Aller au contenu principal
Font Size

Filière porcine
Le gouvernement assouplit les procédures pour les installations classées

Le Plan filière porcine présenté aux professionnels prévoit que, pour les projets de moins de 2000 places ou 750 truies naisseur, l’enquête publique ne sera plus nécessaire.

Trois mesures principales émergent du projet de Plan pour la filière porcine : la modification du régime des installations classées, le dossier VPF et la révision de la LME.
Trois mesures principales émergent du projet de Plan pour la filière porcine : la modification du régime des installations classées, le dossier VPF et la révision de la LME.
© C. Gérard

Le 15 avril dernier, les ministres de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Stéphane Le Foll et Guillaume Garot, ont présenté leurs conclusions au terme de la « table ronde » lancée fin octobre pour la filière porcine, annonçant que « il est possible de revenir au niveau de production de 25 millions de porcs tout en améliorant la performance environnementale des exploitations ». Trois mesures principales émergent de ce plan : la modification du régime des installations classées, le dossier VPF et la révision de la LME (Loi de modernisation de l'économie). Alors que les professionnels réclamaient l’alignement des seuils d’installations sur les voisins européens, un autre système est annoncé par le gouvernement, à savoir une procédure d’enregistrement qui s’appliquerait pour des effectifs de 450 à 2000 porcs et pour des élevages de moins de 750 truies naisseur. Concrètement, ce processus d’enregistrement ne serait autre qu’une procédure d’autorisation, mais sans le volet « enquête publique ». « Les préfets auraient toutefois encore la possibilité de reclasser le dossier et demander une enquête publique », précise Jean-Michel Serres, président de la FNP. « C’est pourquoi nous avons demandé que leur pouvoir soit bien cadré. » Le président souligne en outre que cette procédure d’enregistrement ne remet en aucun cas en cause les règles en matière d’environnement, mais devrait se traduire par une simplification des démarches administratives et, par conséquent, une accélération des dossiers et la relance de certains projets.Le ministre de l’Agriculture a annoncé que cette modification du régime devrait être finalisée mi juin, « ce que nous espérons, car il y a urgence à changer les choses », prévient Jean-Michel Serres.Deuxième volet du plan, VPF. Selon Jean-Michel Serres, Stéphane Le Foll est favorable à cette indication d’origine, mais demande aux professionnels d’en « garnir le contenu », à savoir revoir la communication afin de mettre davantage en avant ce que cette origine implique en termes d’emplois locaux, de salaires, de développement durable… La balle est donc à présent dans la commission communication d’Inaporc qui doit rapidement travailler sur ce sujet.Enfin, Stéphane Le Foll a confirmé une révision de la LME afin de pouvoir reprendre des négociations sur les prix lorsque la variation des matières premières le justifie.



Des problèmes restés sans réponse


En dehors de ces trois annonces, plusieurs dossiers sont restés sans réponse. Celui des difficultés de l’abattage-découpe et du manque de compétitivité, en particulier celui des distorsions de concurrence avec l’Allemagne. Ce qui explique la réaction du Comité régional porcin de Bretagne qui, au lendemain de cette réunion, annonçait par communiqué de presse que ce plan pour la filière porcine, « pour lequel il attendait un choc, se solde par un flop. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)