Aller au contenu principal
Font Size

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.

Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la castration à vif des porcelets à compter du 1er janvier 2022, la filière porcine paraît divisée sur les mesures à mettre en place pour répondre à cette injonction.

Les abattoirs sont contre la généralisation de l'élevage de mâles entiers, dont les carcasses doivent être contrôlés "au nez humain" pour détecter d'éventuelles odeurs sexuelles

Dans un courrier adressé aux éleveurs le 23 juin dernier, dix groupements de producteurs du Grand Ouest se sont prononcés clairement en faveur de l’arrêt de la castration, et pour un prix de base appliqué à une population de porcs femelles et de mâles entiers. Elle fait suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la castration à vif des porcelets à compter du 1er janvier 2022.

Lors de la conférence de presse qui a suivi l’assemblée générale d’Inaporc qui s’est déroulée à huis-clos à Paris le 30 juin dernier, Thierry Meyer, le représentant des abatteurs et également directeur de l’activité porc de Bigard, a condamné cette déclaration. « La résolution du problème doit passer par des discussions entre les différents maillons de la filière, pas par des injonctions. Le mâle entier est une réponse à la directive du ministre, mais il y a d’autres voies à explorer, comme la castration sous anesthésie ».  En clair, l’aval de la filière ne parait pas du tout disposé à généraliser l'arrêt de la castration des mâles dans les élevages. Même si paradoxalement, la Cooperl, qui abat 2.5 millions de porcs mâles entiers par an, a largement validé cette production depuis huit ans, et que l'élevage de mâle entier semble aujourd'hui se développer progressivement dans plusieurs filières.

La troisième solution mise à disposition des éleveurs, l’immunocastration, n’a pas été évoquée. « Il y a un consensus mou contre cette solution, notamment dans l’aval de la filière, qui considère que c’est une solution à risque vis-à-vis des consommateurs », constate un dirigeant d’Inaporc.

« Inaporc doit prendre en compte les problématiques de tous ses membres » souligne Guillaume Roué, le président de l’interprofession. « Je crois en l’intelligence collective, mais il faudra du temps pour trouver la bonne solution », conclut Philippe Bizien, le président du groupement Evel’up.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La réglementation impose une ouverture sur trois côtés, avec une aire extérieure et des courettes partiellement découvertes. © D. Poilvet
Ce qui change pour le porc bio avec le futur règlement européen
Le projet de nouveau règlement européen pour l’agriculture biologique tend à durcir les conditions d’élevage du porc bio. Mais il…
Prix du porc en France classe SE et prévisions © RNM et estimations Ifip
Maintien prévu des cours du porc en 2020
Le prix du porc à la production restera stimulé par les importations chinoises dans un contexte de stabilité de l’offre…
Construite en 2017, la FAF du Gaec de la Riale est équipée d’une fosse de réception de 52 m3. L’aliment est stocké dans les silos existants. © B. Griffoul
Une fabrique d'aliment à la ferme pour "perdurer dans la production porcine"
Les éleveurs du Gaec de la Riale dans l’Aveyron ont investi dans une fabrique d’aliment à la ferme pour pérenniser leur élevage.…
Les abattoirs néerlandais utilisent la méthode du nez humain pour détecter les carcasses présentant des odeurs de verrats. © Ifip
Aux Pays-Bas, la production de porcs mâles entiers devient prédominante
Depuis 2014, le marché de détail néerlandais s’est entièrement converti à la vente de viande de porcs mâles entiers. La filière…
Deux plateformes au niveau des cellules extérieures de blé et d'orge permettent une maintenance en toute sécurité.  © Y. Le Moigne
Un agrandissement de la fabrique d’aliment à la ferme porcine à coût réduit
La SCEA de Restrezerc’h (groupement Evel'Up) a doublé la capacité de sa fabrique d’aliment intégrale en limitant les…
Éric Van Remoortere. "Je me suis installé par intérêt pour l’élevage en plein air et par conviction pour le bio." © D.Poilvet
Dans l’Indre, la nouvelle génération d’éleveurs de porcs passe au 100 % bio
Dans la famille Van Remoortere, la nouvelle génération d’éleveurs s’oriente délibérément vers l’élevage bio. Ils ont pris la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)