Aller au contenu principal

L’Anses modélise la propagation des maladies contagieuses des porcs à partir de la base de données BDPorc

À partir du fichier BDPorc qui recense tous les mouvements d’animaux en France, l’Anses a conçu un programme qui simule la propagation des maladies en fonction de leur contagiosité.

Les mouvements d’animaux recensés par BDPorc en FranceSalines, M. et al. (2017) © Salines, M. et al. (2017)
Les mouvements d’animaux recensés par BDPorc en FranceSalines, M. et al. (2017)
© Salines, M. et al. (2017)

Un foyer de fièvre porcine africaine vient de se déclarer dans un élevage de sélection breton. Très vite, on observe sur une carte animée une augmentation rapide du nombre d’élevages contaminés, lié au transfert des reproducteurs dans toute la France. Heureusement, ceci n’est qu’une simulation réalisée par l’Anses avec son logiciel de modélisation de la transmission des maladies. « Ces simulations nous permettent d’analyser les risques de propagation de chaque maladie. On peut aussi analyser les effets de protocoles visant à limiter cette propagation », explique Mathieu Andraud, modélisateur à l’Anses de Ploufragan. Pour cela, l’agence s’appuie sur la base de données BDPorc qui recense tous les mouvements d’animaux en France. « Cette base constitue un outil fiable. Les mouvements utilisés sont réels. » Sur un semestre, BDPorc enregistre en moyenne 130 000 mouvements d’animaux entre les 20 998 sites de production recensés. Chaque tournée de camion dessert en moyenne trois sites. Des « communautés » d’élevage sont fortement marquées géographiquement, correspondant essentiellement aux activités des groupements et des abattoirs.

Le logiciel de simulation se base notamment sur une formule mathématique qui mesure la contagiosité de la maladie. Le critère mesuré, appelé R0, permet de connaître le nombre moyen d’animaux qu’un animal contagieux pourrait infecter. Il se calcule sur la base de trois facteurs : la transmissibilité de la maladie, le nombre de contacts directs possibles entre chaque animal, et la durée de la période contagieuse. Si le R0 est inférieur à 1, un animal infecté infectera un autre animal au plus. Dans ce cas, le nombre de nouveaux cas déclinera rapidement et la présence de la maladie dans la population s’effacera. Si le R0 est supérieur à 1, un animal infecté infectera plus d’un autre animal, provoquant ainsi la propagation de la maladie. Le R0 de la fièvre porcine africaine a été estimé selon l’unité épidémiologique considérée. La transmission entre individus par contact direct est la plus élevée, avec un R0 estimé proche de 6. Il n’est que de 1,5 si l’on considère l’élevage comme unité épidémiologique. Pour la grippe porcine, le R0 d’une transmission par contact direct est de 14,8, selon une étude de l’Anses datant de 2016.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Jonathan Aubry, du Gaec Porcs Joly a investi dans une cellule à blé de 414 tonnes et a construit un local soupe en tôle et bardage isolés.
La Faf partielle évolue au rythme de l’élevage Porcs Joly
Jeune installé sur l’exploitation familiale, Jonathan Aubry a réinvesti dans la Faf simplifiée destinée à l’alimentation des…
Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir
Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’…
Cooperl a bien résisté en 2021
Malgré une conjoncture défavorable, la coopérative lamballaise a réalisé un résultat nettement positif en 2021. Elle s’inquiète…
Guillaume Le Hir s’est équipé d’un silo tour pour stocker jusqu’à 850 tonnes de maïs humide.
Une Faf simplifiée pour les porcs en engraissement qui optimise le temps de travail
En investissant dans un silo tour et dans une présoupe, Guillaume Le Hir a diminué le temps de travail…
Avec un bâtiment semi-ouvert, le bien-être animal est considéré comme amélioré mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre est plus délicate que dans un bâtiment fermé.
Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain
Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et…
« Tous les projets de la Cooperl sont examinés sous l’angle carbone »
« Tous les projets de la Cooperl sont examinés sous l’angle carbone »
La Cooperl a pour objectif d’accélérer la décarbonation de sa filière, de l’élevage jusqu’aux outils de transformation. Pour cela…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)