Aller au contenu principal

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.

Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la castration à vif des porcelets à compter du 1er janvier 2022, la filière porcine paraît divisée sur les mesures à mettre en place pour répondre à cette injonction.

Les abattoirs sont contre la généralisation de l'élevage de mâles entiers, dont les carcasses doivent être contrôlés "au nez humain" pour détecter d'éventuelles odeurs sexuelles

Dans un courrier adressé aux éleveurs le 23 juin dernier, dix groupements de producteurs du Grand Ouest se sont prononcés clairement en faveur de l’arrêt de la castration, et pour un prix de base appliqué à une population de porcs femelles et de mâles entiers. Elle fait suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la castration à vif des porcelets à compter du 1er janvier 2022.

Lors de la conférence de presse qui a suivi l’assemblée générale d’Inaporc qui s’est déroulée à huis-clos à Paris le 30 juin dernier, Thierry Meyer, le représentant des abatteurs et également directeur de l’activité porc de Bigard, a condamné cette déclaration. « La résolution du problème doit passer par des discussions entre les différents maillons de la filière, pas par des injonctions. Le mâle entier est une réponse à la directive du ministre, mais il y a d’autres voies à explorer, comme la castration sous anesthésie ».  En clair, l’aval de la filière ne parait pas du tout disposé à généraliser l'arrêt de la castration des mâles dans les élevages. Même si paradoxalement, la Cooperl, qui abat 2.5 millions de porcs mâles entiers par an, a largement validé cette production depuis huit ans, et que l'élevage de mâle entier semble aujourd'hui se développer progressivement dans plusieurs filières.

La troisième solution mise à disposition des éleveurs, l’immunocastration, n’a pas été évoquée. « Il y a un consensus mou contre cette solution, notamment dans l’aval de la filière, qui considère que c’est une solution à risque vis-à-vis des consommateurs », constate un dirigeant d’Inaporc.

« Inaporc doit prendre en compte les problématiques de tous ses membres » souligne Guillaume Roué, le président de l’interprofession. « Je crois en l’intelligence collective, mais il faudra du temps pour trouver la bonne solution », conclut Philippe Bizien, le président du groupement Evel’up.

Les plus lus

éleveur de porcs en maternité
« Des performances exceptionnelles avec la nouvelle maternité de notre élevage de porcs »

Vincent et Roger Prat atteignent des niveaux de performance très élevés depuis la mise en service de leur nouveau bloc…

porcs en engraissement
Comment rénover les engraissements des élevages de porcs avec des grandes cases?
Les grands groupes semblent séduire de plus en plus d’éleveurs dans le cadre d’une rénovation de bâtiments. Mais certains points…
construction d'un bâtiment porcin
Le coût des bâtiments porcins a flambé

Le coût des bâtiments porcins a fortement augmenté entre 2015 et 2023, selon l’Ifip. Cette hausse importante s’est…

salarié élevage de sélection axiom
Axiom se lance dans l’arrêt de la caudectomie des porcelets

À Usson-du-Poitou dans la Vienne, un des élevages de sélection des lignées femelles d’Axiom s’est engagé dans une démarche d’…

éclairage dans les bâtiments porcins
La lumière oriente les porcs dans leur case

Un groupe de chercheurs allemands a réalisé un test de préférence sur les conditions d’éclairement en post-sevrage sur un…

Les porcelets sociabilisés sont très curieux et explorent beaucoup leur environnement
Bien-être animal : les éleveurs plébiscitent la sociabilisation des porcelets en maternité

Une enquête réalisée par les chambres d’agriculture de Bretagne analyse les pratiques d’éleveurs qui sociabilisent leurs…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)