrait se répercuter sur les naisseurs danois, car le prix des porcelets viendrait à baisser. En revanche, les engraisseurs danois tireraient parti de ce nouveau contexte en raison de la baisse des cours des porcelets et de la moindre rentabilité de l’engraissement allemand.

Groes Christiansen M. Udesen F. 2019. Dansk svineproduktions konkurrenceevne 2018 Rapport Seges n° 60

Avis d’expert : Lisa Le Clerc, Ifip-Institut du porc

« Les naisseurs danois sont performants mais vulnérables »

« En 2018, 46 % des porcelets nés au Danemark ont été exportés. Cette spécialisation en naissage se renforce chaque année en raison d’une demande en porcelets qui ne faiblit pas (Allemagne et Pologne) et d’une compétitivité dégradée de l’industrie de la viande danoise, qui a découragé l’engraissement. La spécialisation, dont découle la très forte productivité, s’est faite au prix d’une forte sélection et d’un agrandissement des exploitations. Cette stratégie se heurte aujourd’hui aux risques de restriction des transports en Europe de l’Est, touchée par la fièvre porcine africaine (FPA). La reprise des exportations de viandes vers l’Asie pourrait toutefois inverser les tendances et offrir une porte de sortie aux éleveurs danois, qui miseraient alors plus largement sur l’engraissement. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Anne Richard est la nouvelle directrice de l'interprofession porcine Inaporc

Anne Richard, actuelle directrice de l'Itavi et d'Anvol (Institut technique de l’aviculture et Interprofession de la volaille…

« La non castration des porcelets, c’est une économie de 10 euros par porc»

L’association des éleveurs « 

Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons
L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)