Aller au contenu principal

Le Canada accélère sur le bien-être des truies gestantes

À compter du 1er juillet 2024, tous les éleveurs de porcs canadiens devront suivre la réglementation sur bien-être animal qui impose la libération des truies 28 jours après la saillie (+7 jours additionnel, si besoin).

Le Canada accélère sur le bien-être des truies gestantes
© Jyga technologies

Cette réglementation traduit un changement de paradigme dans la filière, à l’image de la situation de la France en 2013 avec la mise en groupe des truies gestantes. La province du Québec a amorcé ce changement en 2010, alors que seulement 4,5 % des truies gestantes étaient logées en groupe.

Le Centre de développement du porc du Québec (CDPQ) estime que le travail est désormais bien lancé puisqu’en 2021, 55 % des truies gestantes de la province francophone étaient logées selon les nouvelles normes. Cependant, cela ne représenterait que 25 % des élevages existants. Le travail à accomplir reste donc important. Cette démarche s’est réalisée en deux temps. Entre 2010 et 2015, le nombre de place installée est resté faible (entre 5 et 15 %). Les deux systèmes d’alimentation associés à la mise en groupe des truies étaient alors l’alimentation au sol et le système bat-flanc (représentant selon les années entre 50 et 80 % des places installées). Après 2015, la dynamique s’est accélérée grâce notamment à l’émergence du distributeur automatique de concentrés (DAC) autobloquant. Si bien qu’en 2021, ce système d’alimentation représente 70 % des places installées. L’alimentation au sol et le système de bat-flanc représentent malgré tout encore 10 % chacun du marché. La principale surprise porte sur le faible nombre d’élevages ayant choisi le système réfectoire-courette, qui représente à peine 5 % des places.

Côté biblio

Intervention de Richard Mailhot (CDPQ) lors des ateliers sur les truies en groupe le 18 mai 2022.

L’Europe sert de modèle au Canada

Yvonnick Rousselière, Ifip-Institut du porc

 

 
© Ifip
Le Canada s’est très fortement inspiré de l’expérience acquise en Europe pour conduire la mise en groupe des truies gestantes. Pour autant, les solutions trouvées ressemblent peu aux modèles européens. On y trouve des solutions très rudimentaires comme l’alimentation des truies au sol, mais aussi des systèmes très perfectionnés comme les distributeurs automatiques de concentrés (DAC) autobloquants. Ce type de DAC reste peu fréquent en France notamment du fait de la faible implantation des deux principaux équipementiers canadiens sur notre territoire (Maximus et Jyga technologie). Sur les autres sujets gravitant autour du bien-être animal (arrêt de la contention et des mutilations, enrichissement du milieu…), le Canada garde aussi un œil sur les travaux européens probablement dans l’optique de ne conserver que le meilleur afin de continuer leur transition dans la prise en compte du bien-être animal.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Yannick Jacq. «On ne gère pas plusieurs salariés comme on le fait pour un seul. Il est nécessaire de cerner les besoins de chacun.»
« J’ai appris à mieux connaître mes salariés», se félicite Yannick Jacq, éleveur de porc
Eleveur de porcs, Yannick Jacq a suivi la formation proposée par son groupement Porc Armor Évolution et le Cerfrance Finistère.…
La mortalité moyenne des portées de plus de 16 porcelets dépasse 18 %, contre 11 % pour les portées de 13 à 14 porcelets.
Comment gérer les porcelets surnuméraires
Le nombre de porcelets nés vivants n’a jamais été aussi élevé dans les élevages français. Mais les mener jusqu’au sevrage reste…
Le département du Finistère représente près de la moitié des offres bretonne en production porcine.
Salarié en élevage de porc - Un marché de l’emploi tendu en Bretagne
L’Anefa Bretagne analyse chaque année les offres déposées sur la Bourse de l’emploi www.lagriculture-recrute.org
Le cheptel porcin français en baisse en 2022
Le cheptel porcin français en baisse en 2022

Selon la dernière enquête réalisée au printemps dernier, le cheptel porcin français a…

Consacrer du temps à l'accueil du nouvel arrivant est essentiel. Il est important de montrer à la personne qu'elle est attendue, et de prendre du temps pour lui faire visiter l'élevage.
Recruter un salarié porcin c’est bien, le fidéliser c’est encore mieux !
Lorsqu’on a eu la chance de trouver un candidat compétent pour un poste, il n’est pas question de le perdre ! Pour lui donner…
Mickaël Benoit, président du Sylaporc.
« Le porc label Rouge va mieux répondre aux attentes sociétales »
Mickaël Benoit a été élu président de Sylaporc (Syndicat des Labels porc et charcuteries) le 14 novembre. Il succède à Jean-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)