Aller au contenu principal

Le label rouge prend ses marques

Après avoir enregistré une progression importante jusqu'en 2007, la production de porcs label rouge s'est stabilisée, grâce à une bonne valorisation des carcasses et la mise en place de filières bien structurées.

Le porc fermier élevé en plein air ne concerne que 10 % de la production Label Rouge mais il contribue grandement à son image excellente auprès des consommateurs.
Le porc fermier élevé en plein air ne concerne que 10 % de la production Label Rouge mais il contribue grandement à son image excellente auprès des consommateurs.
© D. Poilvet

En 2012, les filières porcs label rouge ont concerné 775 éleveurs, qui ont produit 743 350 porcs, soit 3 % de la production nationale. Une part modeste, mais qui se maintient d'une année sur l'autre. La Bretagne est la première région productrice, avec 22 % des volumes. L'activité se situe également dans les régions Pays de Loire, Aquitaine et Midi-pyrénées et dans une moindre mesure au centre de la France.


Il existe trois types de production de porcs label rouge : en bâtiments, sur litière avec ou sans courette et en plein air. La production en bâtiments fermés représente 80 % des volumes. Elle s'est fortement développée depuis 2007 suite à la nouvelle réglementation qui impose d'utiliser de la viande label rouge pour produire des charcuteries label rouge, ce qui n'était pas le cas jusqu'alors. La contrainte principale par rapport à une production standard est la densité minimale en engraissement de 1 m2 par porc jusqu'à 110 kg pour les bâtiments sur caillebotis.
 

Les porcs label rouge élevés sur litière sous appellation fermière disposent d'une surface de 2,6 m2 par animal. Ils représentent 8 % de la production et 73 éleveurs, répartis en Bretagne et dans les Pays de la Loire. L'appellation fermière concerne également les porcs label rouge élevés en plein air, qui ont accès à un parcours de 83 m2 à partir de 17 semaines d'âge. Cette production se répartit entre 171 éleveurs situés dans le Sud-Ouest, la Vendée et le centre de la France.

Le point commun de toutes ces productions est d'être très bien organisée en filière. Que ce soit en bâtiments fermés, sur litière, ou en plein air, les relations entre les producteurs, les groupements, les abatteurs et les salaisonniers sont très étroites. Une nécessité absolue pour valoriser la production, offrir aux éleveurs une plus value qui compense les charges supplémentaires et proposer aux consommateurs des produits correspondant à leurs demandes.

 

Une notoriété importante et  une image positive


Le label rouge a la chance de bénéficier d'une très bonne notoriété.

 

Selon un sondage réalisé en 2010 pour Fedelis, un organisme qui fédère tous les label rouge, trois personnes sur cinq interrogées sur les signes alimentaires citent le label rouge de manière spontanée. Neuf personnes sur dix déclarent avoir déjà consommé des produits label rouge.

En plus d'une notoriété importante, le label rouge bénéficie d'une image positive. Deux personnes sur trois donnent une note entre 8 et 10 sur 10 à ce signe de qualité. Deux dimensions ressortent particulièrement : le contrôle et les garanties des produits, et la qualité à tous les niveaux du processus de fabrication. Le savoir-faire des producteurs et une dimension terroir sont aussi retenus.

Les filières label rouge ont donc toutes les cartes en main pour se développer et proposer une production rentable aux éleveurs de porcs. À eux d'exploiter ce filon, à l'image de ce qui a été fait en volailles, où le label rouge représente 50 % des ventes de poulets entiers en France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Anne Richard est la nouvelle directrice de l'interprofession porcine Inaporc

Anne Richard, actuelle directrice de l'Itavi et d'Anvol (Institut technique de l’aviculture et Interprofession de la volaille…

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
« La non castration des porcelets, c’est une économie de 10 euros par porc»

L’association des éleveurs « 

Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons
L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)