Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Le Spotmix fabrique et distribue les aliments maïs dans tout l’élevage

À l’EARL Élevage des Gaudries aux Verchers sur Layon, Maine-et-Loire, le Spotmix de Schauer fabrique tous les aliments de l’élevage contenant du maïs humide et les envoie soit dans les nourrisseurs de l’engraissement, soit dans les chariots des maternités, gestantes et post-sevrages.

À la tête d’un élevage de 120 truies naisseur-engraisseur et de 120 hectares de cultures, Alexandre Leroy et Alexandre Babin se sont installés récemment en regroupant leurs outils de production, dans le but de produire des porcs en totale autonomie. Toujours associés dans l’EARL Élevage des Gaudries à Gilles Defois, le cédant, ils ont investi récemment dans une fabrique d’aliment qui est la pierre angulaire de ce projet. "Nous avons choisi un système qui permet à la fois de valoriser le maïs humide et les céréales sèches à tous les stades physiologiques des animaux, sans avoir à remplacer les systèmes d’alimentation à sec présents dans l’élevage", explique Gilles Defois. Le choix des éleveurs s’est porté sur le Spotmix de l’entreprise autrichienne Schauer, commercialisé dans la région Pays de la Loire par l’entreprise Dif’Matel. "Cet équipement associe à la fois une fabrique d’aliment complète et un système de distribution à sec multiphase permettant une alimentation de précision", précise Loïc Forestier, le directeur de Dif’Matel. Le maïs humide est stocké entier sous forme inertée dans deux silos toiles Samle (voir Réussir Porc, novembre 2015, page 34). Il est broyé en sortie de silo en fonction des besoins du jour déterminé par le logiciel qui pilote le Spotmix, pour être ensuite entreposé dans une trémie dans l’attente d’être utilisé. Les autres matières premières sont prébroyées et stockées dans des boisseaux. Le Spotmix prépare des mélanges de 25 kg dans une petite cuve sur pesons. "L’incorporation des matières premières et des minéraux se fait très précisément, grâce à des variateurs de fréquence qui gèrent à dix grammes près le débit des spires et de la vis à auget qui amène le maïs humide", explique Loïc Forestier.

Transfert pneumatique vers des nourrisseurs et des chariots

L’aliment est ensuite transféré dans une cuve de distribution. Il est expédié vers l’élevage par deux transferts pneumatiques, un pour l’engraissement et un pour le bloc naissage. En engraissement, l’aliment est orienté vers chaque nourrisseur par des distributeurs rotatifs, une exclusivité Schauer qui remplace les classiques vannes d’aiguillage. "Avec le logiciel fourni par Schauer, nous pouvons programmer la quantité d’aliment distribué chaque jour dans chaque nourrisseur, exactement comme avec une machine à soupe", explique Gilles Defois. Dans le bloc naissage, les aliments sont stockés dans des chariots pour une distribution manuelle. "À terme, nous prévoyons une automatisation de la distribution, qui pourra se faire facilement avec ce procédé", indiquent les éleveurs.

Le temps de fabrication d’un mélange de 25 kg est de deux minutes. Il est légèrement plus élevé pour la distribution. Ces deux fonctions se déroulant simultanément, il est possible de distribuer jusqu’à 800 kg d’aliment à l’heure", indique Loïc Forestier, qui considère que ce procédé ne peut pas concurrencer les machines à soupe pour des engraissements de taille importante. "Nous le destinons à des élevages jusqu’à 250 truies naisseur-engraiseur, qui veulent mettre en place une alimentation de précision à l’échelle de la truie ou de la case en post-sevrage et en engraissement", conclut-il.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Le coronavirus pèse sur les marchés des matières premières pour l'aliment des porcs

Après une période de stabilité au dernier trimestre 2019, le prix de l’aliment pour porc charcutier estimé par l’Ifip a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)