Aller au contenu principal

Le digital offre de nouvelles opportunités à la filière

L’Ifip organisait une journée à Paris le 4 décembre dernier consacrée à l’apport du digital dans la filière, aussi bien en production que dans l’industrie de la viande.

Pauline Brenaut et Michel Marcon, ingénieurs Ifip "Grâce à l’intelligence artificielle, le digital aidera l’éleveur, au même titre que l’automatisation des tâches"
© D. Poilvet

A l’heure où 88 % des Français et des éleveurs sont connectés, le digital semble une réalité impossible à contourner pour la filière. Un thème largement développé dans nos colonnes, avec en particulier les travaux menés à la station expérimentale de l’Ifip à Romillé en Ille-et-Vilaine. « La collecte de l’information sera simplifiée et son analyse sera plus complète, explique Michel Marcon, ingénieur à l’Ifip. Grâce à l’intelligence artificielle, le digital aidera l’éleveur, au même titre que la robotisation ou l’automatisation des tâches. » En génétique, l’ère du big data qui va de pair avec le développement de l’identification individuelle devrait permettre à terme une accélération du progrès génétique de 50 %, selon Pauline Brenaut, ingénieure Ifip. « On est en passe d’atteindre rapidement cet objectif, grâce à la baisse du coût des puces RFID », estime-t-elle. De manière plus générale, la révolution digitale va permettre de diminuer les coûts et d’augmenter la valeur ajoutée de la production via la mutualisation des données, souligne Boris Duflot, directeur du pôle économie de l’Ifip. « La connexion des élevages entre eux via un big data ou encore les machines learning permettront de détecter les différentes manières de mieux produire et de mieux vendre », affirme-t-il.

Une collecte permanente d’informations

Ces nouveaux outils intéressent aussi l’industrie des viandes et de la charcuterie : optimisation des chaînes de découpe grâce à la robotisation couplée aux données de capteurs, scannage des pièces en ligne pour optimiser les opérations et le rendement de découpe, utilisation de data et d’algorithmes pour optimiser les consommations énergétiques… Les exemples d’application ne manquent pas pour améliorer la productivité de ces outils et pour mieux les vendre. « L’enjeu de ces nouvelles technologies est aussi de montrer précisément aux consommateurs ce qu’il y a derrière nos produits grâce à une collecte permanente d’informations tout au long de nos filières », souligne Guillaume Ardillon, responsable digital du groupe Terrena. Une précision qui permettra aussi d’ajouter de la valeur aux produits.

Les plus lus

Cyril et Marina Montier, et Vincent Lenoir. « Nous proposons à nos clients des viandes et des charcuteries en direct de notre coopérative. »
Un nouveau magasin Coop chez vous dans les Côtes-d’Armor
La ferme du Moulin Tizon à Penguily, dans les Côtes-d’Armor, est le 17e magasin Coop chez vous, une démarche de vente…
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
En 2021, les résultats des éleveurs de porc ont baissé dans la très large majorité des principaux pays producteurs du monde…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)