Aller au contenu principal

Le microbiote intestinal des porcs examiné de près

Une série de publications a permis de mieux cerner le mode de fonctionnement du microbiote intestinal des porcs et les facteurs qui peuvent l’influencer.

Le microbiote permet d'expliquer les interactions entre la nutrition, la santé et les performances.
© D. Poilvet

De part et d’autre de l’Atlantique, le microbiote intestinal constitue la nouvelle frontière des nutritionnistes, celle qui permet notamment d’expliquer les interactions entre la nutrition, la santé et les performances. L’équipe canadienne de Jacques Matte a notamment démontré que la consommation de colostrum bovin par les porcelets au sevrage modifie leur microbiote. Le colostrum bovin tend à diminuer l’abondance relative des Enterobacteriaceae. Cette famille de bactéries se développe fortement lors d’une inflammation. Sa prolifération diminuerait la diversité bactérienne, et pourrait, lors d’un stress, provoquer une infection entérique. À l’inverse, le colostrum bovin favorise la multiplication de Lactobacillaceae. Cette famille de bactéries bénéfiques est notamment composée de Lactobacillus, reconnues comme pouvant réguler le stress oxydatif chez l’humain ainsi que le développement d’espèces bactériennes pathogènes. Elles augmenteraient aussi le potentiel de croissance des animaux les plus faibles en utilisant les carbohydrates du colostrum ingéré par le porcelet. Concrètement, l’apport de colostrum bovin accroît les performances des porcelets au sevrage. Cet effet s’accentue en post-sevrage.

De la truie aux porcelets

Plus surprenant, l’apport de micronutriments aux truies en fin de gestation (vitamines A, D et cuivre) modifie aussi le microbiote des porcelets, en favorisant notamment le développement des bactéries de la famille des Ruminoccaceae. Cette famille utilisant les carbohydrates issus des plantes, les Canadiens émettent l’hypothèse de porcelets mieux « outillés » pour s’adapter à des régimes alimentaires en post-sevrage à base de céréales. Cependant, ils ne peuvent pas expliquer les mécanismes qui font qu’une modification du régime alimentaire de la truie agit sur le microbiote intestinal du porcelet.

Les effets bénéfiques du cuivre démontrés…

De son côté, l’entreprise savoyarde Animine a démontré qu’une dose croissante de cuivre diminue le nombre d’Escherichia coli dans le côlon, avec un effet plus marqué lorsqu’il est apporté sous forme d’oxyde de cuivre. Comparé au sulfate de cuivre, l’oxyde de cuivre à haute dose réduit significativement la présence de E. coli dans l’iléon. Par ailleurs, l’abondance des Lactobacillus augmente quelle que soit la source de cuivre, pour des porcelets ayant consommé 80 mg/kg de cuivre en comparaison avec un apport de 15 mg/kg. Ici aussi, ces résultats peuvent être rapprochés des performances de croissance, avec un meilleur GMQ obtenu avec l’oxyde de cuivre.

…ainsi que ceux des levures probiotiques

On savait déjà que les levures probiotiques avant un effet positif sur la santé des truies et des porcelets. La société Phileo Lesaffre l’explique en démontrant que sa levure Saccharomyces cerevisiae 47 modifie la structure du microbiote de l’intestin postérieur, permettant le développement de communautés microbiennes plus homogènes. Ces microbiotes homogènes sont favorables pour l’animal car les bactéries de la microflore coexistent en s’entraidant. Elles créent un microbiote plus résistant aux changements (stress, traitements antibiotiques…). Ces communautés peuvent ainsi utiliser efficacement les ressources en nutriments disponibles au sein de l’écosystème et empêcher la colonisation par des espèces pathogènes.

Effet d’une supplémentation en cuivre, vitamines A et D et colostrum bovin sur les performances de croissance et le microbiome du porcelet pendant la lactation. JRP 2019, p. 61-66
Effet des sources et doses de cuivre sur le microbiote intestinal des porcelets sevrés. JRP 2019, p. 67-71.
Effet de la levure probiotique Saccharomyces cerevisiae 47 sur la santé, le microbiote et les performances zootechniques de porcelets sevrés. JRP 2019, p. 73-78
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
Les nez humains doivent sentir les molécules odorantes sur le gras chauffé des carcasses. © UGPVB
Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir
Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au…
Yann Grelet, avec Jean-Jacques Rocher, technico-commercial Nutréa, et Anne Bouché, responsable marché en nutrition porc Nutréa. L’entreprise a suivi chez Yann Grelet les performances des porcs charcutiers alimentés au blé noir grâce notamment à une bascule connectée qui pèse instantanément les animaux en cours d’engraissement. © D. Poilvet
Nutréa lance le porc « cultivé et nourri au blé noir »
Deux ans d’investigations ont été nécessaires à Nutréa en collaboration avec un éleveur morbihannais pour élaborer un cahier des…
© JC Gutner
Les Français ont consommé plus de porc en 2020
Le confinement et la tension budgétaire chez les ménages les plus fragiles ont favorisé l’engouement pour les produits du porc en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)