Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

La niche intelligente limite le chauffage en post-sevrage

Les niches Veng System installées par Daniel Bedouet dans ses post-sevrages limitent les dépenses de chauffage tout en assurant une zone de confort aux porcelets.

© dp

L’installation des niches dans les post-sevrages de Daniel Bedouet, éleveur avec sa femme à Saint- Cyr-en-Gravelais (Mayenne) s’inscrit dans une démarche globale d’économies d’énergie initiée par l’éleveur depuis quatre ans. « Ces niches nous permettent de chauffer une zone restreinte à 32 °C au sevrage qu’on réalise à 21 jours, tout en limitant la température de la salle à 22 °C », explique l’éleveur, qui justifie le choix du procédé danois Veng System commercialisé en France par RV Biotech par sa précision et sa fiabilité. La chaleur diffusée dans le nid est produite par des lampes infrarouges de 150 watts chacune. « Il faut compter entre 10 et 15 watts seulement par porcelet selon leur poids au sevrage », affirme Yannick Hervé, le dirigeant de RV Biotech. Ces lampes sont gérées par un capteur infrarouge, dont l’avantage est de mesurer la température ressentie par les porcelets, et non la température ambiante comme un capteur de salle classique. La niche dispose d’un couvercle motorisé, qui se soulève ou s’abaisse en fonction de la tempé- rature ressentie par les animaux. « L’objectif fixé par Niels Veng, le concepteur de ce produit, est de limiter les écarts de température autour de la consigne », indique Yannick Hervé. S’il fait trop chaud dans le nid, le couvercle se soulève grâce à l’action d’un moteur qui tire un câble relié à l’ensemble des couvercles, permettant ainsi le refroidissement de la niche. Le sol est constitué d’un plancher en polypropylène, dont l’objectif est d’isoler les porcelets des remontées gazeuses de la préfosse. Hormis la façade, ouverte à 40 cm de hauteur le jour du sevrage, la niche est totalement étanche. Sur le premier lot de 540 porcelets sevrés à 21 jours, Daniel Bedouet a mesuré une consommation électrique consacrée au chauffage de seulement 0,6 kWh par porcelet, contre 10 kWh en moyenne avec les lampes IR et un chauffage d’ambiance électrique qui équipaient précédemment les salles. « Cette mesure a été réalisée en septembre, avec des températures extérieures encore élevées », tempère-t-il. Malgré l’application stricte des normes de température recommandées par Veng system (22 °C dans la salle dès le sevrage), les porcelets n’ont pas présenté de problèmes sanitaires spécifiques et les croissances ont été bonnes. « Il est important de bien différencier la température ambiante de celle de la niche, pour que cette dernière constitue la zone de confort de la case et qu’elle soit toujours propre. » L’éleveur a également installé des niches chauffantes en maternité disposant des mêmes sondes infrarouge. Un équipement qui permet de gérer la salle à des température de 20-22 °C, tout en assurant aux porcelets une zone de confort à 32-34 °C au moment de la mise bas.

Liens : RV Biotech

Veng System



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Le coronavirus pèse sur les marchés des matières premières pour l'aliment des porcs

Après une période de stabilité au dernier trimestre 2019, le prix de l’aliment pour porc charcutier estimé par l’Ifip a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)