Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le microbiote intestinal des porcs examiné de près

Une série de publications a permis de mieux cerner le mode de fonctionnement du microbiote intestinal des porcs et les facteurs qui peuvent l’influencer.

Le microbiote permet d'expliquer les interactions entre la nutrition, la santé et les performances.
© D. Poilvet

De part et d’autre de l’Atlantique, le microbiote intestinal constitue la nouvelle frontière des nutritionnistes, celle qui permet notamment d’expliquer les interactions entre la nutrition, la santé et les performances. L’équipe canadienne de Jacques Matte a notamment démontré que la consommation de colostrum bovin par les porcelets au sevrage modifie leur microbiote. Le colostrum bovin tend à diminuer l’abondance relative des Enterobacteriaceae. Cette famille de bactéries se développe fortement lors d’une inflammation. Sa prolifération diminuerait la diversité bactérienne, et pourrait, lors d’un stress, provoquer une infection entérique. À l’inverse, le colostrum bovin favorise la multiplication de Lactobacillaceae. Cette famille de bactéries bénéfiques est notamment composée de Lactobacillus, reconnues comme pouvant réguler le stress oxydatif chez l’humain ainsi que le développement d’espèces bactériennes pathogènes. Elles augmenteraient aussi le potentiel de croissance des animaux les plus faibles en utilisant les carbohydrates du colostrum ingéré par le porcelet. Concrètement, l’apport de colostrum bovin accroît les performances des porcelets au sevrage. Cet effet s’accentue en post-sevrage.

De la truie aux porcelets

Plus surprenant, l’apport de micronutriments aux truies en fin de gestation (vitamines A, D et cuivre) modifie aussi le microbiote des porcelets, en favorisant notamment le développement des bactéries de la famille des Ruminoccaceae. Cette famille utilisant les carbohydrates issus des plantes, les Canadiens émettent l’hypothèse de porcelets mieux « outillés » pour s’adapter à des régimes alimentaires en post-sevrage à base de céréales. Cependant, ils ne peuvent pas expliquer les mécanismes qui font qu’une modification du régime alimentaire de la truie agit sur le microbiote intestinal du porcelet.

Les effets bénéfiques du cuivre démontrés…

De son côté, l’entreprise savoyarde Animine a démontré qu’une dose croissante de cuivre diminue le nombre d’Escherichia coli dans le côlon, avec un effet plus marqué lorsqu’il est apporté sous forme d’oxyde de cuivre. Comparé au sulfate de cuivre, l’oxyde de cuivre à haute dose réduit significativement la présence de E. coli dans l’iléon. Par ailleurs, l’abondance des Lactobacillus augmente quelle que soit la source de cuivre, pour des porcelets ayant consommé 80 mg/kg de cuivre en comparaison avec un apport de 15 mg/kg. Ici aussi, ces résultats peuvent être rapprochés des performances de croissance, avec un meilleur GMQ obtenu avec l’oxyde de cuivre.

…ainsi que ceux des levures probiotiques

On savait déjà que les levures probiotiques avant un effet positif sur la santé des truies et des porcelets. La société Phileo Lesaffre l’explique en démontrant que sa levure Saccharomyces cerevisiae 47 modifie la structure du microbiote de l’intestin postérieur, permettant le développement de communautés microbiennes plus homogènes. Ces microbiotes homogènes sont favorables pour l’animal car les bactéries de la microflore coexistent en s’entraidant. Elles créent un microbiote plus résistant aux changements (stress, traitements antibiotiques…). Ces communautés peuvent ainsi utiliser efficacement les ressources en nutriments disponibles au sein de l’écosystème et empêcher la colonisation par des espèces pathogènes.

Effet d’une supplémentation en cuivre, vitamines A et D et colostrum bovin sur les performances de croissance et le microbiome du porcelet pendant la lactation. JRP 2019, p. 61-66
Effet des sources et doses de cuivre sur le microbiote intestinal des porcelets sevrés. JRP 2019, p. 67-71.
Effet de la levure probiotique Saccharomyces cerevisiae 47 sur la santé, le microbiote et les performances zootechniques de porcelets sevrés. JRP 2019, p. 73-78
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Aux États-Unis, les contrôles des défauts de carcasse confiés aux abattoirs

Le département américain de l’agriculture (USDA) prévoit de retirer toute limite à la vitesse à laquelle les abattoirs…

Vignette
L’Ifip teste un système de détection et de suivi automatique de la toux
L’Ifip a testé sur la station expérimentale de Romillé un dispositif d’enregistrement capable de détecter la présence de toux en…
Vignette
Le Grand Ouest s’oriente vers l’AOP
Des jeunes administrateurs de groupements se sont prononcés pour la création d’une association d’organisations de producteurs…
Vignette
Un nouvel observatoire national des vaccins vétérinaires

Le Syndicat de l’industrie du médicament et réactif vétérinaires (SIMV) vient de publier les taux de vaccination des…

Les règles se durcissent pour l’alimentation des porcs bio

Au 1er janvier 2021 pour les porcs bio de plus de 35 kg, au 1er janvier 2025 pour les plus petits…

Vignette
Les Allemands testent les viandes odorantes dans les charcuteries

33 %, c’est le taux maximum de viandes odorantes acceptable dans la mêlée pour faire une saucisse de Francfort de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)