Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La salive, un bon moyen de détecter la grippe

La technique de prélèvement de salive au moyen d'une corde placée dans la case et la mesure des anticorps de cette salive, déjà validée pour la détection du circovirus (voir Réussir Porcs, septembre 2012), est aujourd'hui aussi validée pour le virus de la grippe.

© cg

Claudio Trombani, vétérinaire à la Selas Breizhpig, en a fait la démonstration dans plusieurs élevages, dont la SCEA Kerguevarec et chez Henri De Thoré, SARL de Menez Kamp, à Spézet, dans le Finistère. Dans le premier élevage, les prélèvements de salive et les analyses ont été réalisés en parallèle d'écouvillonnages nasaux de porcelets dès le 1er jour d'apparition des symptômes grippaux. Sachant que les écouvillons nasaux ne donnent des résultats satisfaisants que si le porc est fiévreux, donc au tout début de l'infection, une seule série de prélèvements a été réalisée ce jour J0, tandis que la salive a continué à être prélevée à J+2, J+4 et J+6. Résultat du test : les écouvillons prélevés le jour de l'apparition des symptômes ont permis de confirmer la présence du virus. Les prélèvementsde salive aussi, mais, plus intéressant, sur les prélève- ments effectués aussi les jours suivants. « Ceci nous montre que la salive est un moyen plus efficace pour mettre en évidence la présence du virus, notamment lorsque nous ne pouvons pas intervenir le jour même de l'apparition des troubles », commente le vétérinaire.
« Avec la salive, les virus sont encore détectables six jours après le début de l'infection. »

 

Preuve a donc été faite dans cet élevage où la grippe revêtait une forme aiguë. Mais la méthode a aussi montré son intérêt dans le cas de forme subclinique chez Henri De Thoré. « Lors d'un passage de toux persistante en PS, mon vétérinaire a réalisé des PCR sur sérum et sur des écouvillons nasaux pour savoir si le virus du SDRP ou de la grippe pouvaient en être la cause. Les deux tests se sont révélés négatifs », détaille l'éleveur. Lors d'un 2e passage identique, dès que les animaux ont commencé à tousser, Claudio Trombani a proposé le protocole de détection de la grippe dans la salive à l'aide des cordelettes Sanicorde. « Des écouvillons ont à nouveau été réalisés en parallèle, et le résultat s'est encore avéré négatif, alors qu'ils étaient réalisés en phase précoce des symptômes. »


Un outil très simple et, de plus, respectueux du bien-être des animaux


À l'inverse, les résultats sur salive prélevée par les corde- lettes (dans les mêmes cases que les prélèvements nasaux) ont bien conduit à confirmer la présence du virus grippal H1N1. « Je pense que ce travail mené par la Selas Breizhpig intervenant pour Aveltis, en collaboration avec la commission santé, a permis d'améliorer le diagnostic grâce à un outil très simple et, de plus, respectueux du bien-être des animaux car non stressant. A titre personnel, je souhaiterais que la Sanicorde puisse servir à la détection d'autres pathogènes, notamment le SDRP, afin de mieux comprendre comment il circule dans l'élevage », espère Henri De Thoré.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Une installation structurée autour d’une fabrique d'aliment à la ferme simplifiée
La fabrique d’aliment créée par Anthony Damany, installé avec son père Claude en 2015, permet d’alimenter les porcs charcutiers…
Vignette
Avec une alimentation de précision, les truies sortent de maternité en meilleur état
L’alimentation de précision mise en place par Émilie et Julien Méléard en maternité leur a permis d’augmenter le poids des…
Vignette
Agir pour se protéger des particules fines présentes dans l’air des bâtiments d’élevage
L’air des salles d’élevage peut contenir plus de 250 000 particules fines par mètre cube d’air. Prévention et protection sont de…
Vignette
Une fabrique d'aliment à la ferme très simple pour 1 700 places d’engraissement
Installé en 2015 à la tête d’un atelier naissage de 220 truies à Saint-Clet, dans les Côtes-d’Armor, Mathieu Thomas a récemment…
Vignette
Pour Paul Auffray, « L’Ifip doit être ouvert aux entreprises et sur le monde »
Eleveur de porcs à Plouvara, dans les Côtes-d’Armor, Paul Auffray a été élu président de l’Ifip-Institut du porc…
Vignette
L’étude de marché, un outil indispensable pour la vente directe
En Ille-et-Vilaine, Frédéric est ravi d’avoir réalisé une étude de marché avant de se lancer dans la vente de ses produits en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)