Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une innovation Ceva Santé Animale
Le Pig Reprokit aide au diagnostic des problèmes de fertilité des truies

Le kit de dosage de la progestérone mis au point par le laboratoire Ceva indique avec précision à quelle phase de son cycle de reproduction la truie se trouve.

Vous avez du mal à détecter les premières venues en chaleur de vos cochettes ? Vous suspectez des venues en chaleur de certaines truies en lactation ? Certaines (peut-être les mêmes?) ne viennent pas en chaleur après le sevrage? Pour celles qui viennent, vous doutez de la pertinence de votre protocole d’IA ? Le Pig Reprokit mis au point par le laboratoire Ceva santé animale peut vous aider à y voir plus clair. Son principe consiste à doser le taux sanguin en progestérone de la truie. « Cette hormone constitue l’indicateur de choix pour le diagnostic des troubles de la reproduction d’origine non infectieuse », indique Elisabeth Sallé, responsable de la gamme porc Ceva.Tant que la truie n’ovule pas, la sécrétion de progestérone dans le sang est faible. Elle augmente fortement dans les heures qui suivent l’ovulation. Si la truie est fécondée, elle continue de sécréter de la progestérone en quantité importante jusqu’à la mise-bas. Dans le cas contraire, le taux sanguin de progestérone diminue environ deux semaines après l’ovulation. Ce sont alors les oestrogènes qui prennent le relais pour préparer l’ovulation suivante. L’analyse se fait rapidement (une heure de manipulation pour 15 truies), dans l’élevage si besoin, et ne demande pas de matériel lourd. Elle nécessite un échantillon de sang de la truie prélevé classiquement avec une aiguille et un tube sec. Le dosage de la progestérone repose sur une méthode Elisa semi-quantitative. Le mélange du sérum issu du sang avec les réactifs du kit permet d’obtenir une coloration différente selon le taux de progestérone. La couleur obtenue comparée à deux couleurs-étalon permet de distinguer trois résultats :

- Résultat négatif : le taux de progestérone est inférieur à l’étalon « bas » (< 2,5 ng/ml). La truie n’a vraisemblablement pas ovulé plus de 12 heures avant la prise de sang.

- Résultat « positif » : le taux de progestérone est situé entre l’étalon bas et l’étalon haut (entre 2,5 et 5 ng/ml). La truie a vraisemblablement ovulé entre 12 heures et 24 heures avant la prise de sang.

- Résultat « très positif » : le taux de progestérone est supérieur à l’étalon haut (>5 ng/ml). La truie a vraisemblablement ovulé plus de 24 heures avant la prise de sang.

« Le Pig Reprokit est une méthode visuelle très fiable, avec une excellente sensibilité (absence de « faux négatifs ») et une bonne spécificité (quelques faux positifs au seuil 2,5 ng/ml, pour des dosages au laboratoire qui donnent des valeurs entre 1,5 et 2 ng/ml). Par ailleurs, la lecture des résultats ne varie pas en fonction des personnes qui manipulent le test », souligne Elisabeth Sallé.

L’une des principales utilisations du Pig Reprokit est la vérification de la pertinence du protocole d’IA. Le positionnement des inséminations par rapport à l’ovulation détermine directement le taux de fécondation, ainsi que la prolificité des truies. Le moment idéal pour inséminer les truies est bien connu : environ 10 heures avant l’ovulation. Mais le moment de l’ovulation est totalement indépendant du début des chaleurs. Le Pig Reprokit, utilisé dans un protocole précis préconisé par Ceva, permet de bien cerner ce moment de l’ovulation, pour ensuite juger de la pertinence du protocole des IA. « Ces tests s’inscrivent dans une démarche de diagnostic global de troupeau et non individuelle », insiste Elisabeth Sallé. Il n’est pas question de modifier le protocole des inséminations pour chaque truie en fonction de leurs résultats individuels, mais plutôt de valider un protocole qui s’adapte à chaque élevage. Ceva préconise une première prise de sang 24 heures après la 1re IA pour déterminer si la truie a déjà ovulé. Un second test 36 heures après la dernière IA indique si la truie a ovulé 24 heures au plus tard après cette dernière IA. Des prises de sang intermédiaires permettent d’affiner le diagnostic.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Les clés pour valoriser l’hyperprolificité des truies
À l’EARL de Ruot, le nombre de porcelets sevrés par truie et par an a fortement progressé depuis 2016, grâce à un pilotage…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement de 1944 places séparé du site de naissage
Frédéric Baudet, éleveur à Maroué (Côtes d’Armor), vient de construire un engraissement de 1 944 places sur racleur. Ce bâtiment…
Vignette
La consommation de porc bio en forte hausse
La tendance est à la démocratisation de la consommation de produits biologiques. Pour faire face à cette demande croissante, le…
Vignette
L’alimentation animale bio manque de matières premières
Le secteur de l’alimentation animale biologique bénéficie d’une croissance importante. Mais la production végétale française …
Vignette
La hausse des cours difficile à répercuter
Les acteurs de la filière viande déplorent la réticence de la grande distribution à augmenter les prix des produits porcins dans…
Vignette
Les nutritionnistes se focalisent sur l’alimentation de précision des cochons
Pour adapter les apports alimentaires à chaque animal afin d’optimiser les performances tout en limitant les rejets polluants,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)