Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L’école supérieure d’agriculture d’Angers fait apparaître trois modèles de développement pour les jeunes agriculteurs.

Caroline Depoudent, chambres d'agriculture de Bretagne. © Chambres d'agriculture de Bretagne
Caroline Depoudent, chambres d'agriculture de Bretagne.
© Chambres d'agriculture de Bretagne

En 2019, l’Esa d’Angers a réalisé une enquête auprès de 52 jeunes agriculteurs afin de mieux connaître ce qu’était, pour eux, la réussite professionnelle. L’analyse des résultats fait apparaître trois groupes. Le premier groupe (21 % des enquêtés) rassemble des agriculteurs ayant des objectifs de réduction des charges de structure, ou de mise en place d’une pratique sanitaire ou technique alternative. Ils sont attentifs à la diminution de leur taux d’endettement, et à une optimisation fiscale. Dans un contexte économique qu’ils jugent durablement difficile, ces agriculteurs cherchent à s’adapter, en s’inspirant d’autres secteurs. Ils veulent des gains d’efficacité au travers de l’organisation du travail, et sont fiers d’importer dans leur élevage des techniques vues ailleurs. Le second groupe (6 % des enquêtés) souhaite améliorer la productivité, et à améliorer son revenu. Pour cela, ces agriculteurs travaillent sur les coûts d’achat et la performance technique. La qualité de vie est très importante pour eux, avec la volonté de disposer de temps libre en dehors de l’exploitation. Enfin, les agriculteurs du troisième groupe (73 %) envisagent un accroissement de la taille de l’exploitation, tout en conservant une marge de sécurité financière. Contrairement aux éleveurs du premier groupe, ils ne voient pas l’exploitation agricole comme une entreprise « comme les autres », mais comme un secteur à part, avec une culture et un mode de vie singulier. Tout comme les éleveurs du deuxième groupe, ils sont attachés à leur qualité de vie. Mais contrairement à eux, ils ne cherchent pas forcément à séparer nettement les espaces et les temps personnels et professionnels.

Di Bianco S., Ben Jaballah M., 2019. Agriculteur, un métier comme un autre ? L’élargissement des modèles professionnels des jeunes agriculteurs.

Avis d’expert : Caroline Depoudent, chambre d’agriculture de Bretagne

« La vision traditionnelle est toujours dominante »

« Plus qu’une typologie, cette étude apporte un éclairage sur l’évolution des visions du métier d’agriculteur au sein de la profession. La vision « traditionnelle », basée sur une transmission d’une génération à l’autre avec un agrandissement progressif, et des univers familiaux et professionnels imbriqués, reste dominante. Néanmoins, on voit se développer une vision plus entrepreneuriale, avec une volonté de performance organisationnelle, et pas seulement technique. On voit aussi se développer l’idée que le métier d’agriculteur peut être celui de toute une vie, mais aussi qu’il est possible d’en changer s’il ne convient plus. Une nouvelle idée des carrières en agriculture. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Covid-19 : organiser le travail en élevage de porcs en période d’épidémie
Même en période d’épidémie, l’activité d’élevage doit se poursuivre. L’organisation du travail doit toutefois être adaptée pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)