Aller au contenu principal

« La prévalence des arthrites a fortement baissé en post-sevrage grâce à la sociabilisation précoce des porcelets»

À l’EARL Les Grands vergers, la sociabilisation des porcelets a permis de franchir une nouvelle étape dans la productivité de l’élevage. Les performances en post-sevrage ont fortement progressé.

Sélectionneurs Large-White pour Axiom à Portbail dans la Manche, Jean-Michel Roulland et Sébastien Delabarre sociabilisent leurs porcelets en maternité avec succès depuis février 2019. À l’origine, cette méthode avait été mise en place sur les conseils de leur vétérinaire sanitaire, Dominique Marchand, pour tenter de limiter le nombre d’arthrites en post-sevrage. Cette pathologie était directement liée aux bagarres qui survenaient après le sevrage et provoquaient des blessures. « Nous arrivions à traiter cette pathologie, mais au prix d’une injection d’antibiotique. » Ces conflits qui se prolongeaient pendant les deux jours qui suivaient le sevrage entraînaient aussi des retards de croissance. Depuis que les porcelets sont mélangés en maternité, le nombre d’arthrites a fortement chuté et les traitements antibiotiques en post-sevrage sont devenus quasiment inexistants. La croissance s’est nettement améliorée. Les porcelets atteignent désormais un poids de 30 kilos à 77 jours de vie. « Comme ils ne passent plus leur temps à se bagarrer, ils s’intéressent désormais à l’aliment dès le jour du sevrage, » constate Jean-Michel Roulland.

Cinq groupes de 24 portées

Les éleveurs disposent d’une unique salle de maternité de 120 places pour une conduite en cinq bandes. Elle est constituée de dix rangées de douze places. Les cases sont accessibles par un couloir arrière commun à deux rangées dont le sol est en caillebotis béton. « C’est une chance d’avoir un sol ajouré. L’hygiène aurait certainement été plus difficile à maîtriser s’il avait été plein », fait remarquer Sébastien Delabarre. Cette configuration leur permet de constituer cinq groupes de 24 portées, soit environ 360 porcelets par groupe, puisque les truies ont sevré en moyenne quinze porcelets par portée sur les cinq dernières bandes. Les cloisons arrière des cases sont relevées entre 7 et 8 jours d’âge, une fois tous les soins terminés. Avec un système de deux crochets à chacune de l’extrémité des cloisons, les éleveurs peuvent les surélever pour que les porcelets puissent passer dessous sans avoir à les stocker à l’extérieur de la salle. « Cet aspect est très important pour éviter trop de manutention », souligne Jean-Michel Roulland. Les porcelets font alors connaissance, sans aucune agressivité. Par ailleurs, les éleveurs et leur vétérinaire n’ont pas constaté de dégradation du sanitaire digestif. Les porcelets reçoivent un anticoccidien associé au fer en injectable. « Il n’y a pas eu de recrudescence de diarrhées « mayonnaise » avec la sociabilisation », constate Sébastien Delabarre. Quelques cas de diarrhée colibacillaire apparaissent avant la mise en lot, mais pas après.

La plupart des porcelets restent sous leur mère

Sur la première bande, les éleveurs avaient marqué des portées de porcelets de couleur différente, afin de visualiser leur comportement. « Quelques-uns migrent vers d’autres truies pour la tétée, mais la plupart reste sous leur mère, du moins au début. » À l’occasion de la perte d’une truie en cours de lactation, ils ont pu constater que ses porcelets se répartissaient sous des mères adoptives sans trop de difficulté, malgré la productivité élevée du troupeau et l’absence de sevrage précoce. « Le nombre de tétines est un élément essentiel au succès de cette conduite. » Jean-Michel Roulland tient à préciser que lors du tri des futures reproductrices, seules les cochettes ayant 16 tétines minimum sont sélectionnées. Par ailleurs, tous les porcelets sont sociabilisés, y compris les plus petits, que les éleveurs tentent de limiter par la gestion alimentaire des truies en gestation et aussi par une sélection génétique orientée vers l’amélioration de la qualité des porcelets à la naissance. « Nous avons entamé avec Axiom une démarche de sélection qui consiste à réformer rapidement les truies produisant des porcelets trop légers à la naissance. Ces porcelets n’ont pas de valeur économique, cela ne servirait à rien de tenter de les sauver par un traitement particulier. » Les éleveurs mettent aussi en avant l’importance d’une alimentation et de conditions d’ambiance adaptées à cette productivité élevée. « La croissance des porcelets se fait essentiellement grâce au lait maternel. Il faut donc que les truies reçoivent une alimentation de qualité, avec une distribution de précision qui permet d’adapter les apports en fonction de leurs besoins. » Grâce à cette stratégie, 100 % des porcelets sont sevrés sous leur mère à 21 jours. La production laitière des reproductrices est suffisante pour satisfaire leur appétit. Des nourrisseurs sont ajoutés dans les couloirs quand les porcelets sont libérés. Mais ils consomment relativement peu : pas plus de 400 kilos d’un aliment 1er âge fabriqué à la ferme pour 1 800 porcelets par sevrage, soit à peine plus de 200 grammes par porcelet. Ce qui ne les empêche pas d’ingérer rapidement cet aliment dès qu’ils sont sevrés et de bien démarrer en croissance.

Une personne en moins au sevrage

Les éleveurs mettent aussi l’accent sur le gain de temps permis par la sociabilisation des porcelets. « Les interventions sanitaires en post-sevrage qui demandaient beaucoup de temps de surveillance, de manutention et d’injection aux porcelets sont désormais très limitées. » Mais le gain de temps le plus important se situe au sevrage. Pour les 120 portées, il se fait désormais avec une personne de moins. « Pas besoin d’aller chercher les porcelets dans les cases, ils sortent seuls dans le couloir, puis en dehors de la salle. » Malgré tous ces points positifs, Jean-Michel Roulland et Sébastien Delabarre ne considèrent pas la sociabilisation comme une baguette magique qui répond à tous les problèmes, mais plutôt comme une évolution positive de leur conduite d’élevage, dans un objectif d’amélioration des résultats techniques et du bien-être des animaux et des éleveurs.

Repères

EARL Les Grands vergers à Portbail, Manche

3 associés + 4 salariés
210 ha de cultures
5 bandes de 120 truies à la mise bas, sevrage à 21 jours
Groupement Porveo
Génétique Large-White Axiom, 25 % en sélection, 75 % en retour Valens Axiom
Alimentation Faf intégrale, formulation Via Nova (Benoît Lognoné)

 

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

[VIDEO] Le YouTuber L’Agricoq filme un élevage de porcs conventionnel
Corentin Le Baut, alias L’Agricoq, publie chaque semaine sur sa chaîne Youtube des vidéos sur l’agriculture. Celle d’un élevage…
Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
L’engraissement type de 1 000 places proposé par Cirhyo est de type conventionnel, avec une conception et des équipements permettant des performances de haut niveau afin d’assurer un bon revenu pour l’éleveur même en période de remboursement des annuités. © D. Poilvet
Un engraissement simple pour se lancer dans le porc dans le Massif Central
Le groupement Cirhyo propose un engraissement type de 1 000 places pour produire du porc en complément d’une autre production.…
Floriane, salariée en maternité à l'EARL du Domaine, apprécie l'ergonimie du chariot de soins © P. Trucheau
Un chariot de soins maison pour les porcelets à moins de 100 euros
Pour faciliter le travail et pour protéger ses salariés des troubles musculo-squelettiques (TMS), Olivier Cresteaux, chef d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)