Aller au contenu principal

L’alimentation du futur testée par le Gouessant

Un prototype de distribution d’aliment est testé en élevage de production par les nutritionnistes du Gouessant. Il pourrait bien préfigurer une alimentation d’une extrême précision pour les années à venir.

Chez Pierre Morfouace, naisseur-engraisseur à Plestan, dans les Côtes-d’Armor, une case d’engraissement est aujourd’hui équipée d’un dispositif de distribution d’aliment Asserva baptisé Selfilab. S’il est encore au stade de prototype, il pourrait préfigurer des systèmes d’alimentation qui équiperont les engraissements du futur. Le principe est d’alimenter les porcs au plus juste de leurs besoins. Pour cela, les alimentateurs sont équipés de deux trémies contenant deux formules d’aliment, par exemple un aliment riche en protéine et un autre riche en énergie. Lorsque le porc, pucé, va consommer, son poids est enregistré à l’entrée du dispositif. L’aliment consommé est aussi mesuré. Toutes ces données peuvent servir de base pour le calcul au plus juste des besoins des porcs en fonction de leur poids et de leur appétit. « Les recherches conduites à l’étranger, en particulier au Canada, montrent qu’un tel ajustement entre les besoins et les apports réels de chaque porc peut conduire à une réduction de l’indice de consommation de 25 % et des rejets azotés de 40 % », annonce Sébastien Courtois, nutritionniste et animateur R & D au Gouessant. Loin d’être une fiction, le système pourrait en effet être développé de façon à offrir à chaque animal le mélange des deux aliments et la quantité les plus proches des besoins en fonction des objectifs de performance fixés. Un « multiphase individualisé » en quelque sorte. En tout cas, un dispositif qui se distingue d’équipements apparus ces dernières années, essentiellement en stations de recherche et dans certains élevages de sélection (Gène +…) où les animaux sont alimentés à volonté afin de détecter les individus les plus « performants ».

Sur la première bande élevée dans la case « expérimentale », les techniciens confirment une énorme variation individuelle d’ingéré, « avec des écarts de consommation quotidienne allant du simple au triple », annonce le spécialiste. D’où l’intérêt de prolonger le dispositif avec un logiciel qui calculerait en continu l’optimum du mélange d’aliment et des quantités attribuées à chaque porc.

La deuxième bande vient d’arriver dans la case expérimentale. Une deuxième case sera prochainement équipée du dispositif. Dans un premier temps, il s’agit de mettre au point le matériel. Puis de tester des formules alimentaires pour le service nutrition du Gouessant.

La salle est aussi équipée de caméras qui permettent à tout moment de visualiser le comportement des porcs. Démonstration à l’appui, Sébastien Courtois nous montre la case où les quinze porcs « précurseurs » semblent particulièrement calmes. « À l’avenir, il est possible d’imaginer des cases de 20 à 25 porcs avec un dispositif de ce type. Reste à travailler avec notre partenaire Asserva pour aboutir à un matériel éprouvé et économiquement acceptable en conditions de production. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages

Sur le principe, tous les États membres, ou presque, souscrivent au renforcement des règles de l’UE en matière de bien-…

Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
© A. Puybasset
Les Trinottières testent des solutions pour améliorer l’efficacité alimentaire
La Chambre d’agriculture des Pays de la Loire évalue l’impact des programmes alimentaires et des équipements sur l’efficacité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)