Aller au contenu principal

L’école supérieure d’agriculture d’Angers fait apparaître trois modèles de développement pour les jeunes agriculteurs.

Caroline Depoudent, chambres d'agriculture de Bretagne. © Chambres d'agriculture de Bretagne
Caroline Depoudent, chambres d'agriculture de Bretagne.
© Chambres d'agriculture de Bretagne

En 2019, l’Esa d’Angers a réalisé une enquête auprès de 52 jeunes agriculteurs afin de mieux connaître ce qu’était, pour eux, la réussite professionnelle. L’analyse des résultats fait apparaître trois groupes. Le premier groupe (21 % des enquêtés) rassemble des agriculteurs ayant des objectifs de réduction des charges de structure, ou de mise en place d’une pratique sanitaire ou technique alternative. Ils sont attentifs à la diminution de leur taux d’endettement, et à une optimisation fiscale. Dans un contexte économique qu’ils jugent durablement difficile, ces agriculteurs cherchent à s’adapter, en s’inspirant d’autres secteurs. Ils veulent des gains d’efficacité au travers de l’organisation du travail, et sont fiers d’importer dans leur élevage des techniques vues ailleurs. Le second groupe (6 % des enquêtés) souhaite améliorer la productivité, et à améliorer son revenu. Pour cela, ces agriculteurs travaillent sur les coûts d’achat et la performance technique. La qualité de vie est très importante pour eux, avec la volonté de disposer de temps libre en dehors de l’exploitation. Enfin, les agriculteurs du troisième groupe (73 %) envisagent un accroissement de la taille de l’exploitation, tout en conservant une marge de sécurité financière. Contrairement aux éleveurs du premier groupe, ils ne voient pas l’exploitation agricole comme une entreprise « comme les autres », mais comme un secteur à part, avec une culture et un mode de vie singulier. Tout comme les éleveurs du deuxième groupe, ils sont attachés à leur qualité de vie. Mais contrairement à eux, ils ne cherchent pas forcément à séparer nettement les espaces et les temps personnels et professionnels.

Di Bianco S., Ben Jaballah M., 2019. Agriculteur, un métier comme un autre ? L’élargissement des modèles professionnels des jeunes agriculteurs.

Avis d’expert : Caroline Depoudent, chambre d’agriculture de Bretagne

« La vision traditionnelle est toujours dominante »

« Plus qu’une typologie, cette étude apporte un éclairage sur l’évolution des visions du métier d’agriculteur au sein de la profession. La vision « traditionnelle », basée sur une transmission d’une génération à l’autre avec un agrandissement progressif, et des univers familiaux et professionnels imbriqués, reste dominante. Néanmoins, on voit se développer une vision plus entrepreneuriale, avec une volonté de performance organisationnelle, et pas seulement technique. On voit aussi se développer l’idée que le métier d’agriculteur peut être celui de toute une vie, mais aussi qu’il est possible d’en changer s’il ne convient plus. Une nouvelle idée des carrières en agriculture. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les groupements de producteurs de porcs amont du Grand Ouest s'unissent dans une AOP

Dans un communiqué envoyé ce 7 avril, les dix groupements de producteurs de porcs amont du Grand Ouest (c'est à dire tous sauf…

L’élevage sur litière donne aux porcs un substrat lui offrant la possibilité d’exprimer son comportement de fouissage.  © Chambre d'agriculture de ...
[VIDEO] À la station Crécom, les queues entières des porcs élevés sur paille ne présentent pas de morsures.
Les queues des porcs élevés sur litière à la station expérimentale de Crécom ne sont désormais plus coupées. Grâce à une bonne…
Les essais sur l'arrêt de la caudectomie confirment que l'apport de matériaux manipulables n'est pas suffisant à lui seul pour enrayer les morsures de queues. © A. Puybasset
Des avancées sur le bien-être des porcs, éprouvées en élevage
Lors du forum Recherche et Développement d’Evel’up, éleveurs et techniciens ont témoigné de solutions concrètes pour s’adapter,…
Le bois qui touche le sol est nettement plus utilisé que les autres matériaux sous-optimaux. © Chambres d'agriculture de ...
[VIDEO] Les Chambres d'agriculture de Bretagne évaluent l’utilisation des matériaux manipulables par les porcs
La manière dont les porcs utilisent les objets manipulables placés dans les cases de post-sevrage et d’engraissement dépend non…
La moitié des truies gestantes de la station expérimentale de Crécom est logée sur caillebotis intégral. Les réfectoires facilitent une conduite sans verraterie. © Chambres d'agriculture de ...
Une conduite des truies sans verraterie à Crécom
À la station expérimentale des Chambres d’agriculture de Bretagne, les truies sevrées sont directement logées dans le bâtiment…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)