Aller au contenu principal
Font Size

La viticulture du Languedoc-Roussillon, modèle pour l’élevage porcin

Dans les années 1970, les viticulteurs de la région Languedoc-Roussillon ont décidé de mettre en avant la qualité et la différenciation. Un modèle qui pourrait inspirer l’élevage porcin.

Invité à l’assemblée générale d’Aveltis à Carhaix le 25 mai dernier, Boris Calmette, viticulteur dans l’Hérault et président des Vignerons coopérateurs de France, a expliqué comment les viticulteurs de sa région ont réussi à pérenniser leur revenu en passant d’une production de volumes trop dépendante des aléas des marchés à des vins destinés à des marchés plus rémunérateurs. Une évolution dont certains aspects pourraient, selon Philippe Bizien, le président d’Aveltis, servir d’exemple au modèle porcin breton.

De la stratégie du « bouc émissaire » à une politique de dialogue constructif

Jusque dans les années 70, les viticulteurs du Languedoc-Roussillon produisaient un vin de qualité moyenne en grande quantité. Les revenus des vignerons étaient très fluctuants. « La surproduction et la concurrence des vins italiens et espagnols entraînaient des crises importantes, et des revendications musclées de la part des viticulteurs, toujours prompts à reporter la faute aux autres : les concurrents, l’État, l’Europe. C’était la stratégie du bouc émissaire », souligne Boris Calmette. Il a fallu la mort d’un CRS et d’un vigneron en 1976, lors d’une manifestation particulièrement violente, pour que les choses évoluent enfin. « Sous le choc de cet événement, la profession a décidé de prendre sa destinée en main », explique le responsable professionnel. « Nous sommes passés d’un syndicalisme de barricades à une politique de dialogue constructif avec nos partenaires, et à une production résolument tournée vers la qualité, moins soumise à la concurrence et moins dépendante des subsides européens. »

Cette orientation s’est parfois faite dans la douleur, avec notamment une baisse importante du nombre d’exploitations (66 000 en 1974, 16 000 aujourd’hui). La moitié du vignoble languedocien a été arrachée définitivement ou renouvelée en cépages de meilleure qualité. Le nombre de coopératives est passé de 552 en 1960 à 204 en 2015. Mais les chiffres actuels sont révélateurs : 89 % du vignoble est désormais produit sous signes de qualité, IGP (Indication géographique protégée), AOP (Appellation d’origine protégée) et AOC (Appellation d’origine contrôlée) essentiellement. « Aujourd’hui, grâce à ce changement de stratégie, les viticulteurs du Languedoc-Roussillon vivent bien de leur profession », affirme Boris Calmette.

Pour mener à bien le virage de la qualité, les rendements à l’hectare ont été volontairement réduits et des cahiers des charges ont été établis. Parfois trop, ce qui a conduit à une baisse de revenus dans les années 90, le prix de vente ne couvrant plus les coûts devenus trop élevés. « Nous avons alors différencié notre production pour mieux répondre aux besoins des différents marchés, en vendant des vins moins coûteux à produire. »

Oubliée l’image de « bibine » des vins du Languedoc-Roussillon

Le succès des ventes de vin du Languedoc-Roussillon s’explique aussi par une communication efficace, qui joue sur l’histoire de la région, sa culture, son image. « Juste après le prix et la couleur du vin, c’est l’étiquette et ce qui est écrit dessus qui fait vendre », souligne-t-il. Une stratégie qui a fait oublier en 25 ans l’image de « bibine » que le grand public portait aux vins produits en Languedoc-Roussillon.

Malgré ce virage réussi, la profession estime que la situation doit encore évoluer. « Nous sommes encore trop nombreux à vendre nos produits, face à très peu de négociants », estime Boris Calmette. Pour lui, le regroupement des coopératives et l’intégration dans leur giron des activités d’aval (négociants-assembleurs) sont essentiels pour pérenniser leur activité. Une impulsion a été donnée récemment par l’Union In Vivo, le premier groupe coopératif français, dont l’objectif est de fédérer les coopératives vinicoles pour mieux valoriser l’offre vin française en France et à l’international. Boris Calmette estime aussi que la contractualisation sur des volumes, des prix et la durée sera très prochainement le seul moyen d’installer des jeunes. « Des négociations entre la profession et certains gros négociants devraient aboutir l’année prochaine. » Enfin, selon lui, une convergence des cahiers des charges avec celui du bio se fera probablement dans les quinze années à venir. « En viticulture, nous avons de la chance, car la technologie peut nous aider à atteindre cet objectif, avec la mise au point de nouveaux cépages hybrides résistants aux maladies. » Pour lui, cette évolution est incontournable pour tenir compte des exigences environnementales des consommateurs. « Le principal enjeu des prochaines années est d’allier compétitivité et respect de l’environnement », conclut-il.

En chiffres

La viticulture du Languedoc-Roussillon

Premier vignoble de France (30 % du vignoble national)

236 000 hectares

13 millions d’hectolitres produits chaque année

63 % de vin rouge, 18 % de rosés et 19 % de blancs

20 % d’AOC-AOP, 70 % d’IGP, 10 % de SIG (sans indication géographique)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)