Aller au contenu principal

Le cochon à corps et à “gruiiii”

Pendant une semaine, le salon de l’agriculture de Paris a décerné plaques ou médailles à l’élite des éleveurs et producteurs français. Attention ! Ne pas oublier Noël Jamet, 41 ans, originaire de la Manche et vainqueur du concours du cri du cochon, dimanche 24 février. C’est une vraie bête de concours !

Les collègues de travail de Noël Jamet ont détecté son talent. Après avoir entendu ses imitations, ils l’ont inscrit au concours du cri du cochon de Vire.
Les collègues de travail de Noël Jamet ont détecté son talent. Après avoir entendu ses imitations, ils l’ont inscrit au concours du cri du cochon de Vire.
© V.M.
Le concours du cri du cochon a drainé du public lors du Salon international de l’agriculture (SIA) de Paris. Les visiteurs semblent circonspects, amusés, désabusés, inquiets et philosophes à la fois. Noël Jamet, lui, ne se pose pas tant de questions. Derrière son nez de cochon, sa mine est simplement joviale. Il pratique cette discipline unique pour s’amuser. Pourtant, la préparation du concours se révèle des plus minutieuses. Quitte à participer, autant gagner ! “Si vous n’avez pas de mise en scène ou de costume, vous n’avez aucune chance”, analyse Noël Jamet. N’en déplaise à Karl Lagerfeld, ce chauffeur-livreur de profession s’est lancé dans la haute couture. Et dans sa collection, le rose s’avère particulièrement tendance. Aux fils de soie, Noël Jamet a préféré le fil à linge. Bien plus pratique pour une queue-de-cochon en tire-bouchon ! La tenue de scène a néanmoins connu quelques retouches. “Mes oreilles étaient trop lourdes, trop grandes, elles ressemblaient à celles d’un lapin”. Une vraie problématique puisque le concours du cri du lapin n’existe pas encore ! L’homme s’est donc adapté. Noël Jamet, c’est un peu Macgyver au pays des couturiers croisés avec des cochons. “J’ai prévu un porte micro rose. Sur mon costume, j’ai également installé six tétines. Normalement, je devrais en avoir au moins douze pour refléter la réalité”. Pour le show, ce gai luron s’est donc résolu à faire quelques concessions.

Un show rodé
Plus t’en fais mieux ça vaut”, pourrait être sa devise. Lors du concours, les candidats répondent à des figures imposées : naissance, allaitement, le cochon amoureux et la mort du cochon. Nono, pour les intimes, a ses trucs pour se démarquer. “J’arrive sur scène en cage. Ensuite, je me relève pour faire le cochon amoureux. Puis, je sors des peluches de mon costume pour simuler la naissance. Enfin, je m’enfuis et on me saigne”, détaille Nono. Ce dernier a ainsi intégré l’élite des participants aux concours du cri du cochon. En coulisses, les bouteilles de vin ou de cidre et la nourriture riche semblent témoigner d’une préparation pointue du concurrent. “C’est très physique, il faut du coffre”, indique-t-il tout essoufflé à la fin de sa prestation. D’ailleurs, Noël commence à perdre sa voix. L’homme n’hésite pas à donner de sa personne pour de nombreuses démonstrations. Et la soirée risque de se terminer tard dans le hall 1. Il garde l’esprit cochon jusqu’au bout de la nuit avec son tee-shirt de la confrérie des porciphages.

Pour ses numéros, Noël Jamet est accompagné par Bruno Langlois. Les parents de ce dernier élèvent des porcs à Moon-sur-Elle (50). “Je prends plaisir à l’accompagner dans son délire. Il ne faut pas être timide. Les gens rigolent, c’est l’essentiel”. Noël Jamet sillonne la France avec son assistant, qui fait office de verrat. Depuis trois ans, ils participent à tous les concours. Sur 11 participations, Nono en a gagné 10. Il a juste perdu au championnat de France dans les Pyrénées. Même pas peur de la revanche : “le champion de France, il est prenable. Et puis, je suis quand même le vainqueur d’un concours international au salon de l’agriculture”. En revanche, les prix décernés aux lauréats n’ont rien d’internationaux. A bon vivant, bon produit : le panier du terroir garni demeure de rigueur. Avec son puissant cri, Nono gagne surtout la gloire.

Un personnage médiatique
Le personnage séduit. Au salon de l’agriculture, il est devenu l’un des chouchous des médias. En témoignent les photographies de son presse book avec des animateurs radio. Europe 2, NRJ, France bleue, ou RTL l’ont interviewé. “Je suis en photo avec Cauet, Cécile de Ménibus, Julien Courbet, Laurent Boyer ou Gérard Klein”.
Toujours plus fort, toujours plus cochon. De nouveaux effets spéciaux devraient apparaître dans son numéro. C’est un véritable show à “l’armoricaine” ! “On va ajouter du faux sang pour mieux imiter la mort du cochon”. Avec deux victoires pour trois participations, Noël Jamet est bien le champion du SIA. Et il compte bien le rester. Dans le cochon tout est bon, Nono le crie à sa façon.

V. Motin
“En France : une vingtaine de passionnés du cri du cochon”
 
Jean-Philippe Ménier organise pour la troisième fois le concours du cri du cochon au salon de l’agriculture. “Les responsables du salon ont trouvé la démarche sympa. A toute personne qui participe, on offre le repas du midi”. Cette année, les lauréats ont même eu droit à une plaque. Dimanche, 13 personnes ont participé. Ce Belge élève des porcs de Bayeux à Saint-Laurent-du-Mont (14). Il a d’abord tenté l’expérience de ce concours en organisant chez lui la Saint Cochon. “En France, on compte une dizaine de concours. 20 personnes y participent de manière régulière. Et ils viennent souvent avec leur femme...”   
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
Les nez humains doivent sentir les molécules odorantes sur le gras chauffé des carcasses. © UGPVB
Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir
Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au…
Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales. © D. Poilvet
Un lien entre l’hygiène de la soupe des truies et les diarrhées néonatales
Une étude de Porc. spective montre que le risque d’avoir des diarrhées néonatales augmente lorsque le dénombrement d’entérocoques…
Yann Grelet, avec Jean-Jacques Rocher, technico-commercial Nutréa, et Anne Bouché, responsable marché en nutrition porc Nutréa. L’entreprise a suivi chez Yann Grelet les performances des porcs charcutiers alimentés au blé noir grâce notamment à une bascule connectée qui pèse instantanément les animaux en cours d’engraissement. © D. Poilvet
Nutréa lance le porc « cultivé et nourri au blé noir »
Deux ans d’investigations ont été nécessaires à Nutréa en collaboration avec un éleveur morbihannais pour élaborer un cahier des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)