Aller au contenu principal

La profession fait front contre la fièvre porcine africaine

Un plan d’urgence a été déployé pour éviter toute propagation sur le territoire français suite à l’apparition de la fièvre porcine africaine en Belgique.

Répartition en Europe des foyers de PPA du 01/01/2018 au 17/09/2018 Légende : en rouge (foyers domestiques)En bleu : cas sauvages (en bleu)
© Source : ADNS – Plateforme ESA

La confirmation les 13 et 19 septembre par les autorités belges de cinq cas de fièvre porcine africaine (l’autre nom donné à la PPA) sur des sangliers sauvages à quelques kilomètres de la frontière française a créé un véritable électrochoc. Ils se situent sur la commune d’Etalle, dans le sud-est de la Belgique. Même si ces derniers mois, les foyers se déplaçaient inexorablement de l’est vers l’ouest de l’Europe, cette diffusion soudaine et inédite en un bond de près de 1000 km a surpris tout le monde. Jusqu’à présent, les regards se portaient davantage sur l’Allemagne, frontalière de la Pologne qui dénombrait mi-septembre plus de 200 cas en élevages et 2000 cas dans le milieu sauvage. « L’hypothèse la plus probable, concernant l’introduction de la fièvre porcine africaine en Belgique, est la contamination de sangliers sauvages par des produits alimentaires à base de porc ou de sanglier infecté », rapporte la plateforme ESA de veille sanitaire internationale. L’endroit où les sangliers ont été retrouvés se trouve près d’une aire d’autoroute dans une zone de trafic intense de camions en provenance des pays de l’Est. Les sangliers auraient ingéré des restes de repas contaminés. « Les activités humaines représentent le risque majeur de diffusion à moyenne ou longue distance de la fièvre porcine africaine », souligne la plateforme.

La crainte d’une catastrophe économique

Rappelons-le, la fièvre porcine africaine ne présente aucun danger pour l’homme mais elle est très contagieuse chez les suidés, entraînant de fortes mortalités. Elle représente une menace majeure pour les élevages de porc. « Son introduction en France serait une catastrophe économique pour la filière porcine, du fait des pertes importantes en élevage mais aussi de la fermeture des marchés à l’export », soulignait Philippe Bizien, président du CRP Bretagne lors d’une conférence au Space. La Belgique en fait déjà les frais. Plusieurs pays tiers dont la Chine et la Corée du Sud ont rapidement suspendu leurs importations de viande de porc belge.

Régionaliser les certificats sanitaires

Dès la confirmation des cas par les autorités belges, la DGAL a annoncé la mise en place immédiate de mesures spécifiques dans les quatre départements limitrophes : renforcement des mesures de biosécurité et zone d’observation renforcée autour des élevages, interdiction de la chasse et renforcement de la surveillance des animaux sauvages. Dans un communiqué commun, la FNP et la FNSEA estiment que « de vraies mesures doivent être prises pour réguler la population de sangliers sur notre territoire : tirs à l’affût en zones frontalières, intensification de la pression de chasse sur le reste du territoire ». Enfin, elles exhortent les pouvoirs publics d’accélérer les contacts politiques pour discuter du principe de régionalisation dans les certificats sanitaires régissant les échanges commerciaux avec les pays tiers.

Armelle Puybasset

Appel à la vigilance de l’ANSP

L’Association nationale sanitaire porcine rappelle les consignes à respecter pour éviter l’introduction du virus de la fièvre porcine africaine en élevage :

1. Interdire l’introduction de nourriture à base de porc ou de sanglier dans l’élevage. Ne pas nourrir les animaux avec des restes de repas.
2. Ne pas introduire d’animaux provenant d’un pays infecté
3. Interdire l’élevage à toute personne revenant d’un pays infecté depuis moins de 72 heures et ayant été en contact avec des porcs ou des sangliers.
4. Nettoyer et désinfecter tous matériels et véhicules provenant de l’étranger.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

David Garoche, Yohan Beuve, et Arnaud Garoche, trois des quatre associés de l'EARL de la Cour. « Les équipements installés font partie du cahier des charges «collectif niveau 2 » proposé par Kermené. » © D. Poilvet
Un bâtiment d'engraissement bien-être en synergie avec la méthanisation
À l’EARL de la Cour, le nouveau bâtiment d’engraissement de 1 900 places est équipé d’un système de distribution de paille et d’…
Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
Les porcelets de 24 portées se mélangent dans le couloir d'accès aux cases de maternité © D. Poilvet
« La prévalence des arthrites a fortement baissé en post-sevrage grâce à la sociabilisation précoce des porcelets»
À l’EARL Les Grands vergers, la sociabilisation des porcelets a permis de franchir une nouvelle étape dans la productivité de l’…
Floriane, salariée en maternité à l'EARL du Domaine, apprécie l'ergonimie du chariot de soins © P. Trucheau
Un chariot de soins maison pour les porcelets à moins de 100 euros
Pour faciliter le travail et pour protéger ses salariés des troubles musculo-squelettiques (TMS), Olivier Cresteaux, chef d’…
Gaëlle Taniou et son frère Romain Gautreau. « Nous avons trouvé un équilibre, avec un pic de travail du 15 mars au 15 août lié aux abeilles et aux cultures. » © V. Bargain
« En élevage de porcs, j’aime la technique et toujours progresser »
Gaëlle Taniou a repris en 2018 l’exploitation familiale de 130 truies et 500 ruches, en association avec son frère Romain…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)