Aller au contenu principal
Font Size

L’école supérieure d’agriculture d’Angers fait apparaître trois modèles de développement pour les jeunes agriculteurs.

Caroline Depoudent, chambres d'agriculture de Bretagne. © Chambres d'agriculture de Bretagne
Caroline Depoudent, chambres d'agriculture de Bretagne.
© Chambres d'agriculture de Bretagne

En 2019, l’Esa d’Angers a réalisé une enquête auprès de 52 jeunes agriculteurs afin de mieux connaître ce qu’était, pour eux, la réussite professionnelle. L’analyse des résultats fait apparaître trois groupes. Le premier groupe (21 % des enquêtés) rassemble des agriculteurs ayant des objectifs de réduction des charges de structure, ou de mise en place d’une pratique sanitaire ou technique alternative. Ils sont attentifs à la diminution de leur taux d’endettement, et à une optimisation fiscale. Dans un contexte économique qu’ils jugent durablement difficile, ces agriculteurs cherchent à s’adapter, en s’inspirant d’autres secteurs. Ils veulent des gains d’efficacité au travers de l’organisation du travail, et sont fiers d’importer dans leur élevage des techniques vues ailleurs. Le second groupe (6 % des enquêtés) souhaite améliorer la productivité, et à améliorer son revenu. Pour cela, ces agriculteurs travaillent sur les coûts d’achat et la performance technique. La qualité de vie est très importante pour eux, avec la volonté de disposer de temps libre en dehors de l’exploitation. Enfin, les agriculteurs du troisième groupe (73 %) envisagent un accroissement de la taille de l’exploitation, tout en conservant une marge de sécurité financière. Contrairement aux éleveurs du premier groupe, ils ne voient pas l’exploitation agricole comme une entreprise « comme les autres », mais comme un secteur à part, avec une culture et un mode de vie singulier. Tout comme les éleveurs du deuxième groupe, ils sont attachés à leur qualité de vie. Mais contrairement à eux, ils ne cherchent pas forcément à séparer nettement les espaces et les temps personnels et professionnels.

Di Bianco S., Ben Jaballah M., 2019. Agriculteur, un métier comme un autre ? L’élargissement des modèles professionnels des jeunes agriculteurs.

Avis d’expert : Caroline Depoudent, chambre d’agriculture de Bretagne

« La vision traditionnelle est toujours dominante »

« Plus qu’une typologie, cette étude apporte un éclairage sur l’évolution des visions du métier d’agriculteur au sein de la profession. La vision « traditionnelle », basée sur une transmission d’une génération à l’autre avec un agrandissement progressif, et des univers familiaux et professionnels imbriqués, reste dominante. Néanmoins, on voit se développer une vision plus entrepreneuriale, avec une volonté de performance organisationnelle, et pas seulement technique. On voit aussi se développer l’idée que le métier d’agriculteur peut être celui de toute une vie, mais aussi qu’il est possible d’en changer s’il ne convient plus. Une nouvelle idée des carrières en agriculture. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)