Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L’échographie, bien plus qu’un simple outil de diagnostic de gestation

Gènes Diffusion propose une expertise complète de la sphère urogénitale par ses techniciens-échographes, en complément du diagnostic de gestation réalisé à partir de 21 jours après les IA.

Vinvent Ferrard, Gènes Diffusion, contrôle une truie à l'EARL Lisnoble avec Didier Verger et Ophélie xxx, qui mesure dans le même temps l'épaisseur de lard dorsal.
© D. Poilvet

En parallèle à son activité principale de vente de semence, Gènes Diffusion met à disposition des éleveurs une équipe de dix techniciens équipés d’échographes de dernière génération (Imago de ECM) pour un panel de service qui va au-delà du simple diagnostic de gestation. "Cela va de la détection ultra-précoce des truies pleines, jusqu’au comptage des embryons et un diagnostic précis de la sphère urogénitale, le tout accompagné d’une expertise technique spécialisée dans le domaine de la fertilité des truies", explique Vincent Ferrard, technicien-échographe sur le département des Côtes-d’Armor. "Avec nos nouveaux appareils dont la qualité de l’image est nettement améliorée, la détection des truies pleines peut se faire dès 21 jours après les IA", explique-t-il. "À ce stade, nous pouvons détecter avec une très bonne probabilité si la truie est vide ou non." Un diagnostic précoce largement plébiscité par les éleveurs qui adhèrent à ce service. "Il facilite la gestion des retours et limite les temps improductifs", souligne le technicien.

Vincent Ferrard et ses collègues proposent aussi aux éleveurs un second contrôle à 28-35 jours de gestation. "À ce stade, nous pouvons déterminer précisément le nombre d’embryons vivants". Un nombre qu’il traduit en note : 1 pour moins de 8 embryons, 2 si le nombre est compris entre 8 et 12, et 3 pour 12 embryons et plus. Ce diagnostic permet à l’éleveur de mener une politique de réforme sélective des truies à petite portée, ou encore une stratégie alimentaire spécifique pour les truies hyperprolifiques. "Pour beaucoup, il détermine aussi l’état sanitaire de la bande. Un faible score donne l’alerte car il peut présager un problème pathologique." Le technicien porte une attention particulière aux truies vides. Avec un œil exercé, il est possible de déterminer le stade du cycle ovarien. Les kystes, de taille importante, sont parfaitement visibles. "Nous pouvons savoir si le cycle de la truie est bloqué, ou si elle va prochainement venir en chaleur." De même, les endométrites et les cystites sont rapidement détectées.

Matériel performant et opérateur entraîné

Le directeur commercial de Gènes Diffusion, Nicolas Jaglin, justifie cette prestation proposée aux éleveurs. "L’échographie permet bien plus qu’un simple diagnostic de gestation à 28 jours, mais il faut du matériel performant et un opérateur parfaitement entraîné, ce que propose Gènes Diffusion." Pour un élevage de 200 truies, le coût de la prestation est de 4,3 euros par truie présente et par an. "Grâce aux gains financiers apportés par ce service, ce montant est rapidement amorti dans l’ensemble des cas", conclut-il.

 

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Le coronavirus pèse sur les marchés des matières premières pour l'aliment des porcs

Après une période de stabilité au dernier trimestre 2019, le prix de l’aliment pour porc charcutier estimé par l’Ifip a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)