Aller au contenu principal
Font Size

L’alimentation du futur testée par le Gouessant

Un prototype de distribution d’aliment est testé en élevage de production par les nutritionnistes du Gouessant. Il pourrait bien préfigurer une alimentation d’une extrême précision pour les années à venir.

Chez Pierre Morfouace, naisseur-engraisseur à Plestan, dans les Côtes-d’Armor, une case d’engraissement est aujourd’hui équipée d’un dispositif de distribution d’aliment Asserva baptisé Selfilab. S’il est encore au stade de prototype, il pourrait préfigurer des systèmes d’alimentation qui équiperont les engraissements du futur. Le principe est d’alimenter les porcs au plus juste de leurs besoins. Pour cela, les alimentateurs sont équipés de deux trémies contenant deux formules d’aliment, par exemple un aliment riche en protéine et un autre riche en énergie. Lorsque le porc, pucé, va consommer, son poids est enregistré à l’entrée du dispositif. L’aliment consommé est aussi mesuré. Toutes ces données peuvent servir de base pour le calcul au plus juste des besoins des porcs en fonction de leur poids et de leur appétit. « Les recherches conduites à l’étranger, en particulier au Canada, montrent qu’un tel ajustement entre les besoins et les apports réels de chaque porc peut conduire à une réduction de l’indice de consommation de 25 % et des rejets azotés de 40 % », annonce Sébastien Courtois, nutritionniste et animateur R & D au Gouessant. Loin d’être une fiction, le système pourrait en effet être développé de façon à offrir à chaque animal le mélange des deux aliments et la quantité les plus proches des besoins en fonction des objectifs de performance fixés. Un « multiphase individualisé » en quelque sorte. En tout cas, un dispositif qui se distingue d’équipements apparus ces dernières années, essentiellement en stations de recherche et dans certains élevages de sélection (Gène +…) où les animaux sont alimentés à volonté afin de détecter les individus les plus « performants ».

Sur la première bande élevée dans la case « expérimentale », les techniciens confirment une énorme variation individuelle d’ingéré, « avec des écarts de consommation quotidienne allant du simple au triple », annonce le spécialiste. D’où l’intérêt de prolonger le dispositif avec un logiciel qui calculerait en continu l’optimum du mélange d’aliment et des quantités attribuées à chaque porc.

La deuxième bande vient d’arriver dans la case expérimentale. Une deuxième case sera prochainement équipée du dispositif. Dans un premier temps, il s’agit de mettre au point le matériel. Puis de tester des formules alimentaires pour le service nutrition du Gouessant.

La salle est aussi équipée de caméras qui permettent à tout moment de visualiser le comportement des porcs. Démonstration à l’appui, Sébastien Courtois nous montre la case où les quinze porcs « précurseurs » semblent particulièrement calmes. « À l’avenir, il est possible d’imaginer des cases de 20 à 25 porcs avec un dispositif de ce type. Reste à travailler avec notre partenaire Asserva pour aboutir à un matériel éprouvé et économiquement acceptable en conditions de production. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Le capteur est installé sur l'un des pieds du silo à 1 mètre de hauteur environ. © Nanolike
Cooperl connecte les silos d’aliment dans les élevages de porcs
Cooperl propose en partenariat avec la société Nanolike un capteur pour évaluer la quantité d’aliment restant dans les silos d’…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
 © D. Poilvet
La sous-traitance dans les abattoirs de porcs Allemands, c’est fini

« À partir du 1er janvier 2021, l’abattage et la transformation de la viande ne pourront être effectués que par les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)